Aga Khan III

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article connexe : Aga Khan.
Aga Khan III
Aqa Khan in Chicago.jpg

Le Prince Aga Khan III à Chicago le 11 février 1907

Fonctions
Imam des ismaéliens (d)
-
Membre du Conseil privé du Royaume-Uni
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
VersoixVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Père
Enfants
Autres informations
Religion
Distinctions
Aga Khan III Tomb.JPG

Vue de la sépulture.

Le sultan Mohammed Chah, Aga Khan III (2 novembre 1877, Karachi11 juillet 1957, Versoix), était le 48e imam des ismaéliens nizârites. Il succéda à son père Aga Khan II en 1885, alors qu'il n'avait que 8 ans. Il est président de l'Assemblée générale de la Société des Nations en 1937 et 1938.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Mohammed Chach est né le 2 novembre 1877 à Karachi, dans ce qui est alors la province britannique du Sind, dans l'actuel Pakistan. Il est le fils d'Aga Khan II et de Nawab A'lia Shamsul-Muluk, petite-fille de Fath Ali Shah Qajar. Après le décès de son père alors qu'il est âgé de huit ans, il reçoit non seulement une instruction religieuse et orientale, mais également une formation occidentale, fréquentant le collège d'Eton et l'Université de Cambridge.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1885, à l'âge de huit ans, Mohammed Chah succède à son père en tant qu'imam des ismaéliens, devenant ainsi Aga Khan III. Il voyage dans différentes parties du monde pour recevoir les hommages de ses fidèles.

En 1906, il participe à la fondation et devient le premier président de la Ligue musulmane, un parti politique qui lutte pour un État musulman indépendant dans le nord-ouest de l'Empire britannique des Indes, ce qui conduira à la création du Pakistan en 1947.

Pendant les trois Round Table Conferences qui se déroulent à Londres entre 1930 et 1932, il joue un rôle important pour faire avancer les réformes constitutionnelles en Inde. En 1932, il représente l'Inde à la Conférence sur le désarmement à Genève[1].

En 1934, il est nommé membre du Conseil privé est également délégué à la Société des Nations de 1934 à 1937. Il préside son Assemblée générale en 1937-1938.

Imam des Ismaéliens[modifier | modifier le code]

Sous la direction d'Aga Khan III, la première moitié du vingtième siècle est une période de développement importante pour la communauté ismaélienne. De nombreuses institutions visant au développement économique et social sont établies dans le sous-continent indien et en Afrique de l'Est. Trois jubilés sont célébrés par la communauté ismaélienne pendant le règne d'Aga Khan III: un jubilé d'or en 1937, un jubilé de diamant en 1946 et un jubilé de platine en 1954. Les bénéfices de ces jubilés sont utilisés pour développement des institutions sociales et économiques en Asie et en Afrique.

Des réformes institutionnelles ont également été introduites pendant le règne d'Aga Khan III, aidant les communautés ismaéliennes, notamment en Afrique de l'Est, à gérer leurs propres affaires.

La fin du règne d'Aga Khan III est marquée par des chamboulements politiques importants dans de nombreuses régions accueillant des communautés ismaéliennes importantes. L'Inde et le Pakistan deviennent indépendant en 1947 et d'immense mouvements de population résultent de la création de ces deux États. A partir des années 1950, ce sont les États d'Afrique de l'Est qui accèdent progressivement à l'indépendance.

Mariages et succession[modifier | modifier le code]

Il contracta quatre mariages :

  • En 1896 avec sa cousine Shahzadi Begum, petite-fille d'Aga Khan Ier.
  • En 1908 en Mut`a (mariage temporaire) et en 1923 légalement, avec Cleope Teresa Magliano (1888-1926), une danseuse classique du ballet de l'opéra de Monte-Carlo. Ils eurent 2 fils : Giuseppe Mahdi Khan et Ali Solomone Khan (1911-1960), plus connu sous le nom de Prince Ali Khan[2].
  • Le 7 décembre 1929 en mariage civil à Aix-les-Bains et le 13 décembre suivant en mariage religieux à Bombay (Inde), avec Andrée Joséphine Carron (1898 - 1976). Fille de directeur d'hôtel, elle était copropriétaire d'une maison de couture (la légende l'a longtemps appelée la « petite chocolatière » par confusion avec une homonyme)[3]. Elle devint après ce mariage la princesse Andrée Aga Khan. Ils eurent un fils : le prince Sadruddin Aga Khan, en 1933[4]. Le couple divorça en 1943[5].
  • Le 9 octobre 1944 à Genève avec Yvette Labrousse, Miss Lyon 1929 et Miss France 1930, qui prit le nom d'Om Habibeh, la bégum des ismaéliens[6].

Il est le grand-père de Karim Aga Khan IV, qu'il nomma comme successeur peu de temps avant sa mort en 1957. Lorsqu'il mourut, sa femme, la Bégum, respecta sa volonté en élevant à sa mémoire un mausolée à Assouan.

Courses hippiques[modifier | modifier le code]

Passionné de courses hippiques, il était propriétaire d'une écurie et remporta deux fois le Prix de l'Arc de Triomphe en 1948 (Migoli) et 1952 (Nuccio), ainsi que la Triple couronne britannique en 1935 avec Bahram.

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 1897, il reçoit la distinction de chevalier commandeur de l'Ordre de l'Empire des Indes de la part de la reine Victoria. Il sera hissé au rang de chevalier grand commandeur en 1902 par Edouard VII. En 1912, il est nommé chevalier grand commandeur de l'Ordre de l'Étoile d'Inde, puis chevalier grand-croix de l'Ordre de Saint-Michel et Saint-Georges en 1923. Il reçoit également des décorations de l'Empereur d'Allemagne, du sultan ottoman et du Shah d'Iran.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Aga Khan », Journal de Genève,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  2. D'après "Memoirs of Aga Khan: World Enough and Time" (London: Cassel & Company, 1954)
  3. "Aga Khan Marries Former Shopgirl", The New York Times, 8 December 1929, p. 3
  4. "Aga Khan Again a Father", The New York Times, 18 January 1933, p. 9.
  5. "Princess Andrée", The New York Times, 30 December 1976, p. 19.
  6. Cyrille Boulay Histoires d'amours royales

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :