André Chabot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Chabot
André Chabot (1995).png

André Chabot (Capture d'écran d'une vidéo de l'Encyclopédie audiovisuelle de l'art contemporain).

Naissance
Nationalité
Activités
Site web

André Chabot, né le à Saint-Étienne (Loire)[1], est un artiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il se présente lui-même comme un « promeneur nécropolitain ».[réf. nécessaire] Son œuvre, depuis plus de trente ans, est consacrée à la mort.

Photographe, il collectionne en noir et blanc tombes, mausolées, hypogées, cénotaphes et catacombes.

Grand voyageur, il a constitué une mémoire photographique impressionnante des tombes, cimetières dans le monde entier. Ses photographies de monuments funéraires, plus de 160 000 à ce jour, constituent un fonds unique et cosmopolite en constant développement.

Plasticien, il crée des installations où le tombeau parle et le cercueil revisité transporte ses phantasmes.

Professeur honoraire de lettres, conteur, journaliste, André Chabot aborde la mort sous tous ses aspects.

Concepteur d’urnes et de monuments funéraires, il a installé trois de ses créations au cimetière du Père-Lachaise à Paris.

Environ 600 expositions, dont plus de 90 expositions personnelles, jalonnent son parcours en Allemagne, Belgique, Canada, Croatie, Espagne, États-Unis, France, Pays-Bas, Italie, République tchèque, Slovénie, Suisse, Bosnie.

Expositions personnelles récentes[modifier | modifier le code]

2004

  • 30 anges passent, Galerie Koma, Mons, Belgique.
  • Beautés de l'Au-Delà, bicentenaire du Père-Lachaise, Paris, France. Funexpo, Lyon.
  • Le Dortoir des anges, chapelle de Choiseul, Tournai, Belgique.
  • Nécropoly et autres phantasmobjets, Galerie Navrátil, Prague, République tchèque.

2005

  • Le Concile des Anges, Salon d'Automne de la photographie, Verrières-le-Buisson.
  • La Mort d'un mannequin I, Galerie Satellite, Paris.
  • La Mort d'un mannequin II, chapelle Saint-Julien, Petit-Quevilly
  • Tombeaux présumés des héros de Jules Verne, Salon Funéraire, Paris Le Bourget.

2006

  • Mes amours mortes, Galerie Kunstkanzlei, Vienne, Autriche.
  • Tombeaux présumés des héros de Jules Verne et autres Phantasmobjets, Galerie Navrátil, Prague, République tchèque.

2007

  • Jardins héroïques, Musée Royal des Armes, Tournai, Belgique.
  • Spiritualités nécropolitaines, Salon des Arts Funéraires, Paris.
  • L'Éternité comme vous ne l'avez jamais vue, Maison de la Culture, Nogent-sur-Marne.

2008

  • Que le masque tombe, Musée du Carnaval et du Masque, Binche, Belgique.
  • Concert de silence, Galerie Koma, Mons, Belgique.
  • Voyage parmi les images insolites de la cité des morts, Comédie de Béthune.
  • Fleurs de Pierre, Salon Funexpo, Lyon.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Bibliothèque Nationale, Collections de la photographie contemporaine, Paris, France
  • Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, Fonds iconographique, Paris, France
  • Musée du Vivant, Grignon
  • Galeries nationales, Prague, République tchèque

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Encre noire et humeur claire, intermède en forme d'installations, Revue Jules Verne n°36, A la Vie, A la Mort, Centre International Jules Verne 2013, p.96-104
  • Concert de silence 2008
  • Jardins héroïques 2007
  • Les petites âmes mortes 2006
  • Dossier Chabotopoulos 2006
  • Chagrins de marbre 2005
  • 100 anges passent 2004
  • Moustaches de pierre 2003
  • Érotique du cimetière 1991 Prix de L'humour noir
  • Le petit monde d'outre-tombe 1978

Anthologie poétique[modifier | modifier le code]

  • La mort et ses poètes 1993, préface et choix de textes par l'auteur :

Collaborations[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire mondial de l'image dirigé par L. Gervereau
  • Le grand livre des morts à l'usage des vivants dirigé par J. Berchoud

Revues[modifier | modifier le code]

  • Pierre Actual, Funéraire Magazine (collaboration mensuelle)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation

Notes et références[modifier | modifier le code]