Arimaspes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Satyre (à gauche), griffon (au centre) et Arimaspe (à droite), v. -373--350, musée du Louvre
Griffon en or et argent provenant d'une tombe scythe du Kazakhstan (Ve siècle av. J.-C.)

Les Arimaspes sont un peuple légendaire de Scythie, au-delà des Monts hyperboréens. Ils guerroyaient sans cesse contre les griffons, gardiens de l’or des trésors d'Apollon.

Ils apparurent dans l'ouvrage de l’écrivain grec Aristée de Proconnèse, au VIIe siècle av. J.-C., qui les décrit comme n'ayant qu'un œil, à l'instar des cyclopes, plus probablement parce qu'ils fermaient sans doute l'autre pour tirer à l'arc. Cette légende pourrait tirer son origine des mines d'or que l'on trouvait en Russie et spécialement dans l'Oural.

Cette particularité anatomique est également citée par Eschyle dans Prométhée enchaîné lorsque Prométhée révèle à Iô les souffrances qu’elle aura encore à subir : « fuis aussi l’armée des cavaliers Arimaspes à l’œil unique, qui habitent sur le bord du fleuve Ploutôn qui roule l’or[1]. »

Hérodote mentionne aussi l’œil unique des Arimaspes et l'or gardé par les Griffons dans les Histoires III et IV : « (…) Plus au Nord, ce sont les Issédons qui affirment l'existence des hommes n'ayant qu'un œil et des griffons gardiens de l'or ; les Scythes répètent ce qu'ils ont appris d'eux, et nous autres le tenons des Scythes ; le nom que nous donnons aux Arimaspes est Scythe ; arima, en Scythe, signifie "un" ; et spou, "oeil"[2]. » « Il est constant que c'est dans le Nord de l'Europe qu'il y a de beaucoup le plus d'or. Comment il est obtenu, cela non plus je ne saurais le dire avec certitude ; on raconte qu'il serait soustrait aux griffons par les Arimaspes, hommes n'ayant qu'un œil[3]. »

D’après Pausanias le Périégète, les Arimaspes étaient situés au nord des Issedones et les Scythiens, au sud. Au IIIe siècle av. J.-C., le poète grec Callimaque de Cyrène décrit les Arimaspes de Scythie comme blonds[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Eschyle, Prométhée enchaîné, v. 805-807
  2. Herodote, Histoires, p. IV, 27
  3. Herodote Histoires III, 116, Histoires, p. III, 116
  4. Callimaque. Hymne à Délos. 291