Affectivité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la psychologie
Cet article est une ébauche concernant la psychologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jeune fille luttant contre Éros, peinture allégorique (œuvre de William Bouguereau - XIXe siècle)

L'affectivité désigne le caractère des phénomènes dits affectifs, l'ensemble des sentiments et des émotions, et la faculté d'éprouver, en réponse à une action quelconque sur notre sensibilité, des sentiments ou des émotions.

Les sciences affectives se donnent pour objet d'étude l'affectivité et les émotions.

Histoire[modifier | modifier le code]

Théorie des humeurs[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Théorie des humeurs.

Selon Hippocrate l'affectivité est influencée par quatre humeurs :

Affect, émotion, humeur[modifier | modifier le code]

Les différentes branches de la psychologie ont étudié l'affectivité selon des approches radicalement différentes.

Émotion[modifier | modifier le code]

(...)

Affect[modifier | modifier le code]

En psychanalyse, l'affect est caractéristique de la conscience : le psychique inconscient est sans affect. Cette idée est corollaire d'une pensée économique du psychisme ; celui-ci est le lieu de la pulsion, qui est facteur quantitatif (bien que l'on puisse considérer différentes sortes de pulsions).

Si l'inconscient ne connaît pas d'émotion mais une poussée plus ou moins forte, caractérisée de plus par son but, l'affect demeure bien une notion psychanalytique, Sigmund Freud pensant l'étude de la conscience comme nécessaire à toute psychologie. En psychanalyse, l'affect est une propriété du conscient ; il se manifeste comme une traduction en des termes qualitatifs d'une force pulsionnelle à l'origine purement quantitative.

Affectivité et cognition[modifier | modifier le code]

Les émotions et la capacité de réfléchir furent longtemps opposées, et le demeurent encore comme champs d'étude de la psychologie. Pourtant, cette distinction n'est pas sans poser question.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jacques Postel, Claude Quetel, "Nouvelle Histoire de la Psychiatrie"