Élisabeth de Luxembourg (1409-1442)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Élisabeth de Luxembourg.
Élisabeth de Luxembourg
Statue d'Élisabeth de Luxembourg dans la Hofkirche.
Statue d'Élisabeth de Luxembourg dans la Hofkirche.
Titre
Reine consort de Hongrie

(1 an, 10 mois et 18 jours)
Prédécesseur Barbe de Cilley
Successeur Catherine de Poděbrady
Reine consort de Germanie

(1 an, 7 mois et 9 jours)
Prédécesseur Barbe de Cilley
Successeur Aliénor de Portugal
Reine consort de Bohème

(1 an, 5 mois et 21 jours)
Prédécesseur Barbe de Cilley
Successeur Jeanne de Rožmitál
Duchesse consort d'Autriche

(17 ans, 6 mois et 8 jours)
Prédécesseur Jeanne-Sophie de Bavière
Successeur Aliénor de Portugal
Biographie
Dynastie Maison de Luxembourg
Date de naissance
Lieu de naissance Visegrád (Hongrie)
Date de décès (à 33 ans)
Lieu de décès Győr (Hongrie)
Sépulture Székesfehérvár
Père Sigismond Ier du Saint-Empire
Mère Barbe de Cilley
Conjoint Albert II du Saint-Empire
Enfants Élisabeth
Ladislas

Élisabeth de Luxembourg (née le et morte le ) fut reine consort de Germanie, de Hongrie et de Bohème par son mariage avec Albert II du Saint-Empire. Elle est la fille unique de Sigismond Ier du Saint-Empire et de Barbe de Cilley et fait partie de la Maison de Luxembourg.

Union et postérité[modifier | modifier le code]

De son mariage avec Albert II du Saint-Empire, elle a d'abord filles :

Lorsqu’Albert II meurt, en 1439, il n'a régné qu'environ deux années sur la Bohême et la Hongrie, et laisse donc deux filles, mais Élisabeth est enceinte d'un troisième enfant. Un décret, promulgué lors de son couronnement en janvier 1438, garantit la succession aux trônes de Hongrie et de Bohême à sa femme Élisabeth et à ses descendants.

La succession de Hongrie[modifier | modifier le code]

Aussitôt après les funérailles du roi Albert, une inquiétude profonde s'empare de la noblesse hongroise : Élisabeth sera-t-elle à la hauteur ? Néanmoins, les barons hésitent à chercher un souverain en dehors de la famille d'Albert et de Sigismond. Pour couper court à toute velléité de rébellion, Élisabeth renonce au bénéfice de la succession.

La noblesse est désormais divisée : les Habsbourg, Ulric de Cilley, László Garai et Dénes Szécsi proposent de conserver la couronne à Élisabeth et d'attendre son accouchement. D'autres au contraire - et parmi eux Jan Hunyadi — prennent la reine au mot et proposent qu'elle se remarie avec Ladislas, fils du roi de Pologne Ladislas II Jagellon, âgé de dix-huit ans. Finalement, une troisième option fait consensus : si l'enfant d'Albert et d'Élisabeth est un garçon, il régnera en Autriche et en Bohême, mais les enfants issus du prince polonais seront reconnus d'avance en tant que souverains futurs des royaumes électifs de Hongrie et de Pologne.

Mais la naissance de Ladislas le posthume en février 1440 ruine ce projet : la reine, incitée par les princes d'Autriche, revient sur sa parole : elle déclare nulles les propositions portées à Ladislas de Pologne ; s'étant assuré l'appui du mercenaire Jan Jiskra, elle fait couronner son fils. La diète de Buda confirme l'élection et reconnaît Ladislas en le suppliant de venir au plus tôt prendre possession de son trône de Hongrie. Ladislas entre à Buda, y est acclamé et reçoit les hommages de Hunyadi.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :