Élections régionales de 1987 en Schleswig-Holstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Élections régionales de 1987 en Schleswig-Holstein
74 députés du Landtag
(Majorité absolue : 38 députés)
Type d’élection Élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 2 035 382
Votants 1 559 330
76,61 %  −8,2
Votes exprimés 1 550 036
Votes blancs et nuls 9 294
Bundesarchiv B 145 Bild-F059911-0006, Björn Engholm.jpg SPD – Björn Engholm
Voix 701 124
45,23 %
 +1,5
Députés élus 36  +2
KAS-Barschel, Uwe-Bild-7734-1 (cropped).jpg CDU – Uwe Barschel
Voix 660 484
42,61 %
 −6,4
Députés élus 33  −6
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
FDP – Wolf-Dieter Zumpfort
Voix 81 113
5,23 %
 +3,1
Députés élus 4  +4
11e législature du Landtag
Diagramme
Ministre-président
Sortant Élu
Uwe Barschel
CDU
Henning Schwarz
CDU
statistik-nord.de

Les élections régionales de 1987 en Schleswig-Holstein (en allemand : Landtagswahl in Schleswig-Holstein 1987) se tiennent le , afin d'élire les 74 députés de la 11e législature du Landtag pour un mandat de quatre ans.

Le scrutin est marqué par la première victoire du SPD depuis , qui remporte la majorité relative, tandis que la CDU et le ministre-président Uwe Barschel sont empêtrés dans une affaire d'espionnage et de manipulation électoraux.

Contexte[modifier | modifier le code]

Aux élections régionales du , la CDU du ministre-président Uwe Barschel, investi cinq mois avant la tenue du scrutin, conserve la majorité absolue dont elle bénéficie depuis . Avec 49 % des voix, elle fait élire 39 députés sur 74. Barschel, comme ses trois prédécesseurs, entreprend alors un second mandat.

Le SPD, désormais emmené par l'ancien ministre fédéral Björn Engholm, poursuit sa progression et remporte 43,7 % des suffrages exprimés, soit 34 parlementaires. À l'époque, il s'agit de son deuxième meilleur résultat dans ce Land après celui de . En revanche, le FDP d'Uwe Ronneburger subit une sévère déconvenue puisqu'il est exclu du Landtag avec seulement 2,2 % des voix. À la tête du FDP régional depuis , Ronneburger est alors remplacé par Werner Zywietz, qui cède lui-même sa place au député fédéral Wolf-Dieter Zumpfort en .

Le , à la veille des élections, le journaliste Reiner Pfeiffer révèle au journal Der Spiegel qu'il a été embauché par Barschel pour espionner et discréditer Engholm par des rumeurs sur sa vie privée, sa situation fiscale ou la mise en scène d'un fausse écoute téléphonique. Ces révélations sont le point de départ d'un scandale politique retentissant baptisé l'« affaire Barschel ».

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

Le Landtag est constitué de 74 députés (en allemand : Mitglied des Landtags, MdL), élus pour une législature de quatre ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel d'Hondt.

Chaque électeur dispose d'une voix, qui compte double : elle lui permet de voter pour un candidat de sa circonscription, selon les modalités du scrutin uninominal majoritaire à un tour, le Land comptant un total de 44 circonscriptions ; elle est alors automatiquement attribuée au parti politique dont ce candidat est le représentant.

Lors du dépouillement, l'intégralité des 74 sièges est répartie en fonction des voix attribuées aux partis, à condition qu'un parti ait remporté 5 % des voix au niveau du Land. Cette limite ne s'applique pas à la Fédération des électeurs du Schleswig du Sud, qui représente les Danois d'Allemagne. Si un parti a remporté des mandats au scrutin uninominal, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats au scrutin uninominal que la proportionnelle ne lui en attribue, la taille du Landtag est augmentée jusqu'à rétablir la proportionnalité.

Campagne[modifier | modifier le code]

Principales forces[modifier | modifier le code]

Parti Chef de file Résultats de 1983
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Uwe Barschel
(Ministre-président)
49 % des voix
39 députés
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Björn Engholm 43,7 % des voix
34 députés
Fédération des électeurs du Schleswig du Sud
Südschleswigscher Wählerverband
Karl Otto Mayer 1,4 % des voix
1 député

Résultats[modifier | modifier le code]

Voix et sièges[modifier | modifier le code]

Résultats des élections régionales de 1987 en Schleswig-Holstein
Parti Voix Sièges
Votes % MU1 +/- Liste Total +/-
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 701 124 45,23 28 en augmentation 17 8 36 en augmentation 2
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 660 484 42,61 16 en diminution 17 17 33 en diminution 6
Parti libéral-démocrate (FDP) 81 113 5,23 0 en stagnation 4 4 en augmentation 4
Les Verts (Grünen) 60 408 3,90 0 en stagnation 0 0 en stagnation
Fédération des électeurs du Schleswig du Sud (SSW) 23 316 1,50 0 en stagnation 1 1 en stagnation
Autres 23 591 1,51 0 en stagnation 0 0 en stagnation
Votes valides 1 550 036 99,40
Votes blancs et nuls 9 294 0,60
Total 1 559 330 100 44 en stagnation 30 74 en augmentation 1
Abstentions 476 052 15,19
Nombre d'inscrits / participation 2 035 382 84,81

Analyse[modifier | modifier le code]

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le , Uwe Barschel annonce qu'il démissionne de son poste de ministre-président de Schleswig-Holstein. Le vice-ministre-président Henning Schwarz assume donc l'intérim de la direction du gouvernement du Land, tandis que le Landtag se révèle incapable d'investir un successeur à Barschel : la CDU bénéficie du soutien du FDP, tandis que la SSW apporte son appui au SPD, ce qui confine chaque bloc à 37 voix, soit l'exacte moitié des sièges. Le , Uwe Barschel est retrouvé mort dans un hôtel de Genève, la police concluant à un suicide.

Face à l'impossibilité d'investir un chef de l'exécutif en conformité avec la Constitution, de nouvelles élections sont convoquées le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]