Bataille de Lithosoria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La bataille de Lithosoria est une victoire de l'empereur byzantin Constantin V sur les Bulgares remportée en octobre 773[1] (date incertaine : les dates de 772 et 774 sont parfois données).

Bataille de Lithosoria
Informations générales
Date Octobre 774
Lieu Berzitia, Macédoine
Issue victoire byzantine
Belligérants
Labarum.svg Empire byzantin Bulgares
Commandants
Constantin V Telerig (khan)
Forces en présence
80 000 12 000
Pertes
Inconnu Lourdes

Guerres byzantino-bulgares

Batailles

Ongal (680) · Anchialos (708) · Marcellae (756) · Lithosoria (774) · Serdica (809) · Pliska (811) · Versinikia (813) · Bulgarophygon (896) · Anchialos (917) · Portes de Trajan (986) · Thessalonique (995) · Passe de Kleidion (1014) · Bitola (1015) · Ostrovo (1040) · Klokotnica (1230) · Andrinople (1254) · Devina (1279) · Skafida (1304) · Rusokastro (1332)

La bataille trouve ses origines dans le traité de paix signé entre les Bulgares et les Byzantins à la suite de la bataille de la plaine d'Anchialos (en)[2] du . Quelques années plus tard l'empereur byzantin est informé par ses espions que les Bulgares veulent rompre la paix. Une armée bulgare de 12 000 hommes marche sur la Berzétie, en Macédoine, pour prendre le contrôle des « sklavinies » et des « valachies » locales et transplanter leurs habitants slaves et valaques en Bulgarie. Constantin V réussit à tromper les envoyés du Khan bulgare Telerig en feignant des préparatifs pour une prochaine campagne contre les Arabes qui effectuaient durant cette période des raids sur les îles grecques, Salonique et Constantinople. Mais en fait, il gagne les Balkans avec 30 000 soldats d'élite et surprend les Bulgares à Lithosoria où il défait leur armée. Son retour à Constantinople accompagné des prisonniers est triomphal et Constantin V surnomme cette expédition la « noble guerre ».

À la suite de cette bataille, une expédition navale grecque dans les bouches du Danube en mai 774 contraint Telerig, le khan des Bulgares, à rendre aux Byzantins le contrôle des côtes et des ports de la Paristrie (Kaliakra, Kallatis, Tomis et Aegyssos) et à demander la paix, qui dure 20 ans[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Eduard von Muralt Essai de chronographie byzantine pour servir à l'examen des annales du Bas-Empire et particulièrement des chronographes slavons de 395 à 1057 Eggers, 1855
  2. Éric Limousin 100 Fiches d'histoire du Moyen Age : Byzance et le monde musulman Editions Bréal, 2005 (ISBN 2749505585 et 9782749505589)
  3. Andrei Oțetea (dir.), Istoria lumii în date, ed. Enciclopedică română, Bucarest 1969, p. 74.