Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar
Logo de l'organisation

Devise : « Les routes du ciel, notre métier »

Situation
Création
Type Etablissement public international
Domaine navigation aérienne
Siège 32, avenue Jean-Jaurès BP 3144 Drapeau du Sénégal Dakar
Budget 181 milliards de francs CFA en 2014 (~ 275 millions d'euros)
Organisation
Membres 18 États membres
Directeur général Mohamed Moussa

Site web www.asecna.aero

Regroupant 18 États membres, l'Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) est la plus ancienne institution de coopération et d'intégration africaine et malgache[1]. C'est un établissement public doté de la personnalité morale et jouissant de l'autonomie financière.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Asecna a été créée en 1959 par une convention signée à Saint-Louis (Sénégal), remplacée par la convention signée à Dakar le 15 octobre 1974.

En 2004, elle supervise 10 centres de contrôle régionaux, 57 tours de contrôle, 25 aéroports internationaux et 76 nationaux et régionaux[2].

Après d'importantes turbulences à l'automne 2007 dues à une tentative de dissidence avortée du Sénégal et de Madagascar, l'agence a retrouvé sa quiétude avec l'ensemble des États membres, y compris le Sénégal, État dépositaire de la convention de Dakar, et Madagascar.

Le Sénégal a rompu le 10 mai 2008 le contrat particulier qui liait le pays à l'Asecna. À l'instar d'autres États membres, il s'est ainsi réapproprié la gestion de ses aéroports secondaire, non confiés à l'ASECNA par la convention de Dakar.

Organisation[modifier | modifier le code]

La convention de Dakar prévoit que l’Asecna gère des services dits communautaires (identique pour tous les pays), principalement la gestion des espaces aériens, et, si un État le souhaite, l'Agence peut également assurer la gestion des activités dites nationales (gestion commerciale de l'aéroport communautaire, et gestion technique des aéroports secondaire à l'intérieur des pays). Dans ce dernier cas, l'État est tenu de signer un contrat de délégation de gestion avec l'asecna anciennement appelé "contrat particulier".

Au titre des services communautaires, elle gère notamment un espace aérien de 16 100 000 km2 réparti en six régions d’informations de vol :

Dans ces régions, elle assure :

Elle supervise également 27 aéroports internationaux et 76 aéroports nationaux et régionaux situés sur le territoire de ses membres.

États membres[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Michel Meyer, « Le Sénégal fait sécession... jusqu'à quand ? », Jeune Afrique, n° 2471, du 18 au 24 mai 2008, p. 95
  2. François Ploye, « Le rôle de l’Asecna », sur Jeune Afrique, (consulté le 3 juin 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abdou Mahamane Gogé, L'Agence pour la sécurité de navigation aérienne en Afrique et à Madagascar, Université d'Aix-Marseille 3, 1982, 328-78 p. (thèse de 3e cycle)
  • Jacques de Lanversin, L'Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), Comac, 1971, 131 p.
  • Jean Pierre Pénette et Christine Pénette Lohau, Le livre d'or de l'aviation malagasy, 2005, p. 75 (ISBN 978-2-9523646-0-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]