Atelier Sanzot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Atelier Sanzot
Histoire
Fondation
Dissolution
Successeur
Cadre
Type
Siège social
Pays
Organisation
Fondateurs

L'atelier Sanzot est un atelier d'auteurs de bande dessinées, créé en 1995 à Angoulême et dissout en 2006. Son successeur est l'atelier du Marquis de Crocogoule.

Histoire[modifier | modifier le code]

D'après Isabelle Dethan, l'origine de l'atelier Sanzot remonte au « collectif Monster Club [...] puis [l'atelier] Brol », constitués d'anciens étudiants aux Beaux-Arts qui partageaient une colocation[1]. L'atelier Brol fusionne avec l'atelier du Second[2]. Sanzot est co-fondé par Isabelle Dethan, Mazan et Jean-Luc Loyer[3]. Le groupe d'artistes s'installe boulevard Berthelot et prend le nom d'atelier Sanzot, allusion à la boucherie Sanzot, dans Les Aventures de Tintin[4]. L'emblême de l'atelier Sanzot est un cochon[5].

Il s'agit d'un lieu de travail dont les frais sont répartis entre les membres via une cotisation mensuelle[4]. Bernard Lambert, agent des auteurs, dirige l'association Sanzot et l'entreprise Sanzot[2]. Pour être admis, un auteur doit remporter l'accord unanime des membres et avoir réalisé « un projet abouti »[4]. En 2002, l'atelier rassemble treize auteurs mais il a été fréquenté par une quarantaine d'artistes ; d'autres ont décliné l'invitation[2],[4]. Au maximum, l'atelier a compté simultanément seize auteurs[4].

En 2002 paraît un livre retraçant l'histoire de Sanzot : Un atelier de bande dessinée à Angoulême, écrit par Nicolas Albert, chez l'éditeur Imbroglio[2].

Chaque année, le collectif est représenté à Angoulême en louant des locaux[4]. En 2004, une exposition est réservée aux douze artistes composant Sanzot lors du 31e festival international de la bande dessinée d'Angoulême[4] : Intérieurs d'artistes, sur 250 mètres carrés à l'Hôtel des ventes ; le commissaire est Nicolas Albert[5].

En 2006, Mazan, Dauthan et onze autres auteurs, désireux de quitter des locaux « décrépits » et se doter de nouveaux statuts, s'installent rue de Cognac et adoptent le nom d'atelier du Marquis de Crocogoule, nom choisi par Mazan[6],[1]. Le nom d'atelier Sanzot reste propriété de Bernard Lambert[6].

Membres de l'atelier Sanzot[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Laurence Guyon, « La tournée des Marquis », Charente libre,‎ (lire en ligne). Accès payant
  2. a b c d e f g h i j et k La rédaction de Sud Ouest, « Atelier Sanzot : Copains comme cochons », Sud Ouest,‎ .
  3. « "Allo ? C'est la boucherie Sanzot" », Sud Ouest,‎ .
  4. a b c d e f g h i j et k La rédaction, « L'atelier Sanzot ou le secret de la durée », Sud Ouest,‎ .
  5. a et b Haude Giret, « Dans la peau d'un auteur », Sud Ouest,‎ .
  6. a et b Hélène Rietsch, « Sanzot autoproclamé Marquis », Sud Ouest,‎ .
  7. a b c et d « Atelier Sanzot », sur BDZoom, .
  8. R.T., « Aude Soleilhac: son premier festival avec Jules Verne », Charente libre,‎ .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livre[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Albert, Atelier Sanzot : un atelier de BD a Angoulême, Imbroglio, , 160 p. (ISBN 978-2914508049).

Presse[modifier | modifier le code]

  • « Sanzot à l'honneur », Sud Ouest,‎ .
  • Hélène Echasseriau, « Histoire d'une bande de dessinateurs », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ .
  • M. B., « Pour Sanzot, suivez la flèche », Sud Ouest,‎ .

Lien externe[modifier | modifier le code]