Armande Félice de La Porte Mazarin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Armande Félice de La Porte Mazarin
(Agen) Portrait d'Armande-Félice de Mazarin, Marquise de Mailly ca1715 - Pierre Gobert - Musée des Beaux-Arts d'Agen.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Activité
CourtisaneVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Paul Jules de La Porte (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Félice Armande de Durfort (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants

Armande Félice de La Porte Mazarin, née le et morte le en couches à Versailles, est la petite-fille d'Hortense Mancini et l'arrière-petite-nièce de Mazarin. Elle est connue pour avoir été l'une des maîtresses du duc de Richelieu et la mère de quatre des maîtresses du roi Louis XV.

Biographie[modifier | modifier le code]

Armande Félice de La Porte Mazarin est la fille de Paul Jules de La Porte, duc de La Meilleraye, duc de Mazarin, et de Charlotte Félice Armande de Durfort-Duras, morte le , la petite-fille d'Armand Charles de La Porte, duc de La Meilleraye et de Mazarin et d'Hortense Mancini et l'arrière-petite-nièce du cardinal Mazarin[1],[2].

Le , elle épouse, dans la chapelle de l'archevéché de Paris, Louis III de Mailly-Nesle (1689-1767), prince d'Orange[3],[4]. De ce mariage, naissent cinq enfants :

Armande Félice de La Porte Mazarin était célèbre pour ses frasques durant la Régence. Elle a d'abord pour amant le duc de Richelieu. Mais le duc a une autre maîtresse, la vicomtesse de Polignac.

Armande, refusant de partager son amant, prend la décision de provoquer la vicomtesse en duel. Le , elle se battent au pistolet. Elle est blessée à l’épaule et le duc déclare : « Ces dames ont été bien bonnes de se battre pour moi. Je ne sacrifierai pas un de mes cheveux, ni à l’une, ni à l’autre »[5],[6],[7],[8].

Armande trouve ensuite un autre amant en la personne de Louis IV Henri de Bourbon-Condé, 4e prince de Condé.

De cette liaison naît Henriette de Bourbon-Condé (Paris, - abbaye de Beaumont les Tours, 11 septembre 1780), mariée à Paris, paroisse Saint Sulpice, le 16 novembre 1740, avec Jean Roger de Laguiche, marquis de Laguiche, comte de Sivignon, lieutenant général des armées du Roi, (1719-1770)[9], d'où deux enfants.

Deux jours après la naissance d'Henriette de Bourbon-Condé, Armande est appelée à la cour pour entrer au service de la nouvelle reine de France, Marie Leszczynska[10].

Le portrait d'Armande Félice de La Porte Mazarin a été peint par Pierre Gobert et son atelier [11].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François-Alexandre Aubert de La Chenaye-Desbois, Dictionnaire généalogique, héraldique, chronologique et historique, contenant l'origine et l'état actuel des premières Maisons de France, des maisons souveraines & principales de l'Europe... les familles nobles du royaume, [lire en ligne].
  2. Suite de la Clef, ou Journal historique sur les matières du temps, [lire en ligne].
  3. Patrick Van Kerrebrouck, La Maison de Bourbon : 1256-1987, Villeneuve d'Ascq, l'auteur, , 1010 p. (ISBN 2-9501509-5-0), p. 848
  4. Abbé Ambroise Ledru, Histoire de la Maison de Mailly, tome 1er, Paris, Librairie Emile Lechevalier, (lire en ligne), p. 443-450
  5. Georges Touchard-Lafosse, Chroniques pittoresques et critiques de l'Œil de Bœuf: des petits appartements de la cour et des salons de Paris, sous Louis XIV, la régence, Louis XV et Louis XVI, [lire en ligne].
  6. Henri de Romeges, Sexo-Monarchie. Ces obsédés qui gouvernaient la France, [lire en ligne].
  7. Description du tableau.
  8. Marcel Pollitzer, Le Marechal Galant Duc de Richelieu, [lire en ligne].
  9. Patrick Van Kerrebrouck, La Maison de Bourbon : 1256-1987, Villeneuve d'Ascq, l'auteur, , 1010 p. (ISBN 2-9501509-5-0), p. 660
  10. Henri Pigaillem, Dictionnaire des favorites, [lire en ligne].
  11. « Portrait de la Marquise de Nesle », sur Anticstore (consulté le )