Abbaye de Belmont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbaye de Belmont
Présentation
Culte Catholicisme
Type Abbaye
Rattachement Ordre de Cîteaux
Début de la construction 1127
Fin des travaux XVIIIe siècle (reconstruction)
Protection  Inscrit MH (2004)[1]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Haute-Marne
Ville Belmont
Coordonnées 47° 42′ 56″ nord, 5° 32′ 55″ est[2],[3]

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Belmont

Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne

(Voir situation sur carte : Haute-Marne)
Abbaye de Belmont

L'abbaye de Belmont, de l'ordre de Cîteaux était l'une des seules abbayes de femmes dans la Haute-Marne (avec Poulangy). Elle a été fondée en 1127, fille de l'abbaye de Tart, à Belmont sous le vocable de Notre Dame.

Installée d'abord sur la colline, elle a été réinstallée dans le village au XVIIe siècle. Détruite durant la guerre de Cent Ans et des guerres de religion, elle a été reconstruite au XVIIIe siècle. Ne subsistent qu'une partie du bâtiment conventuel, remarquable bâtiment à corps central et à deux ailes et le logis des hôtes.

Présentation[modifier | modifier le code]

Cette abbaye est fondée par les cisterciennes de l'abbaye Notre-Dame de Tart, vers 1127. Elle est ainsi la deuxième abbaye féminine de l'ordre de Cîteaux. Elle est dédiée à Notre-Dame de l'Assomption, sa fête patronale est donc le 15 août. Endommagée, elle est reconstruite au XVIIIe siècle, puis dissoute sous la Révolution, en 1792.

Les bâtiments subsistants sont l'ancienne église abbatiale et l'ancienne « maison du dehors » ou « maison des hôtes », qui est privée. Les bâtiments conventuels ont brûlé en 2010.

Ce qui reste de l'abbaye fait l'objet d'une inscription partielle aux Monuments historiques depuis 2013. Le site abrite une bibliothèque publique depuis 2013, avec possibilité de consultation d'archives. Des animations culturelles saisonnières sont proposées.

Historique[modifier | modifier le code]

Histoire jusqu’à la révolution (1127 – 1790)[modifier | modifier le code]

Belmont est la deuxième abbaye féminine du mouvement cistercien. Elle est consacrée à l'Assomption de Notre-Dame.

Elle est fondée en 1126 ou 1127 par Étienne Harding, abbé de Cîteaux, et Pétronille d’Achey, la sœur du seigneur de Coublanc, moniale du Tart, première abbaye cistercienne féminine. Jusqu’à sa fermeture en 1790, elle est suivie par Cîteaux. En 1126, l’évêque de Langres est un oncle de Bernard de Clairvaux, à la tête d’un vaste diocèse qui s’étend sur la Bourgogne et comprend Cîteaux.

Dès sa création l’abbaye reçoit de nombreux dons des familles environnantes, avec la colline : la « Belle montagne », couverte de forêts; et des territoires qui s’étendent de Coublanc à Bussières. Elle éveille des convoitises qui ne s’éteindront pas au cours de l’histoire.

Une bulle du premier pape cistercien, Eugène III, disciple de Bernard, les place en 1147, elles et leurs terres, directement sous la protection de la Papauté et les dispense de tout droit vis-à-vis des seigneurs.

Elle reste à ses débuts soutenue par le Tart, qui devra se réfugier quelques siècles plus tard à Dijon. Jusqu’en 1611, la communauté demeurera ainsi libre et vulnérable à la fois, ne dépendant ni du souverain, ni de la Champagne, ni de la Bourgogne, ni de la Franche-Comté, « ni pour leur mouvance ni autrement ».

Belmont fut présente en Syrie dès 1147 ; et jusqu’en 1287. Pionnière de l’Ordre, elle fut la première fondation en Orient, et la plus lointaine au XIIe siècle. Abbaye féminine, elle était obligée de passer par Morimond pour fonder son abbaye-fille. Mais on sait aussi que, dans les premiers siècles de l’Ordre, on trouve presque toujours des abbayes jumelles, avec la présence des frères et des sœurs. Pour une si grande aventure, il serait probable que Morimond ait envoyé ses moines auprès des moniales de Belmont.Après la chute de Saint Jean d’Acre, on n’a plus aucune trace des sœurs sauf peut-être au monastère de Beaulieu, à Chypre. Plus tard, le Belmont oriental deviendra orthodoxe (voir l’étude de M. Enlart).

Même dans la modestie de ses premières années, avec sa « pauvre petite maison », c’est une abbaye qui montre les caractéristiques de l’abbaye cistercienne : dans la vallée isolée, mais près de la rivière, utile au moulin, et du chemin, ancienne voie romaine.

Les dons se multiplient avec des nombreux domaines et les paroisses de Grenant, de Frettes et de Tornay. Ce sont les religieuses qui en nomment les curés.

Mais cette prospérité attire les pillages, surtout lors des guerres (guerre de 100 ans : 1337 – 1453 ; guerre de 30 ans ; guerres de religions) ; et des pestes (peste noire : 1349 puis 1636). L’abbaye doit être abandonnée plusieurs fois, ou n’est plus confiée qu’à deux religieuses. À partir du XVe siècle, il faut faire des concessions et le village se développe.

En 1611, Belmont passe définitivement sur le territoire français ; l’abbaye, désormais soumise au régime de la commende, devient abbaye royale.

Les abbesses, jusqu’alors élues par les religieuses, sont désormais nommées par le roi. Avant cette date, l’abbaye était représentative de l’aristocratie des environs, tant à travers les abbesses qu’à travers les protections. Auprès des familles de Coublanc et d’Achey, on retrouve celles de Grenant, Montsaugeon, du Pailly et de Choiseul.

Si l’abbesse est de haute naissance, les classes sociales sont mêlées chez les religieuses, aucune preuve de noblesse n’étant exigée pour entrer à Belmont.

Belmont est très fréquentée au XVIIIe siècle; à partir de 1740, on commence un programme de reconstruction global dans le goût de l’époque, éliminant les bâtiments médiévaux. On crée un ensemble de bâtiments, dont la Maison des Hôtes, c’est-à-dire celle de l’aumônier et des visiteurs : il reste le seul élément non retouché, avec aussi son verger et sa cour d’origine. Tous les biens sont mis en vente en 1790. Les religieuses sont sommées de confirmer leurs vœux ; seulement trois les renieront. Les dernières religieuses (18) sont expulsées en 1792.

Histoire après la révolution[modifier | modifier le code]

Le village devient commune indépendante de Bussières en 1831. L’église est rachetée par le village.

D’abord repris à la révolution par un juge de paix de Maatz, puis plus ou moins abandonné au début du XIXe siècle, il est partagé en deux vers 1850 pour deux propriétaires, tous deux agriculteurs du village. En 1871, une chapelle est érigée sur la colline pour Notre-Dame de la Paix, Belmont ayant été épargnée par les troupes prussiennes en 1870. L’abbaye devient bâtiment agricole. Jusqu’à la fin du XXe siècle. Puis, un vitrailliste vient au début des années 1980 travailler à l’église. Il tombe amoureux du bâtiment en ruines. Il acquiert d’abord la partie ouest, puis bientôt la partie est. Sa femme refuse d’y venir.

De l’abbaye, il reste aujourd’hui la chapelle abbatiale agrandie au XIXe siècle pour devenir paroisse, des morceaux du bâtiment conventuel, des traces de l’enceinte du XVIIIe siècle, la Maison des Hôtes et son verger. La maison des hôtes, inscrite à l’inventaire des Monuments Historiques en 2004[1], est en cours de restauration.

Liste des abbesses[modifier | modifier le code]

  • 1127-1160 ? Pétronille de Coublanc
  • 1160-1210 ? Marguerite de Montclay
  • 1217 Aanos ou Hanors
  • 1226 Beatrix
  • 1235 Alix ou Aalix 1re
  • 1255 Gauthière ou Galtière
  • 1273 Béatrix
  • 1298 Alix ou Edice de Vergèles
  • 1315 Marguerite II de Raiz
  • 1328 Isabelle
  • 1329 Jeanne de Bure
  • 1340 Marguerite de Chauvirey
  • 1355 Isabelle
  • 1372 Marguerite de Rupt
  • 1378 Clémence de Cuzance
  • 1390 M. d’Avarby ou d’Averley
  • 1392 Jeanne de Moslin ou Moëslain
  • 1404 Alix de Touraise
  • 1422 Marguerite d’Igny ou d’Igney
  • 1474 Jourdaine de Rochefort
  • 1475 Alix de Rochefort
  • 1480 Alix de Montfort
  • 1503 Jeanne III de Mont-Saint-Leger
  • 1515 Anne de Saint-Bélin
  • 1539 Edmée de Molain
  • 1563 Pernette Arbelot
  • 1564 Renée de Saint-Bélin
  • 1614 Jeanne de Saint-Bélin
  • 1652 Marie-Angélique de Nicey
  • 1667 Catherine de Choiseul Beaupré
  • 1709 Bernardine de Blisterwich de Moncley
  • 1720 Claudine Alexandrine d’Ambre
  • 1737 Françoise Catherine de Molé
  • 1744 Louise Hyacinthe de Gaucourt
  • 1774-1791 Madeleine Anne Esmangart

L'abbaye[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice no PA52000022, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Luigi Zanoni, « Belmont I » (consulté le 30 septembre 2015).
  3. Carte IGN 3220 O sur Géoportail (consulté le 30 septembre 2015)..

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]