Jeux isthmiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Jeux isthmiques (on rencontre parfois la forme Jeux isthmiens, vieillie) sont des jeux publics organisés à l'isthme de Corinthe entre les cités grecques antiques. Ils sont célébrés la première et la troisième année de chaque olympiade, en l'honneur du dieu Poséidon. Le sanctuaire panhellénique de Poséidon à Corinthe a été aménagé en -690.

Mythe[modifier | modifier le code]

D'après la mythologie grecque, les Jeux isthmiques sont fondés par Sisyphe en l'honneur de son parent Mélicerte. Selon la tradition athénienne, c'est Thésée qui les a créés en souvenir du voyage qu'il effectua de Trézène à Athènes, mais leur existence historique date des années -580.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'existence des Jeux isthmiques est attestée à partir des années -580. Ils doivent leur nom à l'isthme de Corinthe où ils étaient célébrés. Ils eurent tant d'éclat qu'ils survécurent à la ruine de Corinthe elle-même. Le concours du peuple était si grand qu'on ne pouvait y placer que les principaux personnages de la Grèce. On y disputait successivement les prix de la lutte, de la course, du saut, du disque et du javelot. C'est ce qu'on appelle le pentathlon. D'après Plutarque, il y avait des combats de musique et de poésie : on décernait aux vainqueurs des guirlandes de pin[1].

C'est lors de ces jeux que Flamininus proclama l'indépendance des Grecs en -196, libérés de Philippe V de Macédoine.

En 393, l'empereur romain Théodose Ier, sous l'influence d'Ambroise, évêque de Milan, ordonne l'abandon des rites et des lieux de culte païens dont les jeux isthmiques faisaient partie, mais l'archéologie révèle que le site est resté habité et prospère aux IIIe et au IVe siècles jusqu'au règne de Théodose II († 450)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Précis élémentaire de mythologie de M. l’abbé Drioux, Belin, 1898.
  2. Ulrich Sinn (trad. Aude Virey-Wallon) : Olympie, centre d'artisanat chrétien, pp. 229 à 231 des « actes du cycle de conférences organisées au musée du Louvre du 18 janvier au 15 mars 1999 » dans Alain Pasquier, Olympie, Documentation française et Musée du Louvre, Paris 2001, (ISBN 2-11-004780-1).

Voir aussi[modifier | modifier le code]