Église des érémitiques de Padoue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Église des érémitiques de Padoue
Chiesa degli Eremitani (Padua).jpg
La Chiesa degli Eremitani, Padoue
Présentation
Culte
Type
Rattachement
Diocèse
Diocèse de Padoue (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Dédicataires
Style
Architecte
Fra' Giovanni degli Eremitani
Construction
Site web
Localisation
Pays
Région
Coordonnées

L'église des érémitiques[1] (en italien, Chiesa degli eremitani) est une église de Padoue édifiée en 1276 pour honorer les saints Philippe et Jacques et dont le nom vient de l'ancien couvent des Ermites de saint Augustin[2], maintenant siège des musées civiques de la ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église et l'ancien couvent ont été gravement endommagés par un bombardement aérien le 11 mars 1944; les dégâts sont très lourds: la façade, le plafond et l'abside sont complètement détruits, de même que les chapelles Dotto et Ovetari. L'église a été complètement restaurée après la Seconde Guerre mondiale.

L’extérieur[modifier | modifier le code]

A L’angle droit de la façade une statue de Nicolas de Tolentino. Le portail latéral sur le flanc droit date de la fin du moyen-age, il est décoré de douze bas-reliefs représentant les mois, oeuvre du Florentine Niccolò Baroncelli et datant de 1422.

Intérieur[modifier | modifier le code]

Le plafond de la nef, en carêne fidèlement reconstruit après le bombardement de 1944, fut initialement construite par Fra Giovanni degli Eremitani en 1306.

S'y trouvent des fresques de Guariento di Arpo : des allégories des planètes, sur la chaire quelques épisodes en couleurs, un Ecce Homo et sur les murs la vie de saint Augustin, entre autres. On peut y voir également du même artiste, les peintures sur bois des Scènes de la vie du Christ, avec des Archanges de 1354[3]. La tombe d'Adriaan van de Spiegel[4].

Coté gauche de la nef[modifier | modifier le code]

  • La tombe de Jacopo de Carrara (1324) par Andriolo de Santi, la vierge centrale du sarcophage est de Bonino da Campione.
  • Autel Ave Regina Caelorum L'architecte et sculpteur en est Bonino da Campione le décor à fresque et la Vierge à l'enfant sont de Stefano da Ferrara.
  • les fonds baptismaux.
  • Un fragment de fresque gothique du XIVe siècle : la Crucifixion
  • Le Mausolée de Marco Mantua Bonavides : Après son transfert de Mantoue à Padoue, le savant érudit et écrivain Marco Mantua Benavides en 1544 a fait construire un grandiose mausolée par le sculpteur florentin Bartolomeo Ammannati. Sur les côtés du sarcophage, il y a les deux statues du Travail et de la Patience, tandis que dans la partie supérieure il y a une statue qui représente le commendataire entre le Temps et la Renommée. L'ensemble est dominé par l'Immortalité. Le monument est fait de pierre jaune de Nanto, tandis que les statues sont en marbre blanc.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Côté droit de la nef[modifier | modifier le code]

La tombe d'Ubertino da Carrara (1345) Andriolo de Santi, la vierge centrale du sarcophage est de Bonino da Campione.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Abside et chœur[modifier | modifier le code]

La longue nef de l'église se termine par le chœur, flanqué de deux chapelles absidiales étroites qui ne font pas saillie vers l'extérieur. Les chapelles sont dédiées à la famille Dotto (à droite) et à la famille Sanguinacci (à guache). Il y a deux monuments sépulcraux du XIVe siècle. Sur la gauche, la tombe d'Ilario Sanguinacci, podestat de Bologne et de Florence, décédé en 1381. De la décoration du chœur ne subsiste que les fresques du mur de gauche, œuvre de Guariento (1361-1655). Le sujet est le cycle de l’histoire des saints Filippo et Agostino. Entre le chœur et la chapelle Ovetari se trouve la petite chapelle Dotto; sur le mur de droite, il y a le monument funéraire de Francesco Dotto.

La chapelle d'Ovetari[modifier | modifier le code]

En 1448, Andrea Mantegna est appelé avec Niccolò Pizzolo et deux peintres vénitiens, Antonio Vivarini et son beau-frère Giovanni d'Alemagna, à travailler à la décoration des fresques de la chapelle d'Ovetari dans l'abside de l'église. Une série d’événements fortuits fait que Mantegna termine seul la plus grande partie du travail.

Les fresques de Mantegna et d'autres peintres, comme Ansuino da Forlì, ont été détruites dans le bombardement allié de 1944 (car proche d'un quartier général allemand). Reconstituées, elles sont exposées au public depuis 2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ordres érémitiques (comme les Chartreux) différents des ordres militaires (Templiers…)
  2. Définition de érémitique dans Moines et religieux au Moyen Âge, Point Histoire, magazine Histoire, p. 7
  3. Nancy Grubb, Figures d’anges : Messagers célestes à travers les arts, Editions Abbeville, (ISBN 2-87946-082-4), p. 24 et 27
  4. Charles van Bambeke, « Spiegel (Adrien van den) », dans Biographie nationale, vol. 23, Bruxelles, Académie nationale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique, 1921-1924, col. 330-334

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]