Daniel Lincot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Daniel Lincot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Directeur scientifique (en)
L’Institut Photovoltaïque d’Île-de-France (d)
-
Directeur
Institut de Recherche et Développement sur l'Énergie Photovoltaïque (d)
-
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

Daniel Lincot, né en 1954 aux Sables-d'Olonnes, est un chimiste français, spécialiste de l'énergie solaire et renommé pour la conversion photovoltaïque de cette énergie. Il est directeur de recherche émérite au CNRS.

Biographie[modifier | modifier le code]

Daniel Lincot naît en 1954 aux Sables-d'Olonne[1]. À partir de 1974, il suit les cours de l'ESPCI ParisTech et en sort diplômé en 1978[1],[2](93e promotion)[3]. Daniel Lincot travaille sur la synthèse de cellules photovoltaïques à base de tellurure de cadmium (CdTe) durant sa thèse de 1978 à 1980 au Laboratoire de physique des solides du CNRS de Meudon-Bellevue[1]. Il entre, en 1980, au Laboratoire d'électrochimie analytique et appliquée de l'École nationale supérieure de chimie de Paris et travaille sur la photoélectrochimie des semi-conducteurs[1].

Il met au point en 1991, avec son équipe et des équipes européennes, une « précipitation en solution d'une couche mince d'interface à base de sulfure de cadmium (CdS) »[1],[2],[4]. Puis, son laboratoire réussi à synthétiser des couches minces de sulfure de cadmium (CdS) et de diséléniure de cuivre, d'indium (CIS) et de gallium (CIGS) en milieu aqueux[1]. Ces techniques sont utilisées dans des cellules solaires qui présentent des rendements records dans la première moitié des années 1990[1].

EDF lui demande en 1998, avec le CNRS et Chimie Paristech (ex-ENSCP), de superviser la création d'une filière de production par électrolyse de cellules solaires en couches minces[1].

En 2005, Daniel Lincot crée avec Olivier Kerrec d'EDF[5], l'Institut de recherche et développement sur l'énergie photovoltaïque (IRDEP), un laboratoire mixte entre EDF, le CNRS[2] et Chimie ParisTech[6] qui s'installe au centre de recherche EDF à Chatou.

En juin 2008, avec soixante autres scientifiques, il appelle à ce que le G8 consacré à l'énergie, n'oublie pas l'énergie solaire[7]. En septembre de la même année, il préside la Conférence européenne sur l'énergie solaire photovoltaïque (Valence, Espagne)[8],[9],[10]. Daniel Lincot milite pour le développement et l'utilisation des technologies solaires[11],[6].

Il dirige l'IRDEP de jusqu'en décembre 2018[1], ainsi que la fédération de recherche photovoltaïque CNRS Île-de-France[12] créée en , jusqu'en 2014.

Il participe à la fondation de l'Institut photovoltaïque d'Île-de-France (IPVF)[13], dans le cadre du programme des investissements d'avenir visant à la création des instituts d'excellence en énergies décarbonnées (IEED) appelés ultérieurement Instituts de transition énergétique (ITE), avec pour partenaires le CNRS, l'École polytechnique, EDF, Total, Air liquide, Horiba[14]. L'IPVF est lancé en [15]. Daniel Lincot en est le directeur scientifique jusqu'en [1]. Il prend sa retraite du CNRS en octobre 2021 avec le statut de directeur de recherche émérite.

Il participe à l'organisation d'un symposium en l'honneur d'Edmond Becquerel, découvreur de l'effet photovoltaïque, à l'occasion du 200ᵉ anniversaire de sa naissance le 24 mars 1820. Le symposium a eu lieu le 7 décembre 2020[16].

Il est professeur invité au Collège de France comme titulaire de la chaire annuelle sur l'innovation technologique Liliane Bettencourt 2021-2022[17],[18]. Le thème de son enseignement est Énergie solaire photovoltaïque et transition énergétique[19].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Daniel Lincot est lauréat de la médaille d'argent du CNRS en 2004[20].

Il reçoit en 2011, la médaille Charles Eichner de la Société française de métallurgie et de matériaux (SF2M[21]) pour ses travaux dans le domaine des matériaux pour l'énergie, ainsi que le trophée scientifique du pôle de compétitivité DERBI spécialisé dans le domaine des énergies renouvelables.

En 2013, il reçoit le prix de l'Electrochemical Society pour ses travaux dans le domaine de la synthèse électrochimique de semi-conducteurs.

En , la Société chimique de France (SCF) lui décerne le Grand Prix Pierre Süe.

Il reçoit en novembre 2020 le Prix Ivan Peychès de l'Académie des sciences pour les applications des sciences à l'industrie, en lien avec ses travaux dans le domaine de l'énergie solaire photovoltaïque[22].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i et j « "La pérovskite donne un solide avantage au solaire" », sur www.larecherche.fr (consulté le ) : « [...] associer plus avant chimie et photovoltaïque. Mon mantra à l'époque, c'était de dire que la nature est capable de préparer de super matériaux simplement en solution (émail des dents, perles, bois...), pourquoi donc aller chercher des températures très élevées, des vides poussés, pour faire les matériaux que j'utilisais ? Pourquoi ne pas essayer de préparer des semi-conducteurs dans de l'eau, par des méthodes chimiques « douces » ? [...] »
  2. a b et c « Un engagement de trente ans », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Ingénieurs de la 93e promotion de l'ESPCI
  4. Philppe Passebon, « Il a assoupli les cellules solaires », Industrie et Technologies (L'Usine Nouvelle), no 0966,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le )
  5. « Dix petites entreprises devenues grandes », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. a et b Sylvestre Huet, «Les technologies actuelles seront compétitives d’ici 2020», sur Libération (consulté le )
  7. « La filière solaire dénonce un G8 qui l'a oubliée », sur Les Echos, (consulté le )
  8. Propos recueillis par Cécile Michaut, « Questions à Daniel Lincot : « Grâce aux couches minces, le photovoltaïque progresse » », La Recherche, no 422,‎ , p. 27
  9. « L'énergie solaire photovoltaïque est en phase de décollage », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Les promesses du photovoltaïque », sur Les Echos, (consulté le )
  11. Le brillant avenir de l'énergie solaire, Pour la Science, janvier 2009
  12. Fédération photovoltaïque d’Île-de-France.
  13. « L'Institut photovoltaïque d'Ile de France inauguré », sur Sciences et Avenir, (consulté le )
  14. Alain Ricaud, « Électricité photovoltaïque : politiques publiques et conséquences économiques: Les choix français dans le contexte international (1973-2013) », Annales historiques de l’électricité, vol. 11, no 1,‎ , p. 111 (ISSN 1762-3227 et 2272-8023, DOI 10.3917/ahe.011.0111, lire en ligne, consulté le )
  15. Institut photovoltaïque d’Île-de-France.
  16. Symposium Edmond Becquerel, sur le site de l'IPVF.
  17. Nathan Mann, « [L'instant tech] « L’Europe peut rebondir dans le photovoltaïque avec les cellules tandem », juge le chimiste Daniel Lincot, au Collège de France », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. « Interview de Daniel Lincot, l'énergie solaire au collège de France », sur Sciences et Avenir, (consulté le )
  19. Daniel Lincot, sur le site du Collège de France.
  20. Tidiany M'Bo, « COP21 : "Les citoyens doivent s'emparer de l'économie du photovoltaïque" », sur Le Point, (consulté le )
  21. Société française de métallurgie et des matériaux.
  22. Prix Ivan Peychès, sur le site de l'Académie des sciences.

Liens externes[modifier | modifier le code]