Île de Pianosa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne pas confondre avec l'île de Pianosa située dans les îles Tremiti

Pianosa
Vue aérienne de l'île
Vue aérienne de l'île
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Archipel Archipel toscan
Localisation Mer Tyrrhénienne
(Mer Méditerranée)
Coordonnées 42° 34′ 59″ N, 10° 04′ 59″ E
Superficie 10 km2
Point culminant 29 m
Administration
Région Drapeau de la région de Toscane Toscane
Province Livourne
Commune Campo nell'Elba
Autres informations
Fuseau horaire UTC+01:00

Géolocalisation sur la carte : Toscane

(Voir situation sur carte : Toscane)
Pianosa
Pianosa

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Pianosa
Pianosa
Îles en Italie

Pianosa[1] est une petite île de l'archipel toscan, en Italie faisant partie de la commune de Campo nell'Elba.

Géographie[modifier | modifier le code]

Pianosa est située à 14 km de l'île d'Elbe, 42 km de la Corse et à 52 km de la péninsule italienne. De 5,8 km de longueur et 4,8 km de largeur maximales, elle a une superficie de 10 km2. On y trouve le phare de Pianosa. Administrativement, cet île dépend de Campo Nell'Elba.

Pianosa a encore un résident permanent, et il subsiste un restaurant qui emploie des détenus en fin de peine dans un but de réinsertion sociale[2] de même qu'un petit hôtel.

A proximité se trouve l'îlot de Scoglio d'Africa (it) surmonté du phare de Scoglio d'Africa.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Pianosa provient de l'italien pianura (plat), car son point le plus élevé se trouve à seulement 29 mètres au-dessus du niveau de la mer. L'île se dénommait Planasia à l'ère romaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Pianosa fut aussi le lieu de relégation d'Agrippa Postumus, petit-fils d'Auguste et frère d'Agrippine l'Aînée.

« L'histoire de cette île si petite dont le pillage, la captivité, le meurtre des habitants, font toutes les annales modernes, se rattache à l'un des plus terribles souvenirs de l'antiquité : c'est là qu'Auguste vieux et cédant aux instances ambitieuses de Livie, relégua le dernier de ses petits fils, fils de Julie, Agrippa le posthume, jeune homme commun, maître peu regrettable à la vérité, mais dont la disgrâce valut au monde Tibère qui le choisit pour première victime. »

— Antoine Claude Valéry in Voyages en Corse, à l'île d'Elbe et en Sardaigne, p. 355 - Paris 1837.

De vastes catacombes chrétiennes ont été creusées entre les IIIe et IVe Siècle après J.-C.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

En 1174 , Les Génois sentant l'impossibilité de conquérir l'île d'Elbe, fondirent sur Pianosa voisine où, violant la capitulation, ils enchaînèrent et transportèrent à Gênes les courageux et infortunés habitants.

« La Pianosa est une de ces îles jadis florissantes devenues désertes par l'effroi des barbaresques ; elle comptait neuf cents habitants lors de l'irruption du corsaire Dragut qui brûla le village, détruisit la tour et emmena la population esclave. »

— Antoine Claude Valéry in Voyages en Corse, à l'île d'Elbe et en Sardaigne, p. 355 - Paris 1837.

Au XIVe siècle, un Corse de la famille Lando possédait Pianosa ; elle lui avait été concédée par acte du , moyennant une forte redevance, bail emphytéotique déposé aux archives du chapitre de Pise.

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Au début du XIXe siècle, Valéry qui la visita, la décrivit ainsi : « elle ressemble, comme on me le fit observer, à une femme couchée dans l'eau, Néréide de tuf et de chaux, avec un poste militaire, et un petit et assez mauvais fort improvisé par Napoléon. » L'Empereur y fit effectivement ériger un fort (fort Teglia (it)) et placer une batterie sur un rocher proche (la Scola) sous le commandement de Jean-Charles Gottmann[3]. Les mûriers qu'il fit planter sont encore présents...

En 1835, le bruit se répandit que Pianosa, moyennant soixante mille écus, allait être cédée à une compagnie russe. Mais la nouvelle n'était point fondée ; il ne s'agissait que de la cession emphytéotique par le grand duc à un négociant de Livourne de terres incultes depuis longtemps abandonnées, et que le capitaliste patriote voulait faire cultiver exclusivement par des Toscans[4].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Pianosa abrita, de 1858 à 1998, une prison de haute sécurité, où les criminels les plus dangereux, souvent des membres de la Mafia, furent emprisonnés[2]. Depuis quelques années, l'île est devenue une réserve naturelle[5].

Culture[modifier | modifier le code]

Dans le roman Catch 22, un escadron de bombardiers de l'U.S. Army Air Corps est basé sur l'île durant la Seconde Guerre mondiale. L'auteur, Joseph Heller a admis prendre quelques libertés en plaçant un complexe militaire sur une île aussi petite.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Une autre île italienne porte le nom de Pianosa. Elle est située au large de la côte adriatique de l'Italie, au nord du mont Gargano.
  2. a et b Pianosa, l'île où les prisonniers cuisinent pour les touristes, 'L'Express, 17 août 2012
  3. Fondation Napoléon, Correspondance générale -: Les Chutes 1814-1821, Supplément 1788-1813, Fayard, (ISBN 9782213710846, lire en ligne)
  4. Valery in Voyages en Corse, à l'île d'Elbe et en Sardaigne
  5. Pianosa, une île où des détenus cuisinent pour les touristes, Gildas Le Roux, La Presse, 17 août 2012