André Thouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

André Thouin

Description de cette image, également commentée ci-après

André Thouin.

Naissance
Paris (France)
Décès
Paris (France)
Nationalité française
Champs botanique
Institutions Encyclopédie
Société d’agriculture
l’Académie des sciences
Muséum d’histoire naturelle
Conseil général du département de la Seine
Formation botaniste

Signature

Signature de André Thouin

André Thouin, né à Paris le et mort à Paris le , est un botaniste et agronome français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Jean-André Thouin (mort en 1764), jardinier en chef du Jardin du roi, et frère du paysagiste Gabriel Thouin (1747-1829), André apprend la botanique auprès de Bernard de Jussieu (1699-1777). Son père meurt alors qu’il a dix-sept ans. Buffon (1707-1788) lui offre alors la place de son père : il y fait augmenter singulièrement le nombre des végétaux et des cultures, jusqu’à 6 000 plantes vivantes à sa mort.

Il collabore à l’Encyclopédie. Grand maître des collections du Muséum, botaniste, spécialiste des greffes et de la culture des plantes exotiques, il devient membre de la Société d’agriculture en 1784, membre de l’Académie des sciences en 1786, en tout de 72 académies ou sociétés savantes. Il fait l’inventaire, avec René Desfontaines (1750-1831), des jardins botaniques des environs de Paris possédé par les nobles et autres dignitaires déchus.

En 1789, il est élu député suppléant du tiers-état aux États-généraux. En 1790, il est élu membre du Conseil général du département de la Seine, où il siège jusqu’au 10 août 1792. L’année suivante, il est nommé professeur administrateur du Muséum d’histoire naturelle, chargé du cours de culture et de naturalisation des végétaux étrangers. Il y crée en 1806 une école d’agriculture pratique. Il habite au Jardin des plantes, avec ses frères et ses sœurs, en annexe des anciennes serres, recevant parfois Malesherbes, Rousseau, etc.

En 1794, il suit les armées aux Pays-Bas où il est chargé, avec Barthélemy Faujas de Saint-Fond (1741-1819), de récupérer des collections. Il a la même mission, en 1796, lors de la campagne d’Italie de Bonaparte.

Georges Cuvier (1769-1832) prononcera son éloge devant l'Institut[1].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Essai sur l'exposition et la division méthodique de l'économie rurale, sur la manière d'étudier cette science par principes et sur les moyens de... la perfectionner, Paris : Impr. de Marchant, 1805, in-4°, 56 p.
  • Description de l’école d’agriculture pratique du Muséum d’histoire naturelle, Paris, 1814, in-4°
  • Manuel d'arboriculture. Manuel illustré de la culture, de la taille et de la greffe des arbres fruitiers
  • Monographie des greffes, ou Description technique des diverses sortes de greffes employées pour la multiplication des végétaux, 1821
  • Instruction pour les voyageurs et pour les employés dans les colonies sur la manière de recueillir, de conserver et d'envoyer les objets d'histoire naturelle, rédigée... par l'administration du Muséum royal d'histoire naturelle, 1824
  • Cours de culture et de naturalisation des végétaux, Paris : Mme Huzard et Déterville, 1827, 3 vol. in-8°, 1662 p. avec tableaux, un atlas in-4° de 65 planches gravées en taille-douce
  • nombreuses collaborations sous forme d’articles, ainsi dans l’Encyclopédie méthodique (section d’Agriculture), dans le Supplément de Rozier, dans les Mémoires de la Société d’agriculture, dans la Feuille du Cultivateur, la Bibliothèque physico-économique, dans le Dictionnaire d’histoire naturelle et le Nouveau Cours d’agriculture, deux ouvrages publiés par Déterville, dans les Annales de l’Agriculture françoise, ou encore dans les Annales et Mémoires du Muséum d’histoire naturelle ;
  • son neveu Oscar Leclerc-Thoüin publie, en 1827, son Cours de culture et de naturalisation des végétaux, 3 vol. in-8° et atlas in-4°.
  • André Thouin, Claude Joseph baron Trouvé, Voyage dans la Belgique, la Hollande et l'Italie, par feu André Thouin. Rédigé sur le journal autographe de ce savant professeur par la baron Trouvé, 1841 à lire en ligne

Annexes[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. Le texte est disponible sur Wikisource.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Nouvelle Biographie générale, 1866, t. 45, c. 264-266
  • Adrien Davy de Virville (dir.), Histoire de la botanique en France, Paris : Sedes, 1955, 394 p.
  • Florian Reynaud, Les bêtes à cornes (ou l'élevage bovin) dans la littérature agronomique de 1700 à 1850, Caen, thèse de doctorat en histoire, 2009, annexe 2 (publications) et annexe 22 (biographie) ressources en ligne

Orientation bibliographique[modifier | modifier le code]

  • Yvonne Letouzey, Le Jardin des plantes à la croisée des chemins avec André Thouin, 1747-1824, Paris : Muséum national d’histoire naturelle de Paris, 1989, 678 p. (ISBN 2-85653-174-1)
Thouin est l’abréviation botanique standard de André Thouin.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI