Armande Félice de La Porte Mazarin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Armande Félice de La Porte Mazarin, née le et morte le en couches à Versailles, est la petite-fille d'Hortense Mancini et l'arrière-petite-nièce de Mazarin. Elle est connue pour avoir été l'une des maîtresses du duc de Richelieu et la mère de quatre des maîtresses du roi Louis XV.

Biographie[modifier | modifier le code]

Armande Félice de La Porte Mazarin est la fille de Paul Jules de La Porte, duc de La Meilleraye, duc de Mazarin, et de Charlotte Félice Armande de Durfort-Duras, morte le , la petite-fille d'Armand Charles de La Porte, duc de La Meilleraye et de Mazarin et d'Hortense Mancini et l'arrière-petite-nièce du cardinal Mazarin[1],[2].

Le , elle épouse, dans la chapelle de l'archevéché de Paris, Louis III de Mailly-Nesle (1689-1767), prince d'Orange[3],[4]. De ce mariage, naissent cinq enfants :

Armande Félice de La Porte Mazarin était célèbre pour ses frasques durant la Régence. Elle a d'abord pour amant le duc de Richelieu. Mais le duc a une autre maîtresse, la vicomtesse de Polignac.

Armande, refusant de partager son amant, prend la décision de provoquer la vicomtesse en duel. Le , elle se battent au pistolet. Elle est blessée à l’épaule et le duc déclare : « Ces dames ont été bien bonnes de se battre pour moi. Je ne sacrifierai pas un de mes cheveux, ni à l’une, ni à l’autre »[5],[6],[7],[8].

Armande trouve ensuite un autre amant en la personne de Louis IV Henri de Bourbon-Condé, 4e prince de Condé.

De cette liaison naît Henriette de Bourbon-Condé (Paris, - abbaye de Beaumont les Tours, 11 septembre 1780), mariée à Paris, paroisse Saint Sulpice, le 16 novembre 1740, avec Jean Roger de Laguiche, marquis de Laguiche, comte de Sivignon, lieutenant général des armées du Roi, (1719-1770)[9], d'où deux enfants.

Deux jours après la naissance d'Henriette de Bourbon-Condé, Armande est appelée à la cour pour entrer au service de la nouvelle reine de France, Marie Leszczynska[10].

Le portrait d'Armande Félice de La Porte Mazarin a été peint par Pierre Gobert et son atelier [11].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François-Alexandre Aubert de La Chenaye-Desbois, Dictionnaire généalogique, héraldique, chronologique et historique, contenant l'origine et l'état actuel des premières Maisons de France, des maisons souveraines & principales de l'Europe... les familles nobles du royaume, [lire en ligne].
  2. Suite de la Clef, ou Journal historique sur les matières du temps, [lire en ligne].
  3. Patrick Van Kerrebrouck, La Maison de Bourbon : 1256-1987, Villeneuve d'Ascq, l'auteur, , 1010 p. (ISBN 2-9501509-5-0), p. 848
  4. Abbé Ambroise Ledru, Histoire de la Maison de Mailly, tome 1er, Paris, Librairie Emile Lechevalier, (lire en ligne), p. 443-450
  5. Georges Touchard-Lafosse, Chroniques pittoresques et critiques de l'Oeil de Boeuf: des petits appartements de la cour et des salons de Paris, sous Louis XIV, la régence, Louis XV et Louis XVI, [lire en ligne].
  6. Henri de Romeges, Sexo-Monarchie. Ces obsédés qui gouvernaient la France, [lire en ligne].
  7. Description du tableau.
  8. Marcel Pollitzer, Le Marechal Galant Duc de Richelieu, [lire en ligne].
  9. Patrick Van Kerrebrouck, La Maison de Bourbon : 1256-1987, Villeneuve d'Ascq, l'auteur, , 1010 p. (ISBN 2-9501509-5-0), p. 660
  10. Henri Pigaillem, Dictionnaire des favorites, [lire en ligne].
  11. « Portrait de la Marquise de Nesle », sur Anticstore (consulté le )