Alberto Sartoris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alberto Sartoris
Présentation
Naissance
Turin
Décès (à 97 ans)
Pompaples
Nationalité Italienne
Mouvement Mouvement moderne
Activités Architecte
Formation École des beaux-arts de Genève
Œuvre
Réalisations Pavillon de la Communauté autonome des artisans à Turin
Chapelle du Bon Conseil de Lourtier
Publications Encyclopédie de l'architecture nouvelle, 1948-1957

Alberto Sartoris ( à Turin en Italie - à Pompaples en Suisse) est un architecte italien, designer, critique d’art et enseignant.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Turin, il s'établit à Genève avec son père Giovanni, sculpteur et sa mère, Teresa Viroglio, chanteuse, en 1901.

De 1916 à 1919, il effectue des études d'architecture à l'École des beaux-arts de Genève. Entre 1922 et 1926, il évolue dans l'atelier d'Annibale Rigotti (en) à Turin. Il fait son retour en Suisse romande en 1928[1]. année où il adhère au mouvement futuriste italien [2].

Membre fondateur du Congrès international d'architecture moderne en 1928, il a déployé toute sa vie une intense activité de propagande pour cette cause dans de nombreuses publications, couronnées par une vaste Encyclopédie de l'architecture nouvelle (3 vol., 1948-1957)[1].

Par ses publications et son enseignement (écoles privées, puis, dès 1976, à l'EPF de Lausanne), Alberto Sartoris a exercé une influence certaine à l'échelle régionale, mais aussi internationale[1].

Réalisations[modifier | modifier le code]

  • 1927-1928 : Turin, le pavillon de la Communauté autonome des artisans.
  • 1932 : Val de Bagnes, (Valais), chapelle du Bon Conseil de Lourtier.
  • 1936: Villa Morand-Pasteur (Saillon - Valais - Suisse)
  • 1939: L'Atelier De Grandi (Corseaux - Vaud - Suisse)
  • 1958: Villa dans le vignoble de Lavaux (En Gravesse, Lutry - Vaud - Suisse)
  • 1965: Motel de Cully (Cully - Vaud - Suisse). Actuellement Hôtel Lavaux.
  • 1983-1988 : Dunkerque et Biarritz, établissements Lesieur et Labeyrie (en collaboration avec E. Cattani et P. Pastellas).

Vie publique[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Antoine Baudin, Le monde d'Alberto Sartoris, dans le miroir de ses archives, Lausanne, PPUR, coll. « Archives de la construction moderne (ACM) », , 320 p. (ISBN 2889151697).
  • Antoine Baudin et Pierre Frey, Photographie et architecture moderne. La collection Alberto Sartoris, Lausanne, PPUR, coll. « Archives de la construction moderne (ACM) », , 241 p. (ISBN 9782880745516).
  • Jacques Gubler et Alberto Abriani, Alberto Sartoris, Milano, Electa, , 179 p. (ISBN 8843531611).
  • Alberto Sartoris 1901 - 1998. La concepción poética de la arquitectura, Valencia, IVAM Centre Julio Gonzalez, , 261 p. (ISBN 8448225287).
  • Alberto Sartoris, Gli elementi dell'architettura funzionale: sintesi panoramica dell'architettura moderna, Milano, U. Hoepli, , 538 p..
  • Alberto Sartoris, Encyclopédie de l'architecture nouvelle, vol. 1,2,3, Milano, U. Hoepli, .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c "Alberto Sartoris", in: Dictionnaire historique de la Suisse, https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/042786/2011-01-31/
  2. Antoine Baudin, Alberto Sartoris dans le miroir de ses archives, pp. 22-28

Liens externes[modifier | modifier le code]