Amos Dolbear

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Amos Dolbear
Amosedolbear1880.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de

Amos Emerson Dolbear, né le à Norwich dans le Connecticut[1] et mort le , est un physicien et inventeur américain. Dolbear a étudié la conversion d'allumage électrique en ondes sonores et impulsions électriques. Il a été enseignant à l'université du Kentucky à Lexington de 1868 à 1874. En 1874, il devient le président du département de physique à l'université Tufts à Medford dans le Massachusetts[1]. En 1899, un de ses brevets est acheté par l'American Wireless Telephone and Telegraph Company dans une tentative infructueuse de concurrencer les activités de télégraphie de Guglielmo Marconi aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Amos Dolbear est diplômé de l'université Wesleyenne de l'Ohio à Delaware[1]. Alors qu'il y est étudiant, il invente un télégraphe parlant. Il invente le premier récepteur téléphonique contenant deux fonctions du téléphone moderne (un aimant permanent et une membrane métallique faite à partir d'un ferrotype) en 1865, soit 11 ans avant qu'Alexander Graham Bell ait fait breveter son modèle. Dolbear ne pourra prouver sa réclamation, si bien que le brevet de Bell est maintenu. Il perd devant la Cour suprême des États-Unis (Dolbear contre American Bell Telephone Company). L'édition du de la revue Scientific American rapporte : « si [Dolbear] avait été attentif aux formalités du bureau des brevets, il est possible que le téléphone parlant, aujourd'hui si largement crédité à M. Bell serait recueilli parmi ses propres lauriers ».

En 1876, Dolbear brevette un téléphone électrique avec magnéto. Il fait breveter un téléphone statique en 1879 et en 1881 un téléphone électrostatique à condensateur[2]. En 1882, Dolbear était en mesure de communiquer sur une distance de 400 mètres sans fil en terre. Son dispositif s'appuie sur la conduction électrique dans le sol, qui est différente des transmissions radio ultérieures qui utilisent le rayonnement électromagnétique. Il reçoit un brevet américain pour un télégraphe sans fil en mars de cette même année. Son installation utilise des téléphones reliés au sol par des tiges métalliques plantées en terre. La portée de transmission est d'au moins 800 mètres. Il obtient un brevet pour cet appareil, le (en) Brevet U.S. 350299, en 1886[3],[4] (il n'a pas breveté son système en Europe).

En 1899, le New England Wireless Telegraph and Telephone Company, une filiale de la Wireless Telephone and Telegraph Company américaine, achète le brevet de 1886 de Dolbear et dépose une plainte contre Guglielmo Marconi pour contrefaçon. Toutefois, en , un tribunal des États-Unis rejette la poursuite. En , American Wireless lance une pétition au Congrès pour prolonger le brevet de 1886 pour dix années, mais sans succès, de sorte qu'il a dûment expiré le . En 1905, le tribunal de New York note en outre que le brevet de Dolbear est « inopérant, et que, même s'il l'avait été, il s'opère en vertu de lois et de phénomènes électriques radicalement différents » de la radio utilisée par Marconi.

Dolbear a également inventé un kaléidoscope (un instrument de visualisation de vibrations d'ondes sonores, en utilisant un miroir monté sur une membrane) et un système d'éclairage à incandescence[1].

Il est aussi l'auteur de plusieurs livres, articles et brochures, et a été reconnu pour ses contributions à la science à la fois l'Exposition universelle de Paris et à la Crystal Palace Exposition en 1882[1].

En 1897, Dolbear publie un article « Le cricket comme un thermomètre » dans lequel il établit une corrélation entre la température ambiante et la fréquence à laquelle le grillon stridule[5], la formule développée dans cet article est connue sous le nom loi de Dolbear.

Publications[modifier | modifier le code]

Livres
  • The Art of Projecting, Boston, 1876
  • The Speaking Telephone, 1877
  • Sound and its Phenomena, 1885
  • First Principles of Natural Philosophy, Boston, 1897
  • Modes of Motion, Boston, 1897
  • Matter, Ether, and Motion
Articles de journaux
Brevets
  • Téléphone électrostatique à condensateur, brevet US 239 742 A, [6],[2]
  • Télégraphe sans fil, brevet US 350 299, [4],[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) « Dolbear, Amos Emerson, 1837-1910 », sur Tufts Digital Library (consulté le 18 octobre 2015).
  2. a et b Jean-Serge Bernault, Alexander Graham Bell, Lulu.com, , 284 p. (ISBN 9781471604676, lire en ligne).
  3. a et b (en) « SPECIFICATION forming part of Letters Patent No. 350,299 dated October 5, 1886 », sur earlyradiohistory.us (consulté le 18 octobre 2015).
  4. a et b (en) « Asbignob - US 350299 A », sur Google (consulté le 17 octobre 2015).
  5. a et b (en) « The Cricket as a Thermometer », sur JSTOR (consulté le 17 octobre 2015).
  6. (en) « Apparatus for transmitting sound by electricity - US 239742 A », sur Google (consulté le 17 octobre 2015).

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]