Rivaroxaban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rivaroxaban
Image illustrative de l’article Rivaroxaban
Structure du rivaroxaban
Identification
Nom UICPA (S)-5-chloro-N-{[2-oxo-3-[4-(3-oxomorpholin-4-yl)
phenyl]oxazolidin-5-yl]methyl} thiophene-2-carboxamide
No CAS 366789-02-8
No ECHA 100.210.589
Code ATC B01AX06
DrugBank DB06228
PubChem 6433119
ChEBI 68579
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C19H18ClN3O5S  [Isomères]
Masse molaire[1] 435,881 ± 0,026 g/mol
C 52,35 %, H 4,16 %, Cl 8,13 %, N 9,64 %, O 18,35 %, S 7,36 %, 435,882 g/mol
Propriétés physiques
ébullition 732,609 °C à 760 mmHg
Données pharmacocinétiques
Biodisponibilité 80 % à 100 % ; Cmax = 2–4 heures (10 mg oral)[2]
Métabolisme cytochrome P450 3A4, cytochrome P450 2J2 et mécanismes cytochrome-indépendants[2]
Demi-vie d’élim. 10 mg oral 7–11 heures[2]
Excrétion

2/3 métabolisé par le foie et 1/3 éliminé inchangé[2]

Considérations thérapeutiques
Classe thérapeutique Antithrombotique
Voie d’administration orale
Grossesse contre-indiqué
Conduite automobile prudence due aux vertiges et évanouissements
Antidote Aucun antidote spécifique

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le rivaroxaban est un médicament anticoagulant oral direct, inhibiteur du facteur Xa de la famille des oxazolidinones. Il est commercialisé en France sous le nom de Xarelto par l'entreprise Bayer.

Pharmacocinétique[modifier | modifier le code]

Son délai d'action est court, de l'ordre de une à quatre heures[3]. Son excrétion est rénale avec une augmentation des taux sanguins en cas d'insuffisance rénale[4].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Il est efficace en prévention des phlébites[5] et en traitement curatif de ces dernières[6] et de l'embolie pulmonaire[7].

Il constitue une alternative aux antivitamines K dans la prévention des complications emboliques de la fibrillation auriculaire non valvulaire, et ce, sans augmentation du risque hémorragique[8]. En l'absence de fibrillation auriculaire, il n'est cependant pas plus efficace dans la prévention secondaire des accidents vasculaires cérébraux que l'aspirine avec un risque de saignements plus important que ce dernier[9].

À doses réduites, il pourrait diminuer la morbidité et la mortalité cardio-vasculaire dans les suites à moyen et long terme d'un syndrome coronarien aigu toutes formes confondues[10] ou « ST + »[11], malgré une majoration du risque hémorragique, lorsqu'il est donné en plus du traitement antiagrégant plaquettaire classique. Des résultats comparables ont été obtenus en cas d'artériopathie oblitérante des membres inférieurs, desténose carotidienne[12] ou d'une maladie coronarienne stable[13], avec, cependant, à chaque fois, un risque hémorragique plus marqué.

Testé chez le patient alité pour maladie aiguë grave, en comparaison avec une héparine de bas poids moléculaire à dose préventive, le rivaroxaban est aussi efficace que ce dernier dans la prévention des maladies thromboemboliques avec, cependant, un risque hémorragique supérieur[14].

Contre-indications[modifier | modifier le code]

Le rivaroxaban est contre-indiqué en cas d'hémorragie aiguë, de trouble de l'hémostase, d'insuffisance rénale (avec clairance inférieure à 30 mL/min)[15].

Effets indésirables[modifier | modifier le code]

La tolérance du rivaroxaban 10 mg a été évaluée dans le cadre des trois études de phase III (Record 1, 2 et 3) portant sur un total de 4 571 patients traités et ayant bénéficié d’une intervention chirurgicale orthopédique majeure, pour arthroplastie totale de hanche ou du genou, et ayant suivi le traitement jusqu’à 39 jours[16],[17]. Au total, 14 % environ des patients traités ont eu des effets indésirables. Des saignements ont été notés chez 3,3 % environ des patients, une anémie chez 1 % environ des patients. Les autres effets indésirables fréquents ont été les nausées, une élévation de la gamma-GT et une élévation des transaminases[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a b c et d « Xarelto: Summary of Product Characteristics », Bayer Schering Pharma AG,
  3. (en) Kubitza D, Becka M, Voith B, Zuehlsdorf M, Wensing G, « Safety, pharmacodynamics, and pharmacokinetics of single doses of BAY 59-7939, an oral, direct factor Xa inhibitor », Clin Pharmacol Ther, 2005;78:412-421
  4. (en) Kubitza D, Becka M, Roth A, Mueck W, « Dose-escalation study of the pharmacokinetics and pharmacodynamics of rivaroxaban in healthy elderly subjects », Curr Med Res Opin, 2008;24:2757-2765
  5. (en) Turpie AGG, Lassen MR, Davidson B et al. « Rivaroxaban versus enoxaparin for thromboprophylaxis after total knee arthroplasty (RECORD4): a randomised trial », Lancet, 2009;373:1673-1680
  6. (en) The Einstein Investigators. « Oral rivaroxaban for symptomatic venous thromboembolism », N Engl J Med, 2010;363:2499-2510
  7. (en) The Einstein-pe Investigators, « Oral Rivaroxaban for the Treatment of Symptomatic Pulmonary Embolism », N Engl J Med, 2012;366:1287-1297
  8. (en) Patel MR, Mahaffey KW, Garg J et al. « Rivaroxaban versus warfarin in nonvalvular atrial fibrillation », N Engl J Med, 2011;365:883-891
  9. Hart RG, Sharma M, Mundl H et al. Rivaroxaban for stroke prevention after embolic stroke of undetermined source, N Engl J Med, 2018;378:2191-2201
  10. (en) Mega JL, Braunwald E, Wiviott SD et al. « Rivaroxaban in patients with a recent acute coronary syndrome », N Engl J Med, 2012;366:9-19
  11. (en) Mega JL, Braunwald E, Murphy SA et al. « Rivaroxaban in patients stabilized after a ST-segment elevation myocardial infarction: Results from the ATLAS ACS-2–TIMI-51 trial (Anti-Xa Therapy to Lower Cardiovascular Events in Addition to Standard Therapy in Subjects with Acute Coronary Syndrome–Thrombolysis In Myocardial Infarction-51) », J Am Coll Cardiol, 2013;61:1853-1859.
  12. Anand SS, Bosch J, Eikelboom JW et al. Rivaroxaban with or without aspirin in patients with stable peripheral or carotid artery disease: an international, randomised, double-blind, placebo-controlled trial, Lancet, 2018;391:219–229
  13. Connolly SJ, Eikelboom JW, Bosch J et al. Rivaroxaban with or without aspirin in patients with stable coronary artery disease: an international, randomised, double-blind, placebo-controlled trial, Lancet, 2018;391:205–218
  14. (en) Cohen AT, Spiro TE, Büller HR et al. « Rivaroxaban for thromboprophylaxis in acutely ill medical patients », N Engl J Med, 2013;368:513-523
  15. « Xarelto - HAS », sur has-sante.fr,
  16. [PDF]Commission de la transparence Haute Autorité de santé, France, 2009
  17. (en) Rosencher N, Llau JV, Mueck W, Loewe A, Berkowitz SD, Homering M, « Incidence of neuraxial haematoma after total hip or knee surgery: RECORD programme (rivaroxaban vs. enoxaparin) », Acta anaesthesiologica Scandinavica, vol. 57, no 5,‎ , p. 565-572. (PMID 23336294, lire en ligne) modifier
  18. Avis du 21 janvier 2009, Haute Autorité de santé (France)