Amrita Pritam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Amrita Pritam
Amrita Pritam (1919 – 2005) , in 1948.jpg
Amrita Pritam.
Fonction
Membre de la Rajya Sabha
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
DelhiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Mouvements
Genre artistique
Distinctions
Liste détaillée
Prononciation
Œuvres principales
Pinjar (d), Sunehure (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Amrita Pritam, née le à Gujranwala et morte le à Delhi, est une romancière indienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Amrita Pritam est née en 1919[1] dans une famille sikh de Gujranwala au Pendjab, ville qui devient pakistanaise après la partition des Indes. Elle perd sa mère à l'âge de onze ans et est éduquée par son père, un enseignant et écrivain. À l'âge de seize ans, elle compose son premier poème, et commence à publier à 17 ans[2].

Ses premières œuvres sont écrites en hindi et en pendjabi[2]. Elle est la première femme à recevoir, en 1955, le prix de la Sahitya Akademi pour une anthologie de poésie pendjabi[2]. Elle est décorée en 1969 par le Padma Shri, décoration littéraire indienne[2], et par le Prix Jnanpith (le plus prestigieux prix littéraire indien) en 1981 pour Kagaz Te Kanvas (Papier et Toile).

Ses romans les plus célèbres sont Dr. Dev, Ek Thi Tara et Rang Ka Patta. Elle a écrit plus de trente livres, traduits dans plus de trente langues. Dans sa poésie et ses romans, elle ouvre un terrain de réflexion sur la conduition féminine. Elle décrit aussi les violences faites aux femmes. Elle consacre également des poèmes à la séparation entre l'Inde et le Pakistan. Elle-même exilée en Inde suite à cette séparation, elle expose le déchirement qui en résulte[1].

Sa biographie s'intitule Rasidi Ticket. Elle devient membre de la Rajya Sabha (chambre haute du parlement indien) en 1986[3].

Elle meurt le 31 octobre 2005, à son domicile de New Delhi[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Anne Castaing, « Prîtam, Amritâ [Gujranwala, Pakistan 1919 - New Delhi 2005] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Dictionnaire universel des créatrices, Éditions Des femmes, , p. 3540-3541
  2. a b c d et e « Amrita Pritam, romancière et poète indienne », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. (en) Reginald Massey, « Amrita Pritam », The Guardian,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]