Ancre (symbole)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Stèle de Licinia ΙΧΘΥΣ ΖΩΝΤΩΝ signifie poisson des vivants

L’ancre est un symbole du christianisme primitif. On la trouve fréquemment représentée au IIe et IIIe siècles dans les catacombes et les cimetières chrétiens de Rome (catacombes de sainte Domitille, saint Sébastien, sainte Priscille[1], sainte Agnès et le majus Coemetarium) et les sarcophages (sarcophages de Brignoles, Tipaza). Elle était aussi gravée sur des bagues, des gemmes[2].

Un symbole[modifier | modifier le code]

Martyre de saint Clément, dans  La légende dorée  de saint Jacques de Voragine. Richard de Montbaston. XIVe, enluminure.

L'ancre symbolisait l’espérance mais aussi la fermeté dans la foi, la conscience, la pauvreté et les tribulations et le salut. Une signification est donnée dans l’Épître aux Hébreux (6:19) de Paul de Tarse : « Nous avons cette espérance comme une ancre pour l’âme, ferme et sûre ».

Paulin de Nole, invoquant son saint patron, s’écrie : « Qu’en toi soit pour mon cœur fixée l’ancre de la double vie ». De fait elle est parfois liée à deux poissons, peut-être symboles de cette double vie, comme sur l'épitaphe de la tombe de Licinia avec le mot « Ichtus » « Poisson (ou Christ) des Vivants » et deux poissons. Elle pouvait aussi symboliser les trois vertus théologales de foi, espérance et charité, comme la Croix camarguaise de nos jours. On la trouve associée au symbole de la croix (tau), du poisson (et à l’acronyme Ichtus) et bien sûr à la barque, et à la lettre E pour SPES ou à Pax tecum, Pax tibi, in pace[3].

Vers 99, le Pape Clément de Rome aurait été précipité à la mer avec une ancre attachée autour du cou, comme Jonas. L'ancre pourrait ainsi symboliser à partir du Ier siècle la primauté de Rome et du Pape, tête (chef) de l'Église.

Plus tard, Clément d'Alexandrie mentionne l'ancre comme un symbole autorisé des chrétiens, avec le poisson (ichtus). Dans son ouvrage appelé Le Pédagogue, pour les catéchumènes, il écrit : « les signes qui doivent distinguer le chrétien sont une colombe, un poisson, une nacelle portée à pleine voile vers le Ciel et l'ancre marine (anchora nautica). »[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 70 exemples en ont été trouvés dans le cimetière de Priscille, antérieurs au IVe siècle Catholic Encyclopédia
  2. Les bagues à toutes les époques, page 625
  3. ''On la trouve aussi associée à la colombe portant un rameau d'olivier, représentée aussi sur les murs des catacombes et dans les lettres du mot ANCHOR, ancre en latin qui comprend les lettres CHR les premières lettres du mot CHRIST (qui forment le Chrisme avec le Chi Ro) et aussi NOAH, Noé ce qui signifie « paix » en hébreu, comme symbole de l'ancienne et de la nouvelle alliance.
  4. Ancre gravée sur un sceau ou une amulette avec le Bon Pasteur ou deux poissons

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Feuillet, Lexique des symboles chrétiens, Puf Poche, Collection Que sais-je ?, no 3697 (ISBN 978-2-13-057601-3), 2004, p. 8
  • Jean Danielou, Les Symboles chrétiens primitifs, Seuil, 1996
  • Édouard Urech, Dictionnaire des symboles chrétiens, 1972.