Bérénice II d'Égypte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bérénice.
Bérénice II d'Égypte
Image illustrative de l'article Bérénice II d'Égypte
Tête de Bérénice II, Glyptothèque de Munich.
Naissance / -276
Décès vers -221
Famille
Père Magas
Mère Apama II
Conjoint Démétrios Kallos
Ptolémée III Évergète Ier
Enfant(s) Arsinoé III, Ptolémée IV

Bérénice II d'Égypte ou Bérénice II de Cyrène était la fille de Magas, roi de Cyrène et d’Apama II, née autour de 267 / 276 av. J.-C. Elle fait assassiner son premier époux Démétrios Kalos, demi-frère du roi de Macédoine Antigonos Gonatas. Elle épouse ensuite en 246 Ptolémée III Évergète Ier avec qui elle règne entre 246 et 222. Elle est la première reine à battre monnaie à son effigie.

Fervente adoratrice de la déesse Bubastis protectrice des parturientes, elle ordonne la construction[1] d'un temple dédié à la déesse à la suite de son accouchement de son deuxième enfant, le futur Ptolémée IV, né en l'absence de son père Ptolémée III parti guerroyer en Syrie.

Durant l'absence de son mari en Syrie, elle fait vœu à la déesse Aphrodite de lui sacrifier sa merveilleuse chevelure. Son mari étant revenu sain et sauf, elle coupe une boucle de ses cheveux et en fait une offrande au temple de la déesse à Zéphyrium. La chevelure ayant disparu de façon mystérieuse, Conon de Samos, l'astronome de la cour, l'expliqua de façon romantique en indiquant un amas stellaire et disant que l'offrande avait tellement plu à la déesse qu'elle l'avait traduit aux cieux. Cet astérisme (ensuite devenu constellation) est encore appelé la chevelure de Bérénice ; l'astéroïde (653) Bérénice a été ainsi baptisé en hommage à Bérénice II.

Callimaque de Cyrène célébra cet incident dans un poème, dont seulement quelques lignes subsistent, mais il nous reste aussi une traduction par Catulle.

Peu de temps après la mort de son mari (fin 222 ou début 221), elle est assassinée sur ordre de son fils Ptolémée IV, ainsi que son autre fils Magas.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. attestée par les textes de fondation du Bubasteion d'Alexandrie inscrits sur les plaquettes de fondation du temple.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]