Aesop Rock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aesop Rock
Description de cette image, également commentée ci-après

Aesop Rock, sur scène au Irving Plaza NYC en 2007.

Informations générales
Nom de naissance Ian Matthias Bavitz
Naissance (40 ans)
Syosset, Oyster Bay, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Rappeur, musicien, producteur
Genre musical Hip-hop underground, hip-hop alternatif
Instruments Guitare[1], synthétiseur, clavier, séquenceur musical, MPC
Années actives Depuis 1996
Labels Definitive Jux, Mush Records, Rhymesayers
Site officiel aesoprock.com/

Aesop Rock, né Ian Matthias Bavitz le à Oyster Bay, est un rappeur et producteur américain. Il est l'un des pionniers des groupes hip-hop underground et alternatif à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Il est membre du label Definitive Jux avant son inactivité en 2010[2]. betterPropaganda le classe 19e de sa liste des « 100 artistes de la décennie »[3].

Il est l'un des membres des Weathermen, Hail Mary Mallon (avec Rob Sonic et DJ Big Wiz), The Uncluded (avec Kimya Dawson) et de Two of Every Animal (avec Cage)[4]. Concernant son nom, il explique : « on m'a donné le nom d'Aesop à partir d'un film dans lequel je jouais avec quelques amis. C'était le nom de mon personnage et c'est resté depuis. Le 'rock' est venu juste après parce que ça rime[5]. »

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Bavitz est né au Syosset Hospital de Syosset, New York, et a grandi à Northport, Long Island, New York, avec son père Paul et sa mère Jameija[6]. Ian a deux frères : Chris (né en 1975) et Graham (né en 1977). Ian, et ses frères, sont élevés dans le catholicisme mais se reconvertissent par la suite agnostiques[7]. Bavitz étudie à la Northport High School en 1990, et ressort diplômé en 1994. Il épouse Allyson Baker, guitariste et chanteuse du groupe rock Dirty Ghosts en 2005. Ils habitent ensemble à San Francisco, mais divorcent ensuite[8]. Il commence par étudier la peinture à l'Université de Boston[9],[10] avant de devenir rappeur et producteur dans les années 1990. Il obtient son baccalauréat en 1998[11].

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

Aesop Rock sur scène.

Dans sa jeunesse, Ian et sa famille migrait souvent vers New York. Cela a eu un grand impact sur sa perception de la culture du hip-hop. Bavitz se lance dans le rap au début des années 1990. Il s'inspire initialement de Public Enemy, BDP, KMD, et Run DMC[5]. Bavitz écoutait également des groupes de rock comme les Dead Kennedys, Fugazi, et Ministry ; il connaîtra ses groupes grâce à son frère aîné Chris[12]. Très jeune, Bavitz commence à jouer du piano et de la basse. Il finira par jouer du séquenceur musical[13].

En 1997, il s'autoproduit et sort son premier album Music for Earthworms suivi du maxi Appleseed. Domicilié à New York, Aesop se fait ensuite remarquer en sortant ses disques sur l’un des labels référence en matière de hip-hop expérimental et alternatif : Mush Records. Son premier album studio, Float, publié en août 1999, compte les participations de plusieurs artistes importants de la scène hip-hop indépendant américain, comme Vast Aire (Cannibal Ox) ou Doseone (cLOUDDEAD)[14]. Un peu plus tard, Aesop Rock rejoint les rangs du label underground monté par El-P (ex Company Flow), Definitive Jux (ou Def Jux).

Il publie l’album Labor Days le 8 septembre 2001[15], puis Bazooka Tooth le 23 septembre 2003[16]. Ce dernier, contrairement à Float et Labor Days, renoue avec un son plus classique et met de côté les expérimentations présentes dans ses précédentes œuvres. La thématique de l'album est basée comme son nom le sous entend sur l'esclavage salarié. Il atteint la 112e place des classements Billboard 200[17].

En février 2005, Aesop Rock sort un nouveau maxi, Fast Cars, Danger, Fire and Knives. Le premier pressage de cet EP comportait un livret de 88 pages avec toutes les paroles de ses chansons depuis Float. En 2007, Aesop Rock retourne en studio pour enregistrer l’album None Shall Pass, toujours pour le label Def Jux. Il déménage de New York pour s’installer avec sa femme à San Francisco. Sorti pendant l’été 2007, None Shall Pass comporte des productions et featurings de Blockhead, El-P, Rob Sonic, Cage, Breeze Brewin. Les scratches présents tout au long de l’opus sont assurés par Big Wizz. Aesop y invite aussi l’un des héros de sa jeunesse, le chanteur John Darnielle, leader du groupe rock Mountain Goats. En début 2007, Aesop Rock produit un titre de 45 minutes pour les Nike's Original Run Series[18]. L'album intitulé All Day: Nike + Original Run qui contient le titre est mis gratuitement à disposition sur iTunes[19].

Le 10 avril 2012, il publie le premier single, Skelethon, issu de l'album Rhymesayers[20]. En 2013, il publie l'album Hokey Fright sous le nom de groupe The Uncluded (en collaboration avec Kimya Dawson). En 2014, il contribue à l'album Strange Journey Volume Three des Cunninlynguists avec le 10e titre Castles. Une étude présentée en mai 2014 par Matt Daniels[21] suggère également qu'il est l'un des rappeurs ayant le vocabulaire le plus riche.

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1997 : Music for Earthworms
  • 2000 : Float
  • 2001 : Labor Days
  • 2004 : Bazooka Tooth (aussi sous le titre Build Your Own Bazooka Tooth)
  • 2007 : None Shall Pass
  • 2007 : All Day: Nike + Original Run (gratuit sur l'Apple Store)
  • 2012 : Skelethon
  • 2016 : The Impossible Kid

EP[modifier | modifier le code]

  • 1999 : Appleseed
  • 2002 : Daylight
  • 2005 : Fast Cars, Danger, Fire and Knives

Singles[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Kimya Dawson – "Miami Advice" Feat. Aesop Rock and the Olympia Free Choir », SomeKindofAwesome.com (consulté le 2 novembre 2011).
  2. (en) Breihan, Tom. (3 février 2010) Definitive Jux Goes On Hiatus. Pitchfork, consulté le 8 novembre 2011.
  3. (en) Phillip Parker, « Top 100 Artists of the Decade », betterPropaganda (consulté le 21 décembre 2011).
  4. (en) Rhymesayers: Hail Mary Mallon, rhymesayers.com, consulté le 8 novembre 2011.
  5. a et b (en) Aesop Rock Interview with MVRemix Urban | US and Canadian Underground Hip Hop and Soul – exclusive interviews, reviews, articles. Mvremix.com, consulté le 8 novembre 2011.
  6. (en) « Aesop Rock – One of Four (Thank You) », SongMeanings.com (consulté le 21 décembre 2011).
  7. (en) John Doe, « Aesop Rock: Laundry Days », MVRemix.com (consulté le 4 février 2011).
  8. (en) Chad Hutchings, « Talking Dirty: An Interview with Allyson Baker of Dirty Ghosts », googleusercontent.com.
  9. « Aesop Rock X Tomer Hanuka Bazooka Tooth », sur Formatmag,‎ .
  10. « My First Time: Aesop Rock Remembers 1996 », Pigeons & Planes,‎ (consulté le 27 mai 2015).
  11. (en) Famous Arts. Test.bu.edu, consulté le 8 novembre 2011.
  12. «  [[[sic]]] the Moment! Interview – Part II », The Metabunker (consulté le 21 décembre 2011).
  13. (en) « the Moment! Interview », The Metabunker (consulté le 21 décembre 2011).
  14. (en) « Float Overview », sur AllMusic (consulté le 4 septembre 2015).
  15. (en) « Labor Days Overview », sur AllMusic (consulté le 4 septembre 2015).
  16. (en) John Bush, « Bazooka Tooth Overview », sur AllMusic (consulté le 4 septembre 2015).
  17. (en) « Bazooka Tooth Awards », sur AllMusic (consulté le 4 septembre 2015).
  18. (en) Greg Prato, « Aesop Rock Biography », sur AllMusic (consulté le 4 septembre 2015).
  19. (en) Marisa Brown, « All Day: Nike+ Original Run Overview », sur AllMusic (consulté le 4 septembre 2015).
  20. (en) « Zero Dark Thirty », Aesop Rock (consulté le 20 avril 2012).
  21. (en) « # of Unique words used within artist’s first 35,000 lyrics » (consulté le 25 mars 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]