33e régiment d'infanterie coloniale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

33e Régiment d'Infanterie Coloniale
Image illustrative de l’article 33e régiment d'infanterie coloniale
Insigne régimentaire du 33e Régiment d’Infanterie Coloniale

Création 2 août 1914
Dissolution 15 avril 1940
Pays Drapeau de la France France
Branche armée de terre
troupes de marine
Type régiment d'infanterie
Rôle Infanterie
Garnison Rochefort-sur-Mer
Inscriptions
sur l’emblème
Champagne 1915
L'Aisne 1917
Verdun 1917
Anniversaire Bazeilles
Fourragères aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
2 palmes
Croix de guerre 1939-1945
1 palme

Le 33e Régiment d'Infanterie Coloniale est une unité de l'armée de terre française.

C'est un régiment colonial de réserve, créé en et rattaché au 3e régiment d'infanterie coloniale. Le 33e régiment d'infanterie coloniale est constitué à Rochefort-sur-Mer au cours de la mobilisation de 1914. Il est dissous le . Reconstitué le puis il est dissous le . Du au , il porte le nom 33e régiment colonial mixte-Sénégalais. Le il porte le nom de 33e régiment d'infanterie de marine garnison à Fort de France.

Insigne des troupes de marine.jpg

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  •  : Formation à Rochefort-sur-Mer du 33e Régiment d'Infanterie Coloniale
  •  : Dissolution
  •  : Reformation à Montauban du 33e Régiment d'Infanterie Coloniale
  •  : Renommé 33e Régiment d'Infanterie Colonial Mixte-Sénégalais
  • 1er août 1940 : Dissolution
  • 1er janvier 1961 : Formation à Fort de France du 33e Régiment d'Infanterie de Marine

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Affectation[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

Reprise de l'offensive en Champagne :

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

Bataille de la Somme

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  • Le , il est remis sur pied et devient le 33e régiment d'infanterie coloniale mixte sénégalais. Dissous le .

L'après Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  • Il est reconstitué le sous le nom 33e régiment d'infanterie de marine comme régiment de tradition des Antilles-Guyane. Depuis cette date, il affirme la présence française aux Caraïbes. En 1998, il se réorganise et se professionnalise dans le cadre de la refondation de l'Armée de terre.

Insigne du 33e régiment d'infanterie coloniale[modifier | modifier le code]

Ovale rouge à une ancre, chargée d’une tête de fox terrier, chien.

Devise du 33e régiment d'infanterie coloniale[modifier | modifier le code]

Drapeau du régiment[modifier | modifier le code]

fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918

Les noms des batailles s'inscrivent en lettres d'or sur le drapeau[1] :

33e régiment d'infanterie coloniale - drapeau.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 avec 2 palmes (2 citations à l'ordre de l'armée).

La Fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918. Celle-ci a été remise au régiment le à Épernay

Traditions[modifier | modifier le code]

La fête des troupes de marine
  • Elle est célébrée à l'occasion de l'anniversaire des combats de BAZEILLES. Ce village qui a été 4 fois repris et abandonné sur ordres, les et le .
Et au Nom de Dieu, vive la coloniale
  • Les Marsouins et les Bigors ont pour saint patron Dieu lui-même. Ce cri de guerre termine les cérémonies intimes qui font partie de la vie des régiments. Son origine est une action de grâce du Révérend Père Charles de Foucauld, missionnaire, voyant arriver à son secours les unités coloniales un jour où il était en difficulté avec une tribu locale.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Erwan Bergot, La coloniale du Rif au Tchad 1925-1980, imprimé en France : , n° d'éditeur 7576, n° d'imprimeur 31129, sur les presses de l'imprimerie Hérissey.
  • Historique du 33e régiment d'infanterie coloniale pendant la guerre 1914-1919, Rochefort-sur-Mer, impr. Norbertine, , 94 p., lire en ligne sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'Armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :