Aven du Nid de l'Aigle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aven du Nid de l'Aigle
Image dans Infobox.
Localisation
Coordonnées
Pays
Région française|Région
Département
Massif
Localité voisine
Caractéristiques
Type
Altitude de l'entrée
770 m
Période de formation
Localisation sur la carte des Alpes-de-Haute-Provence
voir sur la carte des Alpes-de-Haute-Provence
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
voir sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L'aven du Nid de l'Aigle est un gouffre situé sur la commune de Montsalier dans les monts de Vaucluse (plateau d'Albion), département des Alpes-de-Haute-Provence.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 1952, Pierre Martel signale l'aven du Nid de l’Aigle, ou des Éouse[1] ou encore 2e aven du Serre ou du Fusil-à-Piston. En 1981, on note aven des Éouves, aven du Nid d’Aigle ou encore aven des Chênes Verts[2]. Le nom vient d'un toponyme : le « ravin du Nid de l'Aigle », indiqué sur les cartes.

Spéléométrie[modifier | modifier le code]

La profondeur de l’aven du Nid de l'Aigle est de 247 m[3].

Géologie[modifier | modifier le code]

L’aven s'ouvre dans les calcaires du Barrémien.

Historique[modifier | modifier le code]

L'aven aurait été découvert et désobstrué par des enfants de Montsalier. Il aurait été trouvé « un archaïque fusil à piston datant de l’Empire (...) dans l’éboulis du fond, ce qui montre bien que l’orifice était autrefois dégagé »[1]. Il est exploré par Pierre Martel le , qui en dresse une coupe à -15 m[N 1].

En 1980, l’exploration de la cavité est reprise par André Languille, puis par le Cercle hydrospéléologique vertacorien (CHV), le Groupe oraisonais de recherches souterraines (GORS) et la Société spéléologique d'Avignon (SSA) qui atteignent le fond du gouffre à la cote -247 m en 1996.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En spéléologie, les mesures négatives ou positives se définissent par rapport à un point de référence qui est l'entrée du réseau, connue, la plus élevée en altitude.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Martel Pierre (1952) – Explorations spéléologiques sur le plateau de Saint-Christol et de la montagne de Lure. Ann. de Spél., Spelunca 3e série, tome VII, fasc. 1, pp. 31-54.
  2. Parein René & Languille André (1981) - La Haute Provence souterraine. Contribution à l’étude spéléologique du bassin d’alimentation présumé de la fontaine de Vaucluse. Chez les auteurs, 422 p.
  3. Bigot Jean-Yves, « Spéléométrie de la France. Cavités classées par département, par dénivellation et développement. », Spelunca Mémoires n° 27,‎ , p. 160 (ISSN 0249-0544).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]