M (chiffre romain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis )
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir M.
Unicode
Code U+216F
Nom chiffre romain mille
Bloc Formes numérales
(U+2150 à U+218F)
Voir Lettre majuscule latine M (U+004D)


Unicode
Code U+2180
Nom Chemin romain mille
Bloc Formes numérales
(U+2150 à U+218F)


(Unicode U+216F) (bas-de-casse - U+217F) est le nombre 1000 dans la numération romaine. Il est souvent représenté par la lettre M. Il était anciennement écrit avec le chiffre romain (Unicode U+2180) ou Φ, et ensuite ⅭⅠↃ, ⅽⅠↄ ou avec d’autres variantes dans plusieurs publications des XVe et XVIe siècles.

[modifier | modifier le code]

La forme ↀ est déjà utilisée au IIIe siècle av. J.C. et ses variantes sont utilisés jusqu’au Moyen Âge lorsqu’elle est graduellement remplacée par la lettre M donnant le symbole M[1]. Elle peut ressembler à une ligature CD ou au symbole de l’infini ∞ (qui en est inspiré). Le chiffre romain cinq cents D en est un symbole dérivé (sa moitié droite)[2],[3]. Elle est aussi utilisée dans certains textes des XVe et XVIe siècles pour représenter le nombre 1 000, mais est parfois composé avec les symboles CI (ou avec minuscules : ⅽⅠↄ), CL, CX ou C, où le dernier est un C retourné, par l'imprimeur manquant des bons caractères. Le chiffre romain dix mille est aussi un symbole dérivé avec l’ajout de cercle concentrique, et sa moitié a donné le chiffre romain cinq mille [2].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Schwarzman 1996
  2. a et b Gillam 2003, p. 429
  3. Swan, 1851, p. 143
  • Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé «  » (voir la liste des auteurs).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Richard Gillam, Unicode demystified: a practical programmer's guide to the encoding standard, Addison-Wesley Professional, 2003
  • Steven Schwarzman, « Who owns Roman numerals? », dans Quantum, volume 6, numéro 3, janvier/février 1996. (copie en ligne sur Google Livres)
  • William D. Swan, The spelling-book: Consisting of words in columns and sentences for oral and written exercises, Philadelphia : Thomas, Cowperthwait and company, 1851.

Voir aussi[modifier | modifier le code]