Abram Chasins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Abram Chasins
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Instrument
Maître
Genre artistique
Archives conservées par
Bibliothèques de l'Université du Maryland (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Trois pièces chinoises (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Abram Chasins (New York – New York, ), est un compositeur, pianiste, professeur, musicologue, écrivain et homme de radio américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Abram Chasins naît à Manhattan (New York). Après avoir fréquenté une école du groupe Ethical Culture et la Université Columbia, il étudie le piano avec Ernest Hutcheson (1871–1951) et la composition avec Rubin Goldmark (1872–1936), maître de Aaron Copland et George Gershwin à la Juilliard School[1]. Puis il a la chance de poursuivre son perfectionnement avec Josef Hofmann au Curtis Institute of Music de Philadelphie. Pendant l'été 1931, il étudie l'analyse musicale avec Donald Tovey à Londres[1].

La carrière de Chasins en tant que concertiste se poursuit de 1927 à 1947. Pianiste exceptionnel, il donne de nombreux récitals et joue avec les grands orchestres tant aux États-Unis, qu'au Canada, en Amérique du Sud et en Europe. À Philadelphie, puis le , au Carnegie Hall, il assure la création de son premier Concerto pour piano en fa mineur (1928) avec l'Orchestre de Philadelphie conduit par Ossip Gabrilowitsch. Et en , il donne son deuxième Concerto pour piano en fa-dièse mineur (1931), à nouveau avec l'Orchestre de Philadelphie, mais sous la direction de Leopold Stokowski[1].

De 1926 à 1935, Chasins enseigne le piano à l'Institut Curtis, dès ses vingt-trois ans – sous la recommandation de Josef Hofmann – en tant que chef du département piano[1].

Entre 1932 et 1939, il produit sa propre émission de radio intitulée Piano Pointeurs, qui utilise son Prélude en mi-bémol mineur comme générique. Il donne des classes de maître radiophoniques sur les radio nationales américaines, CBS et NBC. Dès 1941, il est associé de la station de radio classique fondée en 1939, WQXR-FM et acquis par The New York Times en 1944. Il en devient le directeur musical en 1946 et ce, jusqu'en 1965[1]. Il se consacre entièrement à son poste, abandonnant sa carrière de concertiste. Il participe aux jury de concours prestigieux, tels les prix Van Cliburn, Kappel, Chopin (dès 1949) ou Rachmaninoff.

Il écrit pour les magazines Saturday Review et Sunday Magazine du New York Times[1] et est conseiller pour le film de la firme Columbia, The Competition (1980)[1] avec Richard Dreyfuss. Il rédige nombre de textes d'introduction aux disques, notamment ceux d'Arthur Rubinstein pour RCA.

En 1949, il épouse Constance Keene (1921–2005), une pianiste et ancienne élève[1]. Ils jouent en duo et enregistrent quelques disques.

En 1972, il rejoint l'Université de Californie du Sud à Los Angeles comme musicien en résidence, le poste ayant été créé pour lui. Il réorganise la station de radio gérée par des étudiants, en une chaîne pour la musique classique ou moderne. Il prend sa retraite en 1977 et décède d'un cancer, chez lui à Manhattan, le à l'âge de 83 ans.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Compositions[modifier | modifier le code]

Abram Chasins a écrit plus de cent compositions, essentiellement destinées au piano. Rachmaninoff lui-même disait son estime pour la musique pour piano de Chasins[1]. Ses Trois pièces chinoises[2],[3] op. 5 (1925) ont été interprétées par des pianistes célèbres dont Josef Lhévinne, Josef Hofmann, William Kapell et à plusieurs reprises par Shura Cherkassky. Dans sa version orchestrée Flirtation in a Chinese Garden, fut l'œuvre choisie pour être exécuté par Toscanini avec le New York Philharmonic, ainsi qu'une autre, Parade, le [1]. C'est la première fois que le chef italien dirige la création d'un œuvre américaine et Chasins n'a que vingt-sept ans[1].

La Paraphrase de concert sur « La vie d'un artiste » de J. Strauss est parmi ses meilleures œuvres pour deux pianos, et ses 24 Préludes pour piano (1928) continuent à être utilisés comme répertoire pédagogique.

  • Trois pièces chinoises, opus 5 (1925, pub. 1926 ; éd. rev. 1990)
    1. A Shanghai Tragedy
    2. Flirtation In a Chinese Garden
    3. Rush Hour in Hong Kong
  • Nocturne en sol mineur, opus 6/1
  • Six Préludes, opus 10 (1928)
    • Préludes pour piano en majeur, opus 10/5
  • Six Préludes, opus 11 (1928)
    • Préludes pour piano en fa-dièse mineur, opus 11/1
  • Six Préludes, opus 12 (1928)
    • Préludes pour piano en mi-bémol mineur, opus 12/2
  • Six Préludes, opus 13 (1928)
    • Préludes pour piano en ut mineur, opus 13/1
  • Fairy Tale
  • Piano Playtime
    1. Waltz of the Rainbow
    2. -
    3. -
    4. By the Brook[4]
    5. Dancing Bagpipes
    6. Tricky Trumpet[5]
  • Concerto pour piano no 1 en fa mineur (1928)
  • Concerto pour piano no 2 en fa dièse mineur (1931)

En vue de son duo avec son épouse, il écrit des transcriptions pour deux pianos de Bach, Bizet, Gluck ou Rimsky-Korsakov :

  • Paraphrase sur « le Beau Danube bleu », pour 2 pianos
  • Carmen Fantasy, pour 2 pianos (sur des thèmes de Georges Bizet)

Écrits[modifier | modifier le code]

Chasins a également écrit un certain nombre de livres sur la musique et les musiciens, notamment :

  • Speaking of Pianists (Alfred Knopf, 1957 ; 2e éd. 1961, avec chapitres supplémentaires ; 3e éd. rév. 1981, Da Capo Press) — Chasins évoque ses amitiés musicales avec Hofmann, Godowski, Rachmaninoff, Stokowski, etc.[1]
  • The Van Cliburn Legend (Doubleday, 1959 ; rééd. 2009 Kessinger Publishing) Le livre est celui d'un auteur idolâtre du grand pianiste.
  • The Appreciation of Music (Crown, 1966)
  • Music at the Crossroads (MacMillan, 1972)
  • Stoki, the Incredible Apollo (Hawthorne, 1978[6])

Discographie[modifier | modifier le code]

Piano mécanique
  • Flirtation in a Chinese Garden ; Rush Hour in Hong Kong (Duo-Art 7172)
  • Flirtation in a Chinese Garden ; Rush Hour in Hong Kong (Duo-Art 71729)
  • Shanghai Tragedy (Duo-Art 71739)
LP
  • Bach et Mozart, Fantaisie et fugue en mineur BWV 903 (début 1950, LP Mercury 10062)
  • Paraphrase de concert sur « La vie d'un artiste » de Johann Strauss - Abram Chasins et Constance Keene, pianos (Mercury EP-1-5052)
  • Mozart, Fantasie en ut mineur (Mercury EP-1-5056)
  • Chasins, Fantasy on Themes From Weinberger's Opera Shvanda (LP Orion ORS 81402)
CD
  • Chasins, Trois pièces chinoises, op. 5 (Londres, , Naxos 8.111 220)
  • Chasins, Prélude en fa dièse mineur op.11/1 et Prélude en ré mineur op. 13/5 (American Piano Music from 78rpm Recordings - Pristine PAKM 044)
Autres interprétations historiques
  • Frank Sheridan, Flirtation in a Chinese Garden ; Rush Hour in Hong Kong (piano mécanique Ampico 6563)
  • William Kapell, Piano Playtime nos 1, 4, 5 et 6 (RCA)
  • Shura Cherkassky, Trois pièces chinoises op. 5 (Londres, , Medici Masters MM003-2)
  • Shura Cherkassky, Trois pièces chinoises op. 5 (Londres, 1958, His Master Voice ; rééd. First Hand Records FHR04[7])
  • Constance Keene, Préludes en ut mineur op. 13/1, en mi-bémol mineur op. 12/2, en fa-dièse mineur op. 11/1, en majeur op. 10/5, Trois pièces chinoises op. 5, Narrative (c. 1980 - Constance Keene Plays American Music LP Protone Records PR 155) avec des pièces de Charles Griffes
  • Benno Moiseiwitsch, deux des Trois pièces chinoises, opus 5 (Naxos 8.110 689)
  • Jorge Bolet, Frantaisie Schwanda (d'après Weinberger), deux préludes (nos 14 et 15) (1944 et 1987, « Bolet volume 2 » Marston 56003-2)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • E. Ruth Anderson, Contemporary American composers. A Biographical Dictionary, G. K. Hall, 1982.
  • George Kehler, The Piano in Concert, Scarecrow Press, 1982.
  • Karl Kroeger, Chasins, Abram, in The New Grove Dictionary of Music and Musicians, Vol. 4, Macmillan Publishers Limited, 1980.
  • Jaques Cattell (éd), Who's who in American Music Classical, R. R. Bowker, New York 1983.
  • Lyle G. Wilson, A dictionary of pianists, Robert Hale, 1985.
  • Darryl Lyman, Great Jews in Music, J. D. Publishers, 1986.
  • David M. Cummings, Dennis K. McIntire (éd), International who's who in music and musician's directory, 1991.
  • Theodore Baker et Nicolas Slonimsky (trad. de l'anglais par Marie-Stella Pâris, préf. Nicolas Slonimsky, adaptée et augmentée par Alain Pâris), Dictionnaire biographique des musiciens [« Baker's Biographical Dictionary of Musicians »], t. 1 : A-G, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », (réimpr. 1905, 1919, 1940, 1958, 1978), 8e éd. (1re éd. 1900), 4 728 p. (ISBN 2-221-06510-7, OCLC 33447919), p. 735-736.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k et l Baker et Slonimsky 1995, p. 735.
  2. Les pièces sont intitulées : A Shanghai Tragedy, Flirtation In a Chinese Garden et Rush Hour in Hong Kong. Elles peuvent êtes interprété indépendamment ou en suite selon le choix de l'interprète.
  3. L'enregistrement de Chasins sur un piano Aeolian Duo-Art est disponible sous étiquette Nimbus (NI8811) intitulé The New Golden Era dans la série Grand Piano.
  4. La pièce est une paraphrase sur une pièce de Brahms : les variations Paganini.
  5. La pièce sur le mode de la plaisanterie évoque une miniature de Gershwin et cite la Marseillaise.
  6. Sous le titre de Leopold Stokowski : A Profile en 1981 pour l'édition non américaine.
  7. Le disque a été distingué par un Diapason d'or en 2010.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]