André Syrota

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Syrota.
André Syrota
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président-directeur général
Institut national de la santé et de la recherche médicale
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (72 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Distinctions
Officier de la Légion d'honneur
Grand officier de l'ordre national du Mérite (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

André Syrota, né le [1], est un biophysicien et médecin français spécialiste en médecine nucléaire. Il a été nommé le directeur général de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) puis président-directeur général en 2009[2]. Yves Lévy lui a succédé en juin 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Syrota est le frère cadet de Jean Syrota, né en 1937 et futur dirigeant de l'industrie nucléaire française. André étudie en classes préparatoires au lycée du Raincy[3].

En 1975, André Syrota devient interne des Hôpitaux de Paris et obtient un doctorat en biophysique à l'université Paris-Descartes en 1978[4], puis il se spécialise en médecine nucléaire et devient praticien hospitalier à l'université Paris-Sud en 1979. Il est nommé chef du service hospitalier Frédéric-Joliot du CEA à Orsay en 1984, puis directeur des Sciences du vivant du CEA de 1993 à 2007[2].

Le 12 octobre 2007, il est nommé par le gouvernement directeur général de l'Inserm en remplacement de Christian Bréchot, démissionnaire. Sa nomination à la tête de l'Inserm a pour objectif final de regrouper les différents instituts français de la recherche biomédicale (dont les Départements des sciences de la vie du CNRS, du CEA, et l'Inserm) en un seul organisme[5] sur le modèle des National Institutes of Health américains ; ce projet n'aboutit pas. En mars 2009, il devient président-directeur général de l'institut et participe à la création d'une Alliance thématique de recherche, l'Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé ou Aviesan (dont il est le président) chargée de la coordination des politiques de recherche dans ce domaine et d'un rapprochement avec les industries françaises de la santé[6]. D'octobre 2011 à 2013, il devient vice-président de l'association Science Europe (présidée par Paul Boyle) regroupant une cinquantaine d'agences nationales de financement de la recherche issues de 23 pays européens[7]. Il est reconduit à la tête de l'Inserm le 27 février 2013 sur proposition de la ministre Geneviève Fioraso[2].

Apports scientifiques[modifier | modifier le code]

André Syrota est un spécialiste de la médecine nucléaire, et notamment des méthodes d'imagerie non invasive chez l'homme comme la tomographie par émission de positons ou TEP[2]. Son travail a notamment porté sur la caractérisation des récepteurs des neurotransmetteurs dans le cerveau (dopaminergiques, benzodiazépines) et dans le cœur de façon atraumatique par TEP[8]. Ses équipes ont également quantifié la densité et l'affinité des récepteurs cardiaques, en particulier des récepteurs muscariniques et bêta-adrénergiques chez le volontaire sain et au cours de l'insuffisance cardiaque[8],[9],[10],[11],[12],[13],[14],[15],[16].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. histoire, « André Syrota / Histoire de l'Inserm », sur histoire.inserm.fr (consulté le 9 février 2018)
  2. a b c et d André Syrota, Président-Directeur Général de l'Inserm reconduit dans ses fonctions communiqué de presse de l'INSERM le 27 février 2013.
  3. « Entretiens avec André Syrota », sur http://www.histrecmed.fr/, 4 avril 2014 ( (consulté le 24 février 2016)
  4. SUDOC 042215021
  5. Mission délicate pour André Syrota à l'Inserm : regrouper les forces de la recherche publique, Les Échos, 19 octobre 2007
  6. André Syrota, Président-Directeur Général de l'Inserm reconduit dans ses fonctions communiqué de presse d'Aviesan le 27 février 2013.
  7. André Syrota élu Vice-Président de Science Europe, un regroupement de 50 agences de financement et organismes de recherche en Europe, communiqué de presse du 25 octobre 2011 sur le site de l'Inserm.
  8. a et b (en) Syrota A, Comar D, PaillotinG, Davy JM, Aumont MC, Stulzaft O, Maziere B., « Muscarinic cholinergic receptorin the human heart evidenced under physiological conditions by positron emission tomography », Proc Natl Acad Sci USA, vol. 82, no 2,‎ , p. 584-8. (PMID 3871527, lire en ligne)
  9. (en) Syrota A, Pascal O, Crouzel M, Kellershohn C. « Pulmonary extraction of C-11 chlorpromazine, measured by residue detectionin man » J Nucl Med. 1981;22(2):145-8.
  10. (en) Syrota A, Duquesnoy N, Paraf A, Kellershohn C. « The role of positronemission tomography in the detection of pancreatic disease » Radiology 1982;143(1):249-53.
  11. (en) Syrota A, Jehenson P.Complementarity of magnetic resonance spectroscopy, positron emissiontomography and single photon emission tomography for the in vivo investigationof human cardiac metabolism and neurotransmission. Eur J Nucl  Med, 18(11):897-923, 1991. Review.
  12. (en) Pappata S, Levasseur M, Gunn RN, Myers R, Crouzel C, Syrota A, Jones T, Kreutzberg GW,Banati RB., « Thalamic microglial activation in ischemic stroke detected in vivoby PET and [11C]PK1195 », Neurology, vol. 55, no 7,‎ , p. 1052-4. (PMID 11061271)
  13. (en) Pappata S, Dehaene S, Poline JB, Gregoire MC, Jobert A, Delforge J,Frouin V, Bottlaender M, Dolle F, Di Giamberardino L, Syrota A. In vivo detection of striatal dopamine release duringreward: a PET study with [(11)C]raclopride and a single dynamic scan approach. Neuroimage 16(4): 1015-27, 2002
  14. (en) Gallezot JD, Bottlaender MA, Delforge J, Valette H, Saba W, Dollé F,Coulon CM, Ottaviani MP, Hinnen F, SyrotaA, Grégoire MC. Quantification of cerebral nicotinic acetylcholinereceptors by PET using 2-[18F]fluoro-A-85380 and the multiinjection approach. J Cereb Blood Flow Metab 28(1): 172-89,2008.
  15. (en) Syrota A, Merlet P, Delforge J. Cardiac neurotransmission. In:Wagner HN, Szabo Z Jr, Buchanan JW, Eds, Principlesof nuclear medicine. 2d Edition, WB Saunders Company, Philadelphia, 1995, p. 759-773.Syrota A, Merlet P. Positron Emission Tomography: Evaluation ofcardiac receptors and neuronal function. In: Marcus ML, Skorton DJ, SchelbertHR, Wolf DJ, Eds, E Braunwald consulting, Ed, Cardiac imaging-principles and practice: A companion to Braunwald’sheart disease. 2d Edition, WB Saunders Company, Philadelphia, 1996, p. 1186-1203.
  16. (en) Syrota A, Merlet P. Receptor imaging. In: Zaret BL, Beller GA, Eds, Nuclear cardiology – State on the art andfuture directions.  Mosby, SaintLouis, 1999, p. 601-612.
  17. « Décret du 11 juillet 2008 portant promotion et nomination », sur Légifrance
  18. « Décret du 18 novembre 2017 portant élévation aux dignités de grand'croix et de grand officier », sur legifrance.gouv.fr,

Liens externes[modifier | modifier le code]