Alexandre Sidorenko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sidorenko.
Alexandre Sidorenko
Image illustrative de l'article Alexandre Sidorenko
Alexandre Sidorenko à l'Open de Nice 2012.
Carrière professionnelle
2006
Nationalité Drapeau de la France France
Naissance (29 ans)
Drapeau : URSS Léningrad
Taille / poids 1,85 m (6 1) / 77 kg (169 lb)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Gains en tournois 492 431 $
Palmarès
En simple
Titres 0
Finales perdues 0
Meilleur classement 145e (25/05/2009)
En double
Titres 0
Finales perdues 0
Meilleur classement 168e (07/06/2010)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple - 1/64 - -
Double - 1/8 - -
Mixte - 1/16 -

Alexandre Sidorenko, né le à Léningrad en URSS, est un joueur français de tennis résidant à Ivry-sur-Seine, France.

Il a remporté l'Open d'Australie junior en 2006.

Biographie et jeunes années[modifier | modifier le code]

Né à Léningrad, Alexandre Sidorenko a vécu en Russie jusqu'à l'âge de 4 ans avant d'emménager en France avec son père, ex-entraîneur de l'Équipe de Russie de handball masculin championne olympique. Il est naturalisé Français en 2000.

Il est champion de France dans les catégories des minimes, des cadets et des juniors.

Carrière[modifier | modifier le code]

Année junior[modifier | modifier le code]

En 2006, il remporte l'Open d'Australie junior en simple en battant en finale Nick Lindahl (6-3, 7-64)[1].

Année senior[modifier | modifier le code]

Il a gagné trois tournois Future et perdu sept finales.

Il a atteint une finale en tournoi Challenger.

Il a échoué par deux fois en premier tour de qualification dans les tournois Masters 1000, à Paris en 2008 et à Madrid en 2010.

Il a été huitième de finaliste en double à deux reprises à Roland-Garros : en 2006 avec Jérôme Haehnel et en 2010 avec Guillaume Rufin.

Il a joué un premier tour à Roland-Garros en simple, mais il ne dépasse pas le deuxième tour de qualification (sur trois) dans les trois autres tournois du Grand Chelem.

Alors lucky loser, il réalise sa meilleure performance à Stuttgart en 2009 où il bat successivement Daniel Muñoz de la Nava (7-63, 1-6, 6-2)[2] et Oscar Hernández, alors no 56 mondial (2-6, 6-4, 6-3)[3], avant d'être éliminé par Victor Hănescu (62-7, 4-6)[4].

Parcours dans les tournois du Grand Chelem[modifier | modifier le code]

En simple[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2007 1er tour (1/64) Drapeau : Autriche Werner Eschauer
2009 1er tour (1/64) Drapeau : Russie Marat Safin

À droite du résultat, l'ultime adversaire.

En double[modifier | modifier le code]

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2006 1/8 de finale
Drapeau : France J. Haehnel
Drapeau : Espagne A. Martín
Drapeau : Italie P. Starace
2007 1er tour (1/32)
Drapeau : France J. Haehnel
Drapeau : Espagne M. Granollers
Drapeau : Espagne F. López
2010 1/8 de finale
Drapeau : France G. Rufin
Drapeau : Canada D. Nestor
Drapeau : Serbie N. Zimonjić
2011 1er tour (1/32)
Drapeau : France G. Rufin
Drapeau : Argentine C. Berlocq
Drapeau : Espagne R. Ramírez
2016 1er tour (1/32)
Drapeau : France S. Robert
Drapeau : Inde R. Bopanna
Drapeau : Roumanie Florin Mergea

Sous le résultat, le/la partenaire ; à droite, les ultimes adversaires.

Évolution au classement ATP en simple[modifier | modifier le code]

Année 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Rang 1108 en augmentation 312 en diminution 352 en augmentation 188 en augmentation 182 en diminution 283 en diminution 342 en diminution 544 en diminution 848 en augmentation 707 en augmentation 452 en augmentation 260

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Sidorenko sacré », sur eurosport.fr,‎ .
  2. « Sidorenko continue », sur eurosport.fr,‎ .
  3. « Sidorenko en quart », sur eurosport.fr,‎ .
  4. « Sidorenko s'arrête là », sur eurosport.fr,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]