Bataille de Martyropolis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bataille de Martyropolis
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de la frontière byzantino-perse.
Informations générales
Date Automne 588
Lieu Martyropolis (Arzanène), aujourd'hui Silvan (Turquie)
Issue Victoire des Byzantins
Belligérants
Empire byzantin
(Empereur Maurice)
Empire sassanide
(Empereur Hormizd IV)
Commandants
GermanusMarouzas †
Forces en présence
4 000Inconnues
Pertes
InconnuesLourdes (dont 3 000 prisonniers)

Guerres perso-byzantines

Batailles

Guerre d'Anastase
Amida (502-503)

Guerre d'Ibérie
Thannuris (528) · Dara (530) · Satala (530) · Callinicum (531)

Guerre lazique
Phasis (555-556)

Guerre pour le Caucase
Solachon (586) · Martyropolis (588)

Guerre de 602 - 628
Constantinople (626) · Ninive (627)

La bataille de Martyropolis opposa, à l'automne 588, les empires byzantin et sassanide. Elle se déroula à la frontière des deux empires, au niveau de la ville de Martyropolis, aujourd'hui Silvan en Turquie.

En 588, profitant d'une mutinerie des troupes byzantines d'Orient, révoltées contre le magister militum Priscus, les Perses dirigés par le général Marouzas envahirent le territoire byzantin et attaquèrent la ville de Constantine d'Osroène, aujourd'hui Viranşehir en Turquie. De leur côté, les mutins prirent pour chef un certain Germain (Germanus), duc byzantin de la Phénicie libanaise (Phoenice Libanensis (en)) qui, selon Évagre le Scholastique, « alla au devant d'eux, à la tête de ses troupes, et en fit un si épouvantable carnage, qu'il ne resta personne pour aller porter en leur pays la nouvelle de leur défaite. »[1]. Les Byzantins remportèrent une brillante victoire sur les Perses qui furent anéantis. Théophylacte Simocatta indiqua que le général Marouzas fut tué au combat et que, de toute sa nombreuse armée, il ne resta que 4 000 hommes, dont 3 000 furent faits prisonniers avec les principaux officiers, et 1 000 se sauvèrent à Nisibe. Germain envoya à l'empereur Maurice les étendards des Perses avec la tête de Marouzas et les dépouilles les plus précieuses.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Évagre le Scholastique, Histoire ecclésiastique, Livre VI, chapitre IX : "Défaite des Perses".

Sources primaires[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Geoffrey Greatrex & Samuel N.C. Lieu, The Roman Eastern Frontier and the Persian Wars Ad 363-628, Partie 2, Psychology Press, 2007, p. 170. (ISBN 0415465303)
  • John R. Martindale, A. H. M. Jones, John Morris, The Prosopography of the Later Roman Empire, Volume III : AD 527–641, Cambridge University Press, 1992, p. 530. (ISBN 0521201608)
  • Michael Whitby & Mary Whitby, The History of Theophylact Simocatta, Claredon Press, 1986, pp. 73–76, 78. (ISBN 019822799X)