Barrage de Conqueyrac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Barrage de Conqueyrac
Barrage de Conqueyrac ( 2 ).jpg
En amont du barrage de Conqueyrac sur le Vidourle
Géographie
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Cours d'eau
Objectifs et impacts
Vocation
écrêteur de crues
Propriétaire
Date de mise en service
1982
Barrage
Type
Hauteur
(lit de rivière)
17 m
Longueur
577 m
Réservoir
Altitude
110 m
Volume
11,8 millions de
Superficie
2,75 km²

Source
Géolocalisation sur la carte : Gard
(Voir situation sur carte : Gard)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
(Voir situation sur carte : Occitanie)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Le barrage de Conqueyrac est l'un des trois barrages écrêteurs de crues[1],[2] du Vidourle. Situé sur la commune de Conqueyrac, dans le Gard, c'est le plus grand des trois et le seul barrage situé sur le fleuve même du Vidourle. Les deux autres barrages ont été construits sur des affluents du fleuve.

Histoire[modifier | modifier le code]

Niveau du Vidourle à Quissac (Gard) en 1958 et en 2002.

La construction des barrages fut décidée à la suite d'une crue historique en 1958. Mais en 2002, la vidourlade[3] (crue) fut si importante que les barrages ne suffirent pas à contenir les quelque 2 650 m3/s[4] d'eau (débit mesuré en aval à Sommières le ).




Barrage à écailles[modifier | modifier le code]

On perçoit bien ici «écailles» qui composent le barrage.

Répondant aux exigences d’un terrain karstique possiblement instable, les ingénieurs innovèrent en construisant un bâtiment qui prendra le nom de « barrage à écailles[5] ». La particularité de cette technique (une première mondiale) est de ne pas mettre l’ouvrage en péril lorsque la pression de l’eau est trop forte : en cas de surpression l’eau passe à travers les écailles.



Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le barrage est le plus souvent à sec puisque le Vidourle a la particularité d'être principalement souterrain[6] (entre les communes de Saint-Hippolyte-du-Fort et de Sauve). Le lit du fleuve ne se remplit qu'en fortes périodes de pluie.

L'entretien des abords du barrage est effectué par l'EPTB Vidourle[7]. Le bon fonctionnement et la sécurité de l’édifice nécessitent un nettoyage régulier du lit et des berges du fleuve en amont (végétation, flottants, etc.).

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Les deux autres barrages écrêteurs de crues du Vidourle :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Wikibardig:Les barrages écrêteurs de crues - Wikhydro », sur wikhydro.developpement-durable.gouv.fr (consulté le )
  2. « Un barrage écrêteur de crues, ça sert à quoi? – Syndicat de Rivières Brévenne Turdine », sur www.syribt.fr (consulté le )
  3. « vidourlade — Wiktionnaire », sur fr.wiktionary.org (consulté le )
  4. « [VIDEO] Le Vidourle : un des fleuves les plus dangereux de France », Actu-environnement (consulté le )
  5. « Barrage de Conqueyrac (30) - France », sur Geos (consulté le )
  6. « plongee souterraine - vidourle », sur www.plongeesout.com (consulté le )
  7. « Accueil « EPTB Vidourle », sur www.vidourle.org (consulté le )