Albine de Montholon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Albine de Montholon
Image dans Infobox.
Titre de noblesse
Comtesse
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Albine Hélène de VassalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Conjoints
Enfants

Albine de Montholon ( - )[1], née Albine Hélène de Vassal et épouse de Charles Tristan, marquis de Montholon, est connue comme maîtresse de Napoléon lors de son exil à Sainte-Hélène.

Biographie[modifier | modifier le code]

Albine Hélène de Vassal, née à Paris, est issue d'une famille de petite noblesse de robe appartenant à la bonne société de Montpellier et alliée aux Cambacérès, Jean-Jacques-Régis de Cambacérès et elle-même étant cousins issus de germains.

Le , à l'âge de 17 ans, elle épouse le baron Louis Pierre Édouard Bignon dont elle divorce en 1799[1].

Le , à l'âge de 20 ans, elle épouse un financier genevois, le baron Daniel Roger, futur maire de Gagny[2], dont elle a un fils, Édouard, comte Roger du Nord, né en 1803, qui deviendra l'ami intime d'Adolphe Thiers[3].

En 1808, elle rencontre Charles-Tristan de Montholon et c'est un coup de foudre réciproque. Elle quitte le domicile conjugal pour vivre avec Montholon. De cette union, naissent trois fils : Tristan Charles François Napoléon de Montholon-Sémonville, né le [4], Napoléon Charles Tristan de Montholon-Sémonville, né le [5] et Charles François Frédéric de Montholon-Sémonville, qui deviendra ambassadeur de Napoléon III auprès de Maximilien Ier lors de l'intervention française au Mexique[3], le .

Le baron Roger demande et obtient la séparation de corps le , puis le divorce le [6].

Elle suit son mari qui accompagne Napoléon lors de son exil à Sainte-Hélène, où naît son quatrième enfant, Napoléone Marie Hélène Charlotte, le [7]. Elle est réputée pour avoir été la maîtresse de Napoléon, fait toutefois discuté par certains historiens, jusqu'à ce que l'Empereur apprenne sa liaison avec le lieutenant-colonel Basil Jackson et la fasse renvoyer en France en juillet 1819[6].

Elle meurt à Montpellier le [1]. Elle est alors enterrée dans la crypte des pécheurs pénitents (crypte des Pénitents bleus) de la ville[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1826 : Albine de Montholon, Souvenirs de lord Elderle, paris, impr. de F. Didot, (lire en ligne)
  • 1901 : Albine de Montholon, Souvenirs de Sainte-Hélène par la comtesse de Montholon, 1815-1816, Paris, E. Paul, (lire sur Wikisource, lire en ligne)

Cinéma[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Albine Hélène de Vassal », sur www.geni.com (consulté le )
  2. « L'histoire du domaine du Chesnay - Partie 2/4 : Le Baron Daniel Roger », sur http://blog.gagny-abbesses.info (consulté le )
  3. a et b Adolphe Robert, Dictionnaire des parlementaires français... : depuis le 1er mai 1789 jusqu'au 1er mai 1889... / publ. sous la dir. de MM. Adolphe Robert, Edgar Bourloton et Gaston Cougny, 1889-1891
  4. « Tristan Charles François Napoléon de Montholon Semonville », sur www.geni.com (consulté le )
  5. « Napoléon Charles Tristan de Montholon », sur www.geni.com (consulté le )
  6. a et b Henri Pigaillem, Dictionnaire des favorites,
  7. « Napoléone Marie Hélène Charlotte de Montholon Semonville », sur www.geni.com (consulté le )
  8. Michel, « Napoléon et la révolution », sur impereur.blogspot.com, (consulté le )
  9. (en) Sant'Elena, piccola isola sur l’Internet Movie Database (consulté le 26 février 2018)
  10. « Monsieur N. », sur Allociné (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]