Alfred Courtens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Courtens.
Alfred Courtens
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
Nationalité
Activité
Formation
Maîtres
Père
Fratrie
Distinctions
Prix Godecharle ()
Commandeur de l'ordre de la Couronne (d) ()
Grand officier de l'ordre de Léopold ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Alfred Courtens est un sculpteur belge né à Bruxelles le et décédé à Saint-Josse-ten-Noode (Bruxelles) le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Alfred Courtens est le fils du peintre Franz Courtens (1854-1943) et frère du peintre Hermann Courtens (1884-1956) ainsi que de l’architecte Antoine Courtens (1899-1969). Il se forme à l’Académie de Bruxelles, auprès du sculpteur Charles Van Der Stappen (1843-1910) et ensuite à l’Institut supérieur des beaux-arts d’Anvers, auprès du sculpteur Thomas Vinçotte (1850-1925). Il effectue un voyage d’étude en Italie.

Il reçoit le Prix Godecharle en 1913 pour son œuvre « Le Caprice ».

Il réalise des œuvres monumentales classiques, des bustes de personnalités, dont plusieurs membres de la famille royale belge, des médailles commémoratives, des œuvres libres célébrant la jeunesse, l’amour maternel,…

En 1928, il est nommé professeur de sculpture à l’Académie royale de Dendermonde.

Il est titulaire de plusieurs distinctions :

  • Médaillé de l’exposition internationale de Barcelone (1911)
  • Sociétaire de la Société nationale des Beaux-Arts de France (1924)
  • Membre effectif de la Société nationale des Beaux-Arts de Belgique (1932)
  • Commandeur de l’Ordre de la Couronne (1951)
  • Grand Officier de l’Ordre de Léopold (1957)

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

  • Theodor Schwann, Institut de zoologie de Liège
    « Le Caprice », rue du Gruyer à Watermael-Boitsfort (Bruxelles) (bronze, 1914);
  • Monument aux héros de la Grande Guerre, Aerendonck (1919) ;
  • Petit groupe en bronze "La Charité" réalisé pour remercier les membres de l' "Arrondissements komiteit voor hulp en voeding Turnhout", (1919)
  • Monuments aux disparus, à La Louvière (1923),
  • Monument aux morts, à Sombreffe (1926) ;
  • Monument à la Reine Elisabeth, au parc des Charbonnages de Winterslag à Eisden (marbre, 1928) ;
  • Monument au Général Jacques, à Dixmude (bronze, 1930) ;
  • Monument à la Reine Astrid, au parc Reine Astrid à Courtrai (marbre, 1938) ;
  • La Borne de la Libération à Hertain (1949) ;
  • Monument à Franz Courtens, à Dendermonde (bronze, 1950);
  • Monument au roi Léopold II (nl), digue d'Ostende (bronze, architecture d’Antoine Courtens, 1931);
  • Statue équestre du Roi Albert Ier, au Mont des Arts, à Bruxelles (bronze, 1951);
  • Plaque commémorative avec les cinq premiers rois de Belgique, sous les arcades du Cinquantenaire à Bruxelles (bronze, 1956); une plaque semblable faisait partie de la collection du roi Léopold III.
  • Monument aux armées Belge et Française, à Virton ;
  • Monument aux victimes de la guerre 40-45, représentant le Roi Léopold III et ses 6 corps d’armée, à Courtrai (1957) ;
  • Les 12 apôtres, portail de l’église du Gésu à Saint-Josse-ten-Noode (pierre, architecture d’Antoine Courtens, 1939);
  • Sainte Thérèse, à l’église du Béguinage de Bruxelles ;
  • La Sainte Vierge et Saint-Pierre, au Collège Saint-Pierre à Uccle ;
  • L'escrimeur et l'arquebusier, façade gauche de l’église du Sablon, à Bruxelles (pierre, 1914);
  • « Le Printemps » et « La Jeunesse », figures allégoriques (marbres) ;
  • « Léda », au musée de Liège (marbre):
  • « L’Insurgée », à Anvers (1920);
  • Bustes du Roi Albert Ier (Musée de la Dynastie à Bruxelles, marbre), de la Reine Elisabeth (Conservatoire royal de Bruxelles), du Roi Baudouin, de la Reine Fabiola, ...
  • Médailles du roi Albert Ier (Fonds national de la recherche scientifique), de la Reine Elisabeth (Concours reine Elisabeth), du Roi Baudouin et de la Reine Fabiola (Croix Rouge de Belgique), du Prince Albert et de la Princesse Paola, de Pierre Bruylants (1948), du Comte Jacques Pirenne, …

Expositions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • "Artistes Flamands et Wallons", Mario de Marchi, 1937 (pp. 19-23)
  • "Les Courtens, 2 générations d'artistes", Musée des Beaux-Arts de Mouscron, 1999 (pp. 126-159)
  • "Nouvelle biographie nationale", Académie Royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, 2001 (tome 6, pp. 87-91)
  • "Bruxelles 200 sculptures se racontent", Editions Aparté, 2008 (p. 37)
  • "Alfred Courtens, sculpteur", Axelle de Schaetzen, Editions Racine, 2012 (ou catalogue de l'exposition au Musée d'Ixelles)