Apium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la flore
Cet article est une ébauche concernant la flore.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le genre Apium, au sens large (incluant Helosciadium) regroupe des plantes herbacées, appelées aches ou céleris, de la famille des Apiacées (ou Ombellifères). L'espèce la plus connue est le céleri commun, dont plusieurs variétés sont cultivées comme légumes ou plantes condimentaires.

Apium désignait chez les latins des ombellifères appelées ache domestique ou ache sauvage[1].

C'est ce genre qui a donné son nom à la famille des Apiacées.

Caractéristiques générales[modifier | modifier le code]

Plantes herbacées bisannuelles, à petites fleurs blanchâtres groupées en ombelles.

Distribution[modifier | modifier le code]

Les espèces de ce genre sont originaires des régions tempérées de l'ancien monde : Europe, Afrique du Nord, Asie occidentale. L'ache se plait dans les sols salés, en bord de mer, de la Corse à la Norvège.

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Des études de phylogénie moléculaire [2] font apparaître une séparation au sein de genre Apium, entre la branche Apium et le sous-genre Helosciadium que l'on doit rattacher à la tribu des Oenantheae. Le genre Apium ne comporterait, en Europe, que l'espèce Apium graveolens [3].

Selon ITIS (17 juin 2016)[4] :

On cite aussi Apium inundatum(L.) Rchb.f. voir Helosciadium inundatum (L.) ex W.D.J.Koch (Ache inondée)

Selon GRIN (17 juin 2016)[5] :

Utilisation[modifier | modifier le code]

  • légume : céleri-branche, céleri-rave
  • Plante condimentaire : céleri
  • En décoration architecturale du Moyen Age, la feuille d'Ache a été souvent reproduite lors de la période ogivale ainsi que dans l'art du blason.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Grecs en couronnaient les vainqueurs des jeux Isthmiquès : les vertes tiges de l'ache couronnent le front de ce vainqueur heureux (Pindare)[7].

Symbolisme[modifier | modifier le code]

Elle symbolise une jeunesse triomphante et joyeuse. Si elle jouait un rôle important dans les cérémonies funèbres, c'était pour indiquer l'état d'éternelle jeunesse, auquel le défunt venait d'accéder[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Nobel et Alfredo Perifano, La transmission des savoirs au Moyen Âge et à la Renaissance: Du XIIe au XVe siècle. Presses Univ. Franche-Comté, 2005 - ISBN 2-84867-096-7, 9782848670966. 401 pages. Lire en ligne
  2. Downie & al. [2000,2001]
  3. Taxonomic revision of European Apium L. s.l.: Helosciadium W.D.J.Koch restored A. C. Ronse , Z. A. Popper, J. C. Preston, M. F. Watson [2010]
  4. ITIS, consulté le 17 juin 2016
  5. GRIN, consulté le 17 juin 2016
  6. Tropicos, consulté le 17 juin 2016
  7. a et b Dictionnaire des symboles de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :