Augustin Mouchot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Augustin Mouchot
Mouchot.jpeg
Augustin Mouchot
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinction

Augustin-Bernard Mouchot, né le à Semur-en-Auxois (Côte-d'Or), et mort le à Paris, est un ingénieur et enseignant français, connu, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, pour ses travaux sur l'énergie solaire dont il a inventé les premiers outils de conversion[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le [2],[3], Augustin Mouchot est le dernier des six enfants d'un serrurier installé à Semur-en-Auxois[4]. Il fréquente l’école communale de Semur, puis le collège et la faculté de Dijon et obtient son diplôme de bachelier ès lettres en 1845[4]. D'abord instituteur, il enseigne dans des écoles primaires du Morvan, puis à Dijon, avant d'être diplômé en mathématiques en 1852 et licencié es sciences physiques en 1853 à l'université de Dijon[4]. Il devient professeur et enseigne les mathématiques dans des établissements secondaires à Alençon (1853-1862)[4], Rennes (1862-1864)[5], puis au lycée impérial de Tours[6],[5] (1864-1876[7]).

Il commence à s'intéresser à l'énergie solaire en 1860, en construisant un cuiseur solaire[7],[8]. L'année suivante, il dépose son premier brevet[9],[10],[11]. Il prolonge ainsi, entre autres, les travaux d'Horace-Bénédict de Saussure[12] et surtout ceux de Claude Pouillet et de Macedonio Melloni[13]. Son idée directrice est de trouver une source d'énergie alternative au charbon dont il prévoit l'épuisement des mines[14], [15],[16].

En 1866, il invente le premier moteur solaire avec un réflecteur parabolique et une chaudière cylindrique en verre alimentant une petite machine à vapeur[8]. Cette machine est présentée à Napoléon III, puis exposée, jusqu'au siège de Paris en 1870, au cours duquel elle disparaît[17].

En 1872[18], une subvention du conseil général de Tours lui permet de travailler à plein temps pour construire un four solaire d'une surface de 4 m2[19] qu'il présente à l'Académie des sciences en [20],[21],[22],[23],[24]. En 1877[25], une subvention du conseil général d'Alger[26] lui permet de construire sur le même principe un « grand appareil de 20 m2 » qui reçoit une médaille d'or à l'exposition universelle de 1878 à Paris[27],[28],[29],[30]. Il reçoit ainsi la Légion d'honneur et la possibilité de continuer ses travaux en Algérie[10],[31]. Il dépose avec son nouvel associé, Abel Pifre, un nouveau brevet en 1878[32].

En , lors de la fête de l'Union française de la jeunesse, Abel Pifre, qui lui a racheté ses brevets entretemps[33], utilise un récepteur solaire d'Augustin Mouchot pour actionner une machine à vapeur lui permettant d'imprimer un journal sur une presse Marinoni [34],[35], le « Soleil Journal » (Voir une reproduction de l'entête)[36],[37],[38]. La France a alors une production de charbon insuffisante pour les besoins de l'industrie, ce qui justife la démarche de Mouchot. Le traité de commerce franco-Britannique de 1860, ainsi que l'amélioration du réseau ferré facilite l'approvisionnement en charbon et accélère le développement industriel. Cela conduit le gouvernement français à estimer, après études[39], que l'énergie solaire n'est finalement pas rentable et à cesser de financer les recherches de Mouchot.

Mouchot retourne dans l'enseignement et publie un livre de mathématique en 1892[40]. Il reçoit le prix Francœur de l'Institut de France en 1891 et en 1892[41].

Augustin Mouchot meurt en 1912 à Paris dans la misère[42],[43],[44] et est inhumé au cimetière de Bagneux[45].

Hommages[modifier | modifier le code]

Selon le chimiste Daniel Lincot en 2019, Augustin Mouchot est « un des premiers savants à avoir pris toute la mesure du potentiel immense de l'énergie solaire pour répondre aux besoins de l'humanité »[48]. Et, selon le mathématicien Étienne Ghys en 2018, il « a résolu d'intéressantes questions de géométrie »[40]. D'après l'universitaire Frédéric Caille en 2020, Mouchot est non seulement un « précurseur de premier plan des utilisations thermiques et thermodynamiques du rayonnement solaire », mais il a également envisagé certaines formes de conversion de l’énergie solaire utilisées actuellement[49].

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

  • « L'ingénieur Jordan » du roman Travail (1901) d'Emile Zola « ressemble beaucoup à Augustin Mouchot » selon le Nouvel Obs[50],[51].
  • L'inventeur de Miguel Bonnefoy, Payot et Rivages, 2022, est un roman historique qui raconte la vie d'Augustin Mouchot.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Étienne Baudier de Royaumont, La Conquête du soleil : applications scientifiques et industrielles de la chaleur solaire, Marpon et Flamarion, (lire en ligne), partie II, chap. 7 à 11[56]
  • Jacques Borowczyk, La passion des sciences en Touraine au XIXᵉ siècle, t. XXIII, Mémoires de l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Touraine, (lire en ligne [PDF]), « Le semurois Augustin Mouchot (1825-1912), professeur de Mathématiques et pionnier de L'énergie solaire », p. 143-150
  • Frédéric Caille, « Augustin Mouchot », Carnets de recherche sur Hypothèses,‎ 2020-2021 (lire en ligne)
  • Chloé Cottour, « Utiliser les rayons du soleil : des appareils d’Augustin Mouchot aux premiers panneaux solaires », Blog Gallica Bnf,‎ (lire en ligne)
  • François Jarrige, « « Mettre le soleil en bouteille » : les appareils de Mouchot et l'imaginaire solaire au début de la Troisième République », Romantisme, vol. 150, no 4,‎ , p. 85 (ISSN 0048-8593 et 1957-7958, DOI 10.3917/rom.150.0085, lire en ligne, consulté le )
  • (en) Frank T. Kryza, The power of light : the epic story of man's quest to harness the sun, McGraw-Hill, , 298 p. (ISBN 978-0-07-142595-7, présentation en ligne), chap. 6 (« Augustin Mouchot and the First « Sun Engine » ») :

    « [...]The solution Mouchot tried next combined two solar developments that over previous centuries had evolved independently: the glass heat trap [...] and the burning mirror. [...] Mouchot’s great insight was to link these two approaches. With the concentrated beam of sunlight, a glass heat trap could be kept to manageable size while still producing enough heat to boil water in large quantities. [...] The new device led to several successful inventions, including a solar oven, a solar still, and a solar pump as well as the giant solar engine that so fascinated Louis-Napoleon and generated the financial support Mouchot needed. [...] (p.155-156) [...] 1866 [...] Mouchot had invented the first steam engine to run on energy from the sun, converting solar energy into useful mechanical work. [...] (p. 158) Traduction : [...] La solution que Mouchot tenta ensuite combina deux développements solaires qui au cours des siècles précédents avaient évolué indépendamment : le piège à chaleur en verre [...] et le miroir brûlant. [...] La grande perspicacité de Mouchot a été de lier ces deux approches. Avec le faisceau concentré de lumière solaire, un piège à chaleur en verre pourrait être maintenu à une taille gérable tout en produisant suffisamment de chaleur pour faire bouillir de l'eau en grande quantité. [...] Le nouveau dispositif a conduit à plusieurs inventions réussies, dont un four solaire, un alambic solaire et une pompe solaire ainsi que le moteur solaire géant qui a tant fasciné Louis-Napoléon et a généré le soutien financier dont Mouchot avait besoin. [...] (p.155-156) [...] 1866 [...] Mouchot avait inventé la première machine à vapeur fonctionnant à l'énergie du soleil, convertissant l'énergie solaire en travail mécanique utile. [...] (p. 158) »

  • De l'inventeur à l'entrepreneur, histoire de brevets, brochure du Musée des arts et métiers, Paris, 2008
  • Abel Pifre (Édition établie par Eric Dussert), L'utilisation de la chaleur solaire, Paris, Livroscope-Paléo-Energétique, (ISBN 978-2-9136-6172-1, lire en ligne [PDF])
    (Reproduction d'articles anciens)
  • Georges-François Pottier, « Augustin Mouchot, pionnier de l’énergie solaire à Tours en 1864 », Archives départementales d’Indre-et-Loire,‎ (lire en ligne [PDF])
  • Bernard Quinnez, Augustin-Bernard Mouchot (1825-1912) : un missionnaire de l'énergie solaire, t. 142, Mémoires de l'Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon, 2007-2008, p. 297-321
  • Miguel Bonnefoy, L'Inventeur, Rivages, 2022

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Présentation de Daniel Lincot au Collège de France le 26 janvier 2022 : L'énergie solaire : analyse de la ressource et de ses transformations La scène se produit à 42:30.
  2. En 1825 selon le registre d'état civil.
  3. a et b Dossier Légion d'honneur (avec état civil) [lire en ligne]
  4. a b c et d Pottier 2014, p. 1.
  5. a et b Pottier 2014, p. 2.
  6. « Lycée Descartes (Tours, Indre-et-Loire) », sur archives.touraine.fr (consulté le )
  7. a et b Borowczyk 2010, p. 144.
  8. a et b Kryza 2003, p. 155-158.
  9. Appareil dit Héliopompe, destiné à élever les eaux, brevet n° 48622 déposé le 4 mars 1861, Archives de l’Institut national de protection industrielle.
  10. a b et c Frédéric Caille, « Augustin Mouchot en 10 dates », sur Augustin Mouchot (consulté le )
  11. Académie des sciences (France) Auteur du texte, « Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences / publiés... par MM. les secrétaires perpétuels », sur Rotomagus, (consulté le )
  12. Augustin Bernard Mouchot, La chaleur solaire et ses applications industrielles, Gauthier-Villars, (lire en ligne), p. 12
  13. Willy Diamant, « L'histoire de l'énergie solaire », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « [...] Fortement stimulé par ce dernier [Pouillet] et par les travaux du physicien italien Melloni [...] »

  14. Pottier 2014, p. 4.
  15. Kryza 2003, p. 152.
  16. Augustin Mouchot, La chaleur solaire, (lire en ligne), p. 214 :

    « [...] si dans nos climats l’industrie peut se passer de l’emploi de la chaleur solaire, il arrivera nécessairement un jour où, faute de combustible, l’industrie sera bien forcée de revenir au travail des autres agents naturels. Que les dépôts de houille et de pétrole lui fournissent longtemps encore leur énorme puissance calorifique, nous n’en doutons pas. Mais ces dépôts s’épuiseront sans aucun doute [...] on ne peut s’empêcher de conclure qu’il est prudent et sage de ne pas s’endormir à cet égard dans une sécurité trompeuse. [...] »

  17. Pottier 2014, p. 3-4.
  18. Pottier 2014, p. 6.
  19. Borowczyk 2010, p. 145.
  20. L. Simonin, « Les Applications industrielles de la chaleur solaire, la machine de Tours », 3e période,‎ , p. 200–213 (lire en ligne, consulté le )
  21. Pottier 2014, p. 7-8.
  22. Royaumont 1882, p. 217.
  23. Encyclopédie des sciences, des lettres et des arts : complément périodique..., 1878-1880 (lire en ligne)
  24. Académie des sciences (France) Auteur du texte, « Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences / publiés... par MM. les secrétaires perpétuels », sur Gallica, (consulté le )
  25. « FRAN_IR_000551 - Salle des inventaires virtuelle », sur www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le )
  26. Pottier 2014, p. 9.
  27. « Le Monde illustré », sur Gallica, (consulté le )
  28. « L'Exposition universelle de 1878 illustrée : publication internationale autorisée par la Commission / [rédacteur en chef : Jules Brunfaut] », sur Gallica, (consulté le )
  29. « 28 août 1878, Conférence d'Abel Pifre au Trocadéro », sur cnum.cnam.fr (consulté le )
  30. « CNUM - 8XAE266.1 : p.183 - im.186 », sur cnum.cnam.fr (consulté le )
  31. Académie des sciences (France) Auteur du texte, « Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences / publiés... par MM. les secrétaires perpétuels », sur Gallica, (consulté le )
  32. « Le four solaire - Augustin Bernard MOUCHOT et Abel PIFRE. Brevet d'invention déposé le 11.10.1878 pour des nouveaux procédés d'utilisation de la chaleur solaire (1BB126910). - Google Arts & Culture », sur Google Arts & Culture (consulté le )
  33. Royaumont 1882, p. 233.
  34. Éric Le Ray, « Hippolyte-Auguste Marinoni, l’un des fondateurs de la presse moderne (1823-1904) », Documentation et bibliothèques, vol. 51, no 2,‎ , p. 151–157 (ISSN 0315-2340 et 2291-8949, DOI 10.7202/1030096ar, lire en ligne, consulté le )
  35. Éric Le Ray, « Hippolyte-Auguste Marinoni (1823-1904) », Cahiers GUTenberg,‎ , p. 33-99, article no 43 (lire en ligne [PDF])
  36. « Le Monde illustré », sur Gallica, (consulté le )
  37. La Nature, 1882, n° 482, p.193, « Utilisation de la chaleur du soleil », sur cnum.cnam.fr (consulté le )
  38. Groupe Bayard Auteur du texte, « La Croix », sur Gallica, (consulté le )
  39. Louis (1819-1894) Auteur du texte Figuier et Émile (1853-1937) Auteur du texte Gautier, « L'Année scientifique et industrielle : ou Exposé annuel des travaux scientifiques, des inventions et des principales applications de la science à l'industrie et aux arts, qui ont attiré l'attention publique en France et à l'étranger / par Louis Figuier », sur Gallica, (consulté le )
  40. a et b « Etienne Ghys : « J’aime bien les maths quand elles sont partagées » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ) :

    « [...] Beaucoup de mathématiciens inconnus ont joué de grands rôles dans leur histoire. [...]. On peut citer un mathématicien, Augustin Mouchot, pionnier de l'énergie solaire au XIXe siècle, qui pour la domestiquer a passé sa vie à dessiner de grands miroirs paraboliques et a résolu d'intéressantes questions de géométrie. Ce serait dommage d'oublier ces « inconnus ». [...] »

  41. Louis Figuier et Émile Gautier, L'Année scientifique et industrielle, L. Hachette et cie., (lire en ligne)
  42. Un vieux savant est jetté à la rue, Le Parisien, (lire en ligne)
  43. Borowczyk 2010, p. 149.
  44. « Famous Scientist », Herald,‎ (lire en ligne, consulté le )
  45. Pottier 2014, p. 13.
  46. Lionel Dufaux, « Le solaire au Musée des arts et métiers », Cahiers d'histoire du Cnam, vol. 13,‎ , p. 52 (lire en ligne, consulté le ) :

    « [...] L’appareil se compose de trois éléments : un miroir réflecteur cylindrique ou parabolique plaqué d’argent, qui concentre les rayons du Soleil ; une chaudière en cuivre noirci installée au centre du miroir et contenant le fluide à chauffer ; une cloche en verre recouvrant la chaudière, destinée à emprisonner la chaleur. [...] »

  47. « Four solaire de Mouchot et Pifre », sur musée des Arts et Métiers (consulté le )
  48. « « Pourquoi ne pas investir dans des usines photovoltaïques plutôt que dans de nouveaux EPR ? » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. Frédéric Caille, « Augustin Mouchot », sur Augustin Mouchot (consulté le ) : « [...] Loin d’être pourtant seulement un précurseur de premier plan des utilisations thermiques et thermodynamiques du rayonnement solaire, il envisagera les modes de conversion de l’énergie les plus récemment rediscutés, telles l’électricité thermosolaire ou la décomposition-photolyse de l’eau pour produire de l’hydrogène. [...] »
  50. « La nouvelle histoire de France : 1867, l’invention du moteur solaire », sur L'Obs, (consulté le ) : « [...] Prenez Augustin Mouchot. Tout le monde l’a oublié [...] »
  51. Bertrand Wolff, « De « Zola » à Zola La flambée du « solaire » », L'écho des colonnes,‎ , p. 5-9 (lire en ligne [PDF])
  52. Daniel Lincot, « L'énergie solaire : analyse de la ressource et de ses transformations ; La naissance de l’industrie solaire, p.30 » [PDF],
  53. Académie des inscriptions et belles-lettres (France) Auteur du texte, « Le Journal des sçavans », sur Gallica, (consulté le )
  54. de sciences Société d'agriculture, « Annales de la Société d'agriculture, sciences, arts et belles-lettres d'Indre-et-Loire », sur Gallica, (consulté le )
  55. « Mémoires et compte-rendu des travaux. », Société des ingénieurs civils de France,‎ , p. 118 v. (lire en ligne, consulté le )
  56. « Revue illustrée / F.-G. Dumas, directeur », sur Gallica, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]