Antoine Masson (graveur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antoine Masson
Masson, Antoine.jpg

Autoportrait d'après Pierre Mignard.

Biographie
Naissance
Décès
Formation
Activité
Graveur sur cuivreVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Maître

Antoine Masson, né en 1636 à Loury et mort le à Paris, est un graveur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le second enfant d'Antoine, marchand, et de Madeleine Deret. Il a une sœur, Madeleine, née en 1647[1]. Quand ses parents meurent (vers 1652), c'est encore un adolescent : il aurait alors été placé en apprentissage à Paris, chez un armurier damasquineur.

Il débute la gravure en 1662, chez François de Poilly, graveur et éditeur d'estampes à Paris. Il fait la rencontre du peintre Mignard qui lui conseille d'étudier le dessin et la peinture. « Graveur ordinaire du roi », il est admis à l'Académie royale de peinture et de sculpture, le 15 février 1679.

Il est l'auteur de nombreux portraits (Louis XIV, Le Nôtre, Henri de Lorraine, dit Cadet à la perle, etc.). Il a laissé quelques œuvres à caractère religieux comme Les Disciples d'Emmaüs, gravure la plus célèbre appelée aussi La Nappe en raison de la finesse de la réalisation du linge brodé recouvrant la table. Spécialiste de la gravure de portraits, il obtient une notoriété comparable à celle de leurs contemporains peintres les plus reconnus[2].

Il épouse Françoise Apoil, avant 1683, dont il aura un fils unique, Antoine (1683-1761), qui sera « maître peintre » à Paris.

Âgé de 64 ans, Antoine Masson meurt le 30 mai 1700 dans sa maison de la rue de Montmartre « sur le grand égout » et les obsèques ont lieu le lendemain soir, dans l’église Saint-Joseph, succursale de Saint-Eustache, sa paroisse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Madeleine Masson est aussi graveuse à Paris, où elle épousera Nicolas Habert, également graveur.
  2. (en) « Fiche d'une gravure de Lucas Vorsterman », sur artoftheprint.com (consulté le 10 mars 2017).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Periam Danton, Notice sur Antoine Masson, graveur orléanais, Herluison éditeur, Orléans, 1866.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, 1999.
  • Brainne, Delabrouiller et Lapierre, Les Hommes illustres de l’Orléanais, Orléans, 1852.
  • Octave Fidière, État civil des peintres et sculpteurs de l’Académie royale : billets d’enterrement de 1648 à 1713, Paris, 1883.
  • H. H. [Herluison], Artistes orléanais, peintres, graveurs, sculpteurs, Herluison, Orléans, 1863.
  • Gérard Héau, « Antoine Masson », dans Loury, des origines au XIXe siècle, p. 83-90.
  • Maxime Préaud, Dictionnaire des éditeurs d’estampes à Paris sous l’Ancien Régime, Paris, 1987.
  • Mireille Rambaud, Documents du minutier central concernant l’histoire de l’art, Sevpen, 1971.
  • Claude-Henri Watelet, Dictionnaire des arts de peinture, sculpture et gravure, tome 2, Paris, 1792.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :