Barrage vert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Barrage vert
Logo de l'organisation
Le barrage vert sur une carte du nord de l'Algérie.
Situation
Région Drapeau de l'Algérie Algérie
Création [1]
Type Aménagement forestier,
Plan stratégique,
Désertification,
Aridité.
Domaine Agroécologie,
Sylviculture,
Agriculture en Algérie.
Siège Alger, Wilaya d'Alger.
Langue Langue arabe,
Langue amazighe,
Langue française.
Budget Budget de l'État
Organisation
Organisations affiliées Direction générale des forêts (DGF)

Site web http://www.dgf.gov.dz/

Le Barrage vert (السّد الأخضر (As-Sadd al-Akhdhar?)), est un projet agroécologique de boisement de la steppe algérienne pour contrer l’avancée du désert.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le Barrage vert est l'un des plus ambitieux projets agroécologiques mis en œuvre en Afrique et l’un des plus ambitieux réalisé par l’Algérie après son indépendance en 1962[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le Barrage vert visait prioritairement, dès sa création, le renouvellement du patrimoine forestier algérien qui a subi de graves dommages durant la guerre de libération du fait des bombardements de l’aviation de l’armée d’occupation française.

Dès 1968, quatre projets de reboisement ont été déployés en amont des forêts naturelles de pin d’Alep dans les monts des Ouled Naïl dans la wilaya de Djelfa.

Le Barrage vert, dans sa lutte contre la désertification, a participé au développement économique et social, ainsi qu'à l'indépendance alimentaire de l’Algérie.

C’est ainsi que le président Houari Boumédiène annonçait en 1970 la mise en place de ce projet du "Barrage vert" qui visait le reboisement de trois millions d’hectares[3].

Le Barrage vert a été créé par la décision du [1] relative à la création du périmètre de reboisement de Moudjebara dans la wilaya de Djelfa[4].

À partir de la décennie 2010, le barrage vert est remis au goût du jour. Une étude sur sa réhabilitation et son extension est lancée en 2012, un plan d'action est proposé en 2016, des réunions et des ateliers ont lieu en 2018[5].

Objectifs[modifier | modifier le code]

Le Barrage vert est une ceinture forestière qui vise à stopper l’avancée du désert vers le Nord algérien en créant une barrière de verdure reliant les frontières algériennes ouest aux frontières est sur une longueur de 1 500 km[6].

Description[modifier | modifier le code]

Le Barrage vert traverse les hauts plateaux algériens d'Est en Ouest.

Il ne peut pas être réalisé d'une manière uniforme et monolithique, car chaque région steppique possède ses spécificités géographiques et climatiques propres, qui ont fait l'objet d'études approfondies des écosystèmes locaux, et de la faune et de la flore locales.

Le choix des essences d'arbres et d'arbustes à planter a découlé des résultats d'études qui ont montré que seule la végétation indigène à un endroit, doit être utilisée si l'on veut que le projet réussisse.

Les reboisements entrepris dans le cas échéant produiraient des espaces certes boisés, mais complètement stériles, sans aucune valeur biologique ou écologique, bien au contraire[7].

L'implantation de la haie vive, formelle (taillée) ou sauvage, est nécessaire pour reconquérir le territoire steppique par la verdure, le quadriller à fin de conserver les sols et l'eau, et d'améliorer le microclimat, et faire reculer le désert[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]