Antoine Paccard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antoine Paccard
Fonction
Maire
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Antoine Paccard, le à Quintal (Duché de Savoie) et mort le à Lyon, est le fondateur de la fonderie de cloches Paccard[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Quintal (Haute-Savoie), il exerce le métier de laboureur[1].

Le 30 avril 1789, il épouse Françoise Gruffy en l'église de Quintal, native du même village, dont il aura huit enfants.

Le 18 janvier 1795, il est élu maire de sa commune[1].

Au printemps de l'année 1796, devant doter le clocher de l'église d'une cloche qui avait été détruite lors de la Terreur, il fait appel à un maître fondeur itinérant, Jean Baptiste Pitton, originaire de Carouge[2]. Proposant son aide au fondeur de cloche, il apprend le métier en observant le professionnel. Il décide alors de se lancer dans cette industrie. Il fabrique son premier four à Quintal et l'exploitera avec ses enfants, puis ses descendants prendront la relève, l'atelier sera utilisé par les frères Beauquis, beaux-frères de Jean Pierre Paccard (fils d'Antoine).

Il partira vers 1816 sur Lyon afin d'apporter son art à la famille Frerejean[1].

Il décède à Lyon le 6 juin 1830.

Sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Jean-Marie Mayeur, Christian Sorrel et Yves-Marie Hilaire, La Savoie, t. 8, Paris, Éditions Beauchesne, coll. Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, 1996, 2003, 441 p. (ISBN 978-2-7010-1330-5), p. 315-316.
  2. Françoise Dantzer, Les Bauges : Terre d'art sacré, La Fontaine de Siloé, , 251 p. (ISBN 978-2-8420-6272-9), p. 53.