Barrière de la Tamise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barrière de la Tamise
Image illustrative de l'article Barrière de la Tamise
La barrière de la Tamise
Géographie
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Coordonnées 51° 29′ 52″ nord, 0° 02′ 12″ est
Cours d'eau Tamise
Objectifs et impacts
Vocation Barrage anti-inondation
Propriétaire Greater London Council
Date du début des travaux 1974
Date de la fin des travaux 1984
Coût 534 000 000 £
Barrage
Hauteur du barrage
(lit de rivière)
20,1 m
Longueur du barrage 520 m
Réservoir

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Barrière de la Tamise

Géolocalisation sur la carte : Grand Londres

(Voir situation sur carte : Grand Londres)
Barrière de la Tamise

La barrière de la Tamise (anglais : Thames Barrier) est la deuxième plus grande barrière contre les inondations marines après l'Oosterscheldekering aux Pays-Bas. Située en aval de Londres, sur la Tamise, elle a été installée pour empêcher la ville d'être inondée par les marées et les tempêtes maritimes.

La barrière doit être fermée (soulevée) pendant la marée haute. À marée descendante, elle peut être abaissée pour libérer l'eau. Sa rive nord est située à Silvertown dans le borough londonien de Newham et sa rive sud se trouve à New Charlton dans la région de Charlton, dans le district royal de Greenwich.

Le rapport de Hermann Bondi sur l'inondation causée par la mer du Nord en 1953 a joué un rôle dans la construction de cette barrière.

Elle est l'un des principaux lieux de l'intrigue du film La Grande Inondation, qui explore la possibilité d'une défaillance de la barrière.

Géographie[modifier | modifier le code]

Londres est vulnérable aux inondations. Une tempête peut venir de l'Océan Atlantique et continuer en mer du Nord et dans la Manche.

Le sol du sud de l'Angleterre a tendance à s’affaisser à cause du rebond post-glaciaire (20 cm tous les 100 ans).

Histoire[modifier | modifier le code]

L'inondation de la Tamise en 1928 (en) fit 307 morts, mais la construction de la Thames Barrier n'a été décidée qu'à la suite de l'inondation de 1953.

Conception et réalisation[modifier | modifier le code]

Elle a été inaugurée le 8 mai 1984 par la reine Élisabeth.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Période Fermetures dues
à la Marée
Fermetures dues
à la Crue
Nombre de fermetures
1982-1990 4 4 8
1991-2000 22 9 31
2001-2010 52 28 80
2011-2020 (en cours) 14 46 60

Elle a été fermée 2 fois le 9 novembre 2007 lors d'une tempête comparable à celle de 1953. Aux Pays-Bas l'Oosterscheldekering et le Maeslantkering ont également été fermées ce jour-là.

Un accident a eu lieu le 27 octobre 1997. La drague MV sand Kite, opérant dans un épais brouillard, est entrée en collision avec l'un des piliers de la Barrière de la Tamise. Tandis que le navire coulait, son chargement de 33 000 tonnes de gravier s'est déversé sur l'une des portes de la barrière, la mettant hors service. De plus, la peinture anti-corrosion a été endommagée. Les dommages occasionnés par cet incident ont été considérables[1]

Futur[modifier | modifier le code]

La barrière a été conçue pour servir jusqu'en 2030 pour une moyenne de 2 à 3 fermetures par année, or elle est fermée en moyenne 6 à 7 fois par an. Techniquement elle pourrait servir jusqu'en 2070 mais des études publiées en 2013, montrent que bientôt elle deviendra insuffisante[2],[3]. Le ministère de l'environnement a répondu qu'il n'était pas prévu de la remplacer avant 2070[4]. Toutefois différents projets sont périodiquement proposés.

Panorama de la barrière de la Tamise.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Report of the Inspector's Inquiry into the collision of MV Sand Kite with the Thames Flood Barrier on 27 October 1997, UK DETR Marine Accident Investigation Branch, (lire en ligne)
  2. « Letters to the Editor: Thames Barrier », The Times, London,‎ (lire en ligne)
  3. « Thames Barrier engineer says second defence needed », BBC News,‎ (lire en ligne)
  4. Margo Cole, « Environment Agency rejects calls for new Thames Barrier », New Civil Engineer,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]