Albert Lemasson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Albert Lemasson
Albert Lemasson 1892-1982.jpg
Albert Lemasson, autoportrait, août 1945
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
BordeauxVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Fratrie
Autres informations
Maître

Albert Lemasson (né le à Saint-Mars-du-Désert et mort le à Bordeaux) est un peintre français[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Albert Lemasson naît le à Saint-Mars-du-Désert en Loire-Atlantique[2]. Il est exempté du service militaire en 1913, puis versé au Service auxiliaire de mai 1917 à juillet 1919. Période pendant laquelle il passe quelque temps dans la région de Salonique et dont il ramène quelques dessins. Démobilisé le 30 juin 1919, il revient chez lui à Saint-Mars-du-Désert.

De formation classique, entré à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris en 1919, rejoint par son frère Paul Lemasson (1897-1971) en 1920. Il y fréquente d’abord l’atelier du peintre Fernand Cormon (1845-1924) à partir de 1920, ensuite pendant une dizaine d’années l’atelier de fresque de Paul Baudoüin (1844-1931), élève de Puvis de Chavanne (1824-1898[3]). Il s’adonne durant vingt-cinq ans principalement à la décoration des églises : fresques à mortier frais. Tout en exécutant ses fresques, il continue à peindre à l’huile, à l’aquarelle et à dessiner toujours d’après motif.

En 1927, il épouse Marie-Louise Lebon-Desmottes (1902-1991), élève de l’atelier de Maurice Denis (1870-1943), aquarelliste et relieuse d'art. Ils n’auront pas d’enfant. Ils habitent 11 rue des Commandeurs à Paris (XIVe siècle), puis plus tard à Bordeaux, où après plusieurs séjours rue St Rémi (famille Noailles), ils s’installent définitivement dans le quartier du Grand Parc après 1978. À partir des années 1930, ils viennent assez régulièrement passer l’été chez leurs cousins Noailles à Bernos et à Mazères en Gironde. Ils voyagent en France (Aisne, Bretagne, île de Ré, Côte d’Azur, Pyrénées, Cap Ferret, Agenais, Montauban, Montpellier et Cévennes, Provence, Alpilles, Cantal, Puy de Dôme…) et à l’étranger (Espagne, Baléares, Italie[4]), Grèce... L’œuvre d’Albert en témoigne.

Il meurt le à Bordeaux[2],[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Fresques
  • 1925 : décoration avec son frère Paul de la coupole de l’église de Saint-Martin-du-Cellier (Loire-Atlantique) avec une fresque représentant Saint-Martin. Décoration de la chapelle du Château de Clermont près du Cellier avec son frère Paul.
  • 1927 à 1930 : décoration de l’intérieur de l’église de la Haie-Fouassière (Loire-Atlantique) avec son frère Paul : « Chemin de Croix », « Adoration des Mages », « Monument aux Morts de la Guerre 1914-1918 ».
  • 1933 à 1935 : décoration avec son frère Paul de l’église de Roche-Blanche (Loire-Atlantique) de 14 tableaux représentant un « Chemin de Croix », 80x80, d’un « Saint-Michel terrassant le Dragon » (plus grand que nature), ainsi que d’une « Vie de la Vierge » en 4 tableaux (grandeur nature).
  • 1941 : première commande officielle. L’État lui confie la décoration de l’intérieur de l’église Sainte-Lucie des Moulineaux à Issy-les-Moulineaux : « Vie de Sainte Lucie » à laquelle s’ajoute un « Chemin de croix » en 1944.
  • 1942 : décoration du chœur de l’église de Saint-Mars-du-Désert (Loire-Atlantique) avec son frère Paul : sur la partie droite de ce triptyque monumental figure « La Passion du Christ », tandis que sur la partie gauche est représenté le « Sacrifice de la Messe ».
  • 1943 : décoration de la crypte de l’église de Drancy : « Litanies de la Vierge ».
  • 1944 à 1946 : chœurs des églises de Couffé[6] et Thouaré (Loire-Atlantique) avec son frère Paul.
  • 1947 : décoration de l’église de Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) : « Hommage à Notre-Dame de Lourdes ».
  • 1948 : décoration de l’église de Féricy (Seine-et-Marne) près Fontainebleau : « Chemin de Croix » en 14 tableaux.
Chevalet

Tout en honorant ses commandes de fresques, Albert Lemasson peignait des tableaux de chevalet en tous genres : portraits, nus, natures mortes, scènes d’intérieur, paysages au cours des nombreux voyages qu’il fit, accompagné de sa femme, en France, Italie, Espagne… paysages qu’il traite à l’huile, à l’aquarelle quand ce n’est pas à l’encre de Chine, à la sanguine, à la sépia ou à la mine de plomb.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • de 1931 à 1934 : Nantes « Galerie Mignon-Massart ».
  • de 1936 à 1938 : Paris « Galerie Carmine », rue de Seine : 23 dessins originaux reproduisant le « Chapelet des églises fortifiées de Thiérache », encre et lithographies[7].
  • 1948 : Bordeaux à « l’Ami des Lettres », exposition inaugurée par M. Chaban-Delmas maire de la ville.
  • 1950 : Paris, boulevard Saint-Germain, « Galerie Pelletan-Helleu », il expose sépias et encres de Chine rapportées de Rome : « La Place du Peuple », « la Villa Médicis », « l’Arc de Constantin »…
  • 1950 : centre culturel de Rome : « Forum », « Arc de Titus », « Temple de Saturne », « Chapelle près Saint-Grégoire », « La Sapience », « Château Saint-Ange », Voie Appienne » dont il fit une suite de sept lithographies.
  • de 1951 à 1952 : Paris à la « Société Nationale des Beaux-Arts » dont il est sociétaire et à Bordeaux à « l’Estampe Moderne » : encres et aquarelles originales, inspirées par les rues et les vieux monuments de Bordeaux, le port…
  • 1952 : Paris « Galerie Pelletan-Helleu » : « Encres et aquarelles », « Plateaux de Castille » (Espagne).
  • 1956 : Paris « Galerie Pelletan-Helleu ».
  • 1978 : Paris "Galerie Dany-Thibaud".
  • 1978 : Bordeaux "Galerie L'Ami des Lettres".
  • 1979 : Bordeaux.
  • 1980 : Paris "Galerie Dany-Thibaud".
  • 1982 : Bordeaux "Galerie L'Ami des Lettres".
  • 6 au 30 juin 1984 : Hommage à Albert Lemasson à la Galerie « L’ami des Lettres » à Bordeaux, sous le haut patronnage de Jacques Chaban-Delmas député-maire de Bordeaux.
  • à partir du 30 octobre 1986 : Albert Lemasson « Rétrospectives » (1892-1982), « Galerie France » à Bordeaux, sous le haut patronnage deJacques Chaban-Delmas Président de l’Assemblée Nationale, maire de Bordeaux.

Acquisitions de la ville de Paris[modifier | modifier le code]

  • 1951 : Aquarelle : Monte Mario (Italie).
  • 1952 : Aquarelle : l’Embouchure de la Rance.
  • 1952 : Encre : Saint-Malo vu de Dinard.
  • 1952 : Huile : Assise (Vallée du Teschio).
  • 1953 : Huile : Vue d’Assise (20 P.).
  • 1954 : Aquarelle : Rome, le Forum Boarium.
  • 1955 : Aquarelle : le Port de Bordeaux.
  • 1956 : Aquarelle : Espagne, Grenade, «  l’Albaicin ».
  • 1957 : Aquarelle : Espagne, Valence, « la Bourse de la Soie ».
  • 1958 : Aquarelle : Espagne, Palma de Majorque.

Commandes de l’État, œuvres à fresques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « LEMASSON Albert | Les monuments aux morts », sur monumentsmorts.univ-lille.fr (consulté le 9 avril 2019)
  2. a et b « Généalogie de albert marie joseph Lemasson », sur Geneanet (consulté le 9 avril 2019)
  3. Françoise LEMASSON-GIQUEL, Biographie de Paul Lemasson, , 7 p. (lire en ligne)
  4. 1950 : Rome, Assise - 1951 : Avila, Madrid, Tolède, Ségovie - 1954 : Huesca, Valence, Ibiza, Palma, Soller et Valldemossa (Majorque), Barcelone, Montserat - 1955 : Saragosse, Tarragone, Alicante, Murcie, Grenade, Malaga, Séville, Cordoue, Baeza - 1958 : Rome, Naples.
  5. Andréann Cannel, ancienne élève de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, Albert Lemasson artiste-peintre, Collection la vie et l’œuvre (n°5), Editions Dany Thibaud, 52 rue Labrouste, 75015 Paris, , 61 p.
  6. « Fresques de Couffé (Loire-Atlantique) »
  7. « Archives départementales de l'Aisne »

Liens externes[modifier | modifier le code]