Ancien macédonien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la langue parlée dans l'Antiquité au Royaume de Macédoine. Pour la langue slave parlée aujourd'hui en République de Macédoine (ARYM), voir macédonien.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant {{section à recycler}}.

Ancien macédonien
Période Antiquité
Pays Région historique de la Macédoine
Typologie SVO
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 xmk
Étendue langue individuelle
Type ancienne
IETF xmk

L’ancien macédonien était une langue indo-européenne parlée dans l’Antiquité dans le royaume de Macédoine et dans la région antique et byzantine de la Macédoine.

Perspectives[modifier | modifier le code]

Peu de textes ont survécu dans cette langue, et par conséquent sa classification est difficile. Différentes classifications ont été proposées, dont :

  • une langue sœur du grec ancien appartenant à un groupe appelé gréco-macédonien ;
  • un dialecte grec proche du dorien ;
  • une langue appartenant au groupe paléo-balkanique.

Selon l'opinion du linguiste Otto Hoffmann (1906)[1], le matériau linguistique livré par l'onomastique macédonienne, mais aussi par la toponymie et les noms de mois montrent que le macédonien est un dialecte grec. Le linguiste Ronald Arthur Crossland (1982)[2] considère pour sa part qu'on ne peut décrire avec certitude une langue sur la base de 130 inscriptions seulement, dont la plupart sont seulement des noms propres, et qu'il est impossible de conclure. Certains linguistes et historiens considèrent que le macédonien était une langue indépendante du grec. Il faut signaler que les Grecs antiques ont la plupart du temps nié l'hellénité des Macédoniens, les considérant comme des barbares. Le fait que les Macédoniens anciens utilisaient l'alphabet grec est insuffisant pour en inférer une parenté avec le grec, dans la mesure où un grand nombre de peuples antiques ont fait de même[3].

La publication du texte d'une defixio amatoria retrouvée en 1986 à Pella[4], la plus longue inscription connue dans cette langue, a néanmoins permis de faire progresser le débat, d'une part en suggérant que le macédonien parlé au début du IVe siècle av. J.-C. était un dialecte grec, et d'autre part en montrant sa proximité à la fois par rapport au thessalien et aux dialectes du Nord-Ouest[5].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Otto Hoffmann, Die Makedonen, ihre Sprache und ihr Volkstum, Göttingen, Vandenhoeck, 1906.
  2. Cf. le site Cambridge Histories online
  3. Eugene N. Borza, « Greeks and Macedonians in the Age of Alexander : The Source Traditions », in Transitions to Empire : Essays in Greco-Roman History, 360-146 BC, in honor of E. Badian, Norman, University of Oklahoma Press, 1996, p. 122–139.
  4. L. Dubois, « Une tablette de malédiction de Pella : s'agit-il du premier texte macédonien ? », Revue des Études grecques, 1995, n⁰ 108, p. 190-197 ; E. Voutiras, « À propos d'une tablette de malédiction de Pella », Revue des Études grecques, 1996, n⁰ 109, p. 678-682.
  5. M. Hatzopoulos, « Le parler des anciens Macédoniens », La Macédoine : Géographie historique, langue, cultes et croyances, institutions, Paris, De Boccard, 2006, p. 35-51.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) G. Babiniotis, « Ancient Macedonian: The Place of Macedonian among the Greek Dialects », in Macedonian Hellenism, sous la dir. de A. M. Tamis, Melbourne, River Seine Press, 1990, p. 241–250.
  • (en) Václav Blažek, « Paleo-Balkanian Languages I : Hellenic Languages », Sborník Prací Filozofické Brnĕnské Univerzity, 2005, n⁰ 10, p. 22–25.
  • Claude Brixhe et Anna Panayotou, « Le Macédonien », in Langues indo-européennes, sous la dir. de Françoise Bader, Paris, CNRS, 1994, p. 205–219.
  • Pierre Chantraine, « La langue des Macédoniens et leur onomastique », BSLP, 1966, n⁰ 61, p. 157–166.
  • (en) J.S.G. Gandeto, Ancient Macedonians : Differences Between the Ancient Macedonians and the Ancient Greeks, San Jose–New York–Lincoln–Shanghai, Writer's Showcase, 2002, p. 25–40, 227–246.
  • (en) Vladimir I. Georgiev, Introduction to the History of the Indo-European Languages, Sofia, Bulgarian Academy of Sciences, 1981, p. 165–171.
  • (en) Eric Hamp et Douglas Adams, « The Expansion of the Indo-European Languages », Sino-Platonic Papers, 2013, n⁰ 239.
  • M. B. Hatzopoulos, « Le Macédonien : Nouvelles données et théories nouvelles », in Ancient Macedonia, Sixth International Symposium, t. 1, Institute for Balkan Studies, 1999.
  • (en) Petar X. Ilievski, « The Ancient Macedonian Language and the name of the Contemporary Makedonski », Macedonian Review, 1992, n⁰ 22, p. 247–268.
  • Jean N. Kalléris, Les Anciens Macédoniens : Études linguistique et historique, 2 vol., Athènes, Institut français d'Athènes, 1954–76.
  • (en) Radoslav Katičić, Ancient Languages of the Balkans, t. 1, La Hague–Paris, Mouton, 1976, p. 100–116.
  • (de) Rolf Ködderitzch, « Brygisch, Päonisch, Makedonisch », Balkansko ezikoznanie, 1985, vol. 28, n⁰ 4, p. 17–41, en particulier 24–36.
  • (en) Anna Panayotou, « The position of the Macedonian dialect », in A History of Ancient Greek: From the Beginnings to Late Antiquity, sous la dir. de Maria Arapopoulou, Maria Chritē et Anastasios-Phoivos Christides, Cambridge, Cambridge University Press, 2007, p. 433–458.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]