Belisario Corenzio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Belisario Corenzio
Naissance
Décès
Activité

Belisario Corenzio (Achaïe en Grèce, 1558Naples, 1643), Grec de naissance, est un peintre italien maniériste de l'école napolitaine, spécialiste des fresques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fresque de la sacristie
de la basilique de la Très-Sainte-Annonciation-Majeure.

Belisario Corenzio s'est établi à Naples en 1570 et devient actif vers 1590 comme artiste de la Contre-Réforme, par un art facile refusant toute rénovation avant que ne l'emporte le style caravagesque ou bolonais.

Il a refusé ouvertement la concurrence d'autres artistes et il fera fuir nombre de ses concurrents potentiels à Naples comme Le Dominiquin, Giovanni Lanfranco et Guido Reni venus en 1621 dans la cité parthénopéenne pour peindre dans la chapelle de la cathédrale de San Gennaro. Corenzio a même commandité l'assassinat de Guido Reni par un bravo[1]. L'aide de celui-ci ayant été tué, Guido Reni effrayé, s'est prudemment retiré à Bologne[2].

Prolifique, il a décoré des palais (Palazzo Sanseveri di Sangro) et un grand nombre d'églises.

Influencé par le Cavalier d'Arpin, il est le premier décorateur napolitain, à l'origine d'une tradition picturale qui se continue jusqu'à Francesco Solimena.

Luigi Roderico, dit le Sicilien, Michele Regolia et sans doute Massimo Stanzione furent de ses élèves. Il a été probablement le maître de Giovanni Battista Caracciolo, appelé aussi Battistello, qui collabora avec lui à la décoration de la chapelle du Mont-de-Piété de Naples, au début du XVIIe siècle[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

L'Annonciation, église de la Pietà dei Turchini de Naples.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Homme de main allant jusqu'à l'assassinat.
  2. Selon l'encyclopédie Britannica de 1911 [1] qui décrit son genre comme « négligent et âme sans scrupules »
  3. Stefano Causa, « Biographies », dans Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti, Paris, Éditions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 632

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :