Élections régionales de 2000 en Schleswig-Holstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections régionales de 2000 en Schleswig-Holstein
89 députés du Landtag
Majorité absolue : 45 députés
Type d’élection Élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 2 135 881
Votants 1 484 469
69,50 %  −2,3
Votes exprimés 1 464 096
Votes nuls 20 373
Heidesimonis.jpg SPD – Heide Simonis
Voix 630 728
43,08 %
 +3,3
Députés élus 41  +8
Verteidigungsminister Volker Rühe (4909819408).jpg CDU – Volker Rühe
Voix 515 421
35,20 %
 −2
Députés élus 33  +3
2013-08-23 - Wolfgang Kubicki - 8689.jpg FDP – Wolfgang Kubicki
Voix 111 649
7,63 %
 +1,9
Députés élus 7  +3
Karl-Martin Hentschel.jpg Grünen – Karl-Martin Hentschel (de)
Voix 91 389
6,24 %
 −1,9
Députés élus 5  −1
15e législature du Landtag
Diagramme
Ministre-président
Sortant Élu
Heide Simonis
SPD
Heide Simonis
SPD

Les élections régionales de 2000 en Schleswig-Holstein (en allemand : Landtagswahl im Schleswig-Holstein 2000) se tiennent le , afin d'élire les 75 députés de la 15e législature du Landtag, pour un mandat de cinq ans. Du fait de la loi électorale, 89 députés sont élus.

Le scrutin est marqué par la victoire du SPD de la ministre-présidente Heide Simonis, qui renforce sa majorité relative. Simonis se maintient au pouvoir en confirmant sa « coalition rouge-verte » avec les Grünen.

Contexte[modifier | modifier le code]

Aux élections régionales du , le SPD, au pouvoir depuis et emmené par la ministre-présidente Heide Simonis perd la majorité absolue dont il dispose depuis huit ans. Il reste de peu la première force politique du Land pour la quatrième fois consécutive, ce qui constitue son record régional, avec 39,8 % des voix et 33 députés.

La CDU d'Ottfried Hennig, ancien secrétaire d'État parlementaire fédéral, maintient sa deuxième place des forces politiques en totalisant 37,2 % des suffrages et 30 parlementaires. Les Grünen, absents du Landtag, remportent 8,1 % des voix, ce qui leur permet d'obtenir six sièges, soit leur première représentation parlementaire depuis leur première candidature, en . Ils devancent ainsi le FDP, qui réunit 5,7 % des exprimés et quatre élus.

Dans l'incapacité de gouverner seule, Heide Simonis assure son maintien au pouvoir en formant une « coalition rouge-verte » entre le SPD et les Grünen. C'est la première fois qu'une alliance parlementaire est formée dans le Land depuis .

Au cours de la législature, le Landtag procède à une importante réforme de la loi électorale. Alors qu'à présent chaque électeur disposait d'une voix comptant double (la voix donnée à un candidat de circonscription était automatiquement attribuée au parti qu'il représentait), le nouveau système accorde deux voix à chaque votant : il vote avec la première pour un candidat de circonscription et avec la seconde pour un parti. La durée de la législature est augmentée de quatre à cinq ans.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le Landtag est constitué de 75 députés (en allemand : Mitglied des Landtags, MdL), élus pour une législature de cinq ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel d'Hondt.

Chaque électeur dispose de deux voix : la première lui permet de voter pour un candidat de sa circonscription, selon les modalités du scrutin uninominal majoritaire à un tour, le Land comptant un total de 45 circonscriptions ; la seconde voix lui permet de voter en faveur d'une liste de candidats présentée par un parti au niveau du Land.

Lors du dépouillement, l'intégralité des 75 sièges est répartie en fonction des secondes voix récoltées, à condition qu'un parti ait remporté 5 % des voix au niveau du Land (sauf le parti représentant la minorité danoise. Si un parti a remporté des mandats au scrutin uninominal, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats au scrutin uninominal que la proportionnelle ne lui en attribue, la taille du Landtag est augmentée jusqu'à rétablir la proportionnalité.

Campagne[modifier | modifier le code]

Principaux partis[modifier | modifier le code]

Parti Chef de file Résultat en 1996
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Heide Simonis
(Ministre-présidente)
39,8 % des voix
33 députés
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Volker Rühe 37,2 % des voix
30 députés
Alliance 90 / Les Verts
Bündnis 90/Die Grünen
Karl-Martin Hentschel (de) 8,1 % des voix
6 députés
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Wolfgang Kubicki 5,7 % des voix
4 députés
Fédération des électeurs du Schleswig du Sud
Südschleswigscher Wählerverband
Anke Spoorendonk 2,5 % des voix
2 députés

Sondages[modifier | modifier le code]

Sondages en vue des élections régionales de 2000 en Schleswig-Holstein[1]
Institut Date CDU SPD Verts FDP SSW
FgW 25.02.2000 36,0 % 44,0 % 5,0 % 6,0 % 4,0 %
Infratest 16.02.2000 34,0 % 45,0 % 4,5 % 9,5 % 4,0 %
FgW 04.02.2000 34,0 % 44,0 % 8,0 % 8,0 % 4,0 %
Forsa 02.02.2000 40,0 % 42,0 % 4,0 % 6,0 % 3,0 %
Infratest 28.01.2000 37,0 % 44,0 % 5,0 % 6,0 % 3,0 %
Forsa 26.01.2000 39,0 % 43,0 % 5,0 % 6,0 % 3,0 %
Infratest 12.01.2000 41,0 % 42,0 % 6,0 % 6,0 % 2,0 %
Infratest 15.12.1999 42,0 % 41,0 % 5,0 % 5,0 % 3,0 %
Dernières élections 24.03.1996 37,2 % 39,8 % 8,1 % 5,7 % 2,5 %

Résultats[modifier | modifier le code]

Voix et sièges[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales de 2000 en Schleswig-Holstein
Partis Circonscriptions Sièges proportionnels Total des sièges
Votes % Sièges +/− Votes % Sièges Total +/−
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 690 007 47,59 41 en augmentation 15 630 728 43,08 0 41 en augmentation 8
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 567 608 39,15 4 en diminution 15 515 421 35,20 29 33 en augmentation 3
Parti libéral-démocrate (FDP) 78 683 5,43 0 en stagnation 111 649 7,63 7 7 en augmentation 3
Alliance 90 / Les Verts (Grünen) 63 277 4,36 0 en stagnation 91 389 6,24 5 5 en diminution 1
Fédération des électeurs du Schleswig du Sud (SSW) 37 114 2,56 0 en stagnation 60 367 4,12 3 3 en augmentation 1
Autres 13 219 0,91 0 en stagnation 54 542 3,73 0 0 en stagnation
Votes valides 1 449 908 97,67 1 464 096 98,63
Votes blancs et nuls 34 561 2,23 20 373 1,37
Total 1 484 469 100 45 1 484 469 100 44 89 en augmentation 14
Abstentions 651 412 30,50 651 412 30,50
Nombre d'inscrits / participation 2 135 881 69,50 2 135 881 69,50

Analyse[modifier | modifier le code]

Progressant de plus de trois points, le SPD repasse nettement la barre des 40 % des voix et conforte sa première place dans cet ancien bastion conservateur. Ce bon résultat se fait au détriment de leurs alliés Grünen qui perdent deux points et abandonnent le statut de troisième force. Cette place revient au FDP dont le score s'améliorer dans des proportions équivalentes. Cette réussite ne permet cependant pas de compenser le recul de la CDU, qui se rapproche des 35 %. Enfin, avec un petit plus de 4 % des suffrages, le parti de la minorité danoise SSW connaît une forte progression et réalise son meilleur résultat depuis .

Conséquences[modifier | modifier le code]

Avec 49,3 % des voix et 46 députés sur 89, la coalition rouge-verte conserve sa majorité absolue au Landtag. Le , Heide Simonis est investie pour un troisième mandat, une performance réalisée uniquement par Kai-Uwe von Hassel et Gerhard Stoltenberg. Elle forme ainsi son troisième cabinet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « Sonntagsfrage – Schleswig-Holstein (Wahlumfrage, Wahlumfragen) », sur wahlrecht.de (consulté le 5 octobre 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]