Alexeï Grigorievitch Chtcherbatov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Alexeï Grigorievitch Chtcherbatov
Алексей Григорьевич Щербатов
Alexeï Grigorievitch Chtcherbatov
Portrait du prince Alexeï Grigorievitch Chtcherbatov, une œuvre du peintre anglais George Dawe, Galerie militaire au Musée de l'Ermitage, Saint-Pétersbourg

Naissance
Décès (à 72 ans)
Moscou
Origine Russe
Allégeance Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Grade Général d'infanterie
Années de service 1790-1848
Commandement Commandant du Régiment Tengenski, 19e Régiment d'infanterie Kostroma, 18e Division d'infanterie, 6e Corps d'infanterie de l'Armée de Silésie, 18e Division d'infanterie, 4e Corps d'infanterie, 2e Corps d'infanterie, Régiment de Cadets Kostroma
Conflits Guerre de la Quatrième Coalition, guerre russo-turque, Guerre de la Sixième Coalition, Campagne de Pologne
Faits d'armes Bataille de Golymin, Siège de Dantzig, Bataille de Brest-Litovsk (1812), Bataille de Kobrin, Bataille de Gorodetsno, Bataille de la Bérézina, Bataille de Studénka, Bataille de Koenigswart, Bataille de Bautzen, Bataille de la Katzbach, Bataille de Levenberg, bataille de Leipzig,Bataille de Brienne, Bataille de Paris
Distinctions Ordre de Saint-Georges Order of Glory Ribbon Bar.png
Autres fonctions Gouverneur général de Moscou, Consseiler d'État
Famille Iekaterina Andreïevna Viazemskaïa

Emblème

Prince Alexeï Grigorievitch Chtcherbatov (en russe : Князь Алексей Григорьевич Щербатов), né le et mort le à Moscou. Général d'infanterie, adjudant-général, gouverneur général de Moscou, conseiller d'État.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille princière issue de la dynastie des riourikides[1].Le , Alexeï Grigorievitch Chtcherbatov intégra le Régiment Semionovsky, le , il est promu officier, le , le grade de colonel lui est accordé, le , promu major-général, le prince reçoit le commandement du Régiment d'infanterie Tenginski, mais, le , pour des raisons familiales il prend sa retraite[2].

Le , avec la nomination de commandant du 19e Régiment d'Infanterie Kostroma, le prince réintégra les rangs de l'armée. Il fut engagé dans la guerre de la Quatrième Coalition, sa bravoure sur les champs de bataille de Golymin (), d'Eylau le lui vaut l'ordre de Saint-Georges (4e classe). Le , après bataille de Polotsk ( au ), il est décoré de l'Ordre de Saint-Vladimir (3e classe)[3].

En , avec une unité, le prince porta secours à l'armée russe au Siège de Dantzig et prend une part active dans la défense de cette ville encerclée par les troupes françaises commandées par le maréchal Lefebvre. Napoléon Ier accorde une reddition honorable aux troupes russes, mais le prince refuse cette offre, il déclare vouloir se battre contre les troupes françaises pendant un an. Le , il est fait prisonnier. Après la signature du traité de Tilsit, le , le prince regagne la Russie[1]. Entre 1808 et 1810, au sein de l'Armée du Danube, le prince combat les Turcs et est gravement blessé pendant le siège de la forteresse de Choumly[3].

Sa blessure guérie, le prince reprend du service dans l'armée, en 1812, il commanda la 18e Division d'infanterie de la 3e Armée de réserve et d'observation placée sous le commandement du général Alexandre Petrovitch Tormassov (le après l'unification de l'Armée du Danube, elle est rebaptisée 3e Armée de l'Ouest). Il est engagé dans différentes batailles : à Brest-Litovsk, le , Alexeï Grigorievitch Chtcherbatov à la tête des troupes russes défait la cavalerie française et force les soldats de la Grande Armée à quitter la ville[4], le à la bataille de Kobrin, cette dernière fut considérée comme la première grande victoire des troupes russes sur l'armée napoléonienne et le , sous le commandement du général Tomasov à Gorodetche, il combattit les troupes du général Rénier. Disputé avec le général Tomasov, le général Sergueï Mikhaïlovitch Kamenski confia le commandement du 3e Corps de l'Armée de l'Ouest à Alexeï Grigorievitch Chtcherbatov[5],[6], aux alentours de la ville de Borisov, il fut également engagé dans des combats. Avec les troupes russes placées sous le commandement du maréchal Pierre Wittgenstein, il combattit les troupes françaises sur les hauteurs de Stoudienka. Le , l'Ordre de Saint-Georges (3e classe) lui fut décerné[1].

Le , le prince est promu lieutenant-général, en outre il est chargé du commandement du 6e Corps d'infanterie (17e et 18e Divisions). Entre janvier et , avec les troupes prussiennes et russes commandées par l'amiral Pavel Vassilievitch Tchitchagov, le prince est engagé dans le siège de la garnison française à Toruń[7]. Le , à la bataille de Königswart, à la tête du 6e Corps d'infanterie, le prince mit en déroute un Corps italien et captura 750 hommes dont plusieurs généraux. Pendant le déroulement des combats à la bataille de Bautzen, il est une nouvelle fois grièvement blessé. Au cours des six derniers mois de l'année 1813, il est placé à la tête du 6e Corps d'infanterie de l'Armée de Silésie. Il fut engagé dans les batailles de Leipzig et Katzbach. Une épée d'or sertie de diamants lui est remise après la bataille de Leipzig. À Löwemberg, il battit la Division du général Puthod ()[1]. Cet acte de guerre lui valut l'ordre de Saint-Alexandre Nevski[8]. Le , à la tête du 6e Corps d'infanterie, une fois de plus, le prince se distingue par sa bravoure au combat, il capture 28 canons à l'ennemi et fait 3 000 prisonniers. En récompense, le , il est décoré de l'ordre de Saint-Georges (2e classe)[1].

Au cours de la campagne de France, le prince se distingua lors de la prise des villes de Soissons et Paris. À la fin du conflit contre les armées napoléoniennes, le prince resta à la tête du 6e Corps d'infanterie. Le , il est élevé au grade d'adjudant-général. Le , il est nommé général d'infanterie. Le , le commandement du 2e Corps d'infanterie lui fut confié.

En 1831, le prince est engagé dans la répression menée contre les Polonais. En , il participe à la prise de Varsovie par les troupes russes. Une fois de plus, au cours des combats menés contre les Polonais, le prince reçut une épée d'or sertie de diamants avec lauriers. Pour raison de santé, le , le prince quitta l'armée avec son uniforme et une retraite à taux plein[9].

En 1839, Alexeï Grigorievitch Chtcherbatov reprit du service dans l'armée avec la nomination de commandant en chef du Régiment d'Infanterie des Cadets Kostroma. Le , il siégea en qualité de conseiller d'État. Le de la même année, il occupa le poste de gouverneur général de Moscou[9].

À son poste de gouverneur général, Alexeï Grigorievitch Chtcherbatov s'engage dans la lutte contre la pollution et le travail de nuit des enfants. Sur une proposition du prince, une commission fut créée, elle eut pour mission de procéder à des recherches concernant les usines responsables de pollution dans les eaux côtières et les rivières traversant la ville de Moscou. Il adressa une pétition à Nicolas Ier de Russie. Dans cette pétition, le prince dénonça le travail effectué par les enfants la nuit. L'Empereur soutint le prince dans sa démarche. En 1845, le Comité des ministres de l'Empereur proclama un décret, dans ce dernier, il fut demandé aux chefs d'entreprise dirigeant des usines de respecter leurs obligations : « afin que le travail de nuit ne soit pas effectué par des enfants âgés de moins de 12 ans et ne soient pas affectés à un poste de minuit à six heures »[3].

Au cours de son mandat de gouverneur général de Moscou, le prince veilla à la mise en œuvre des travaux d'urbanisme établi par son prédécesseur.

Le , le prince est récompensé pour ses services rendus à la Couronne impériale de Russie, il reçoit la plus haute distinction de l'Empire russe, l'Ordre de Saint-André.

Le , en raison de son mauvais état de santé, Alexeï Grigorievitch Chtcherbatov présente sa démission[3].

Décès et inhumation[modifier | modifier le code]

Le général et prince Alexeï Grigorievitch Chtcherbatov en 1840

Le prince Alexeï Grigorievitch Chtcherbatov meurt le à Moscou, il est inhumé au Monastère Donskoï.

Famille[modifier | modifier le code]

Fils du prince Grigori Alexeïevitch Chtcherbatov (1735-1810) et de son épouse Anastasia Nikolaïevna Dolgoroukova ; le prince Alexeï Grigorievitch Cbhtcherbatov est le frère du major-général et prince Nikolaï Grigorievitch Chtcherbatov.

En 1809, il épouse Iekaterina Andreïevna Viazemskaïa (1789-1810), fille d'Andreï Ivanovitch Viazemski.

Veuf, en 1817, il épouse Sofia Stepanovna Apraksina (1798-1886), fille de Stepan Stepanovitch Apraksine (1757-1827) et de son épouse Iekaterina Vladimirovna Golitsyna (1770-1854).

Cinq enfants naquirent de cette union :

  • Iekaterina Alexeïevna Chtcherbatova (1798-1886), elle épousa Illarion Illarionovitch Vassiltchikov (1805-1862) ;
  • Grigori Alexeïevitch Chtcherbatov (1819-1881), il épouse Sofia Alexandrovna Panina (1825-1905) ;
  • Vladimir Alexeïevitch Chtcherbatov (1822-1902), gouverneur, chambellan, maréchal de la noblesse de la province de Saratov, il épouse Maria Afanasievna Stolypina (1832-1901) ;
  • Alexandre Alexeïevitch Chtcherbatov (1829-1902), conseiller d'État, gouverneur de Moscou (1863), il épouse Maria Pavlovna Moukhanova (1836-1892) ;
  • Olga Alexeïevna Chtcherbatova (1829-1879), elle épousa Sergueï Fiodorovitch Golitzyne (1812-1849)[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (ru) « Biographie », sur 1812w.ru
  2. (ru) « Щербатов Алексей Григорьевич » [« Shcherbatov Alexey Grigorievich »], sur www.runivers.ru (consulté le 7 septembre 2019)
  3. a b c et d « www.mos.ru »
  4. (ru) www.brest.by
  5. (ru) « Сергей Михайлович Каменский » [« Sergey Mikhailovich Kamensky »], sur hrono.ru
  6. « militerra.com »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  7. (ru) coolreferat.com
  8. (ru) « www.biografija.ru »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  9. a et b (ru) « Biographie », Dictionnaire des généraux russes (consulté le 7 septembre 2019)
  10. (ru) « Généalogie », sur rusgenealog.ru

Sources[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]