Église anglaise de Lausanne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église anglaise de Lausanne
Image illustrative de l’article Église anglaise de Lausanne
Présentation
Culte Anglican
Type Église rurale anglaise
Rattachement Eglise d'Angleterre
Début de la construction 1875
Fin des travaux 1878
Architecte George Edmund Street, avec Edouard van Muyden et Maurice Wirz
Style dominant Néogothique
Protection Monument historique 1986 et bien culturel d'importance régionale 1995
Géographie
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Ville Lausanne
Coordonnées 46° 30′ 50″ nord, 6° 37′ 48″ est

Géolocalisation sur la carte : Lausanne

(Voir situation sur carte : Lausanne)
Église anglaise de Lausanne

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

(Voir situation sur carte : canton de Vaud)
Église anglaise de Lausanne

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Église anglaise de Lausanne

L'église anglaise de Lausanne, sous la dénomination de Christ Church, est une église anglicane relevant de l’Église d'Angleterre (Church of England). Elle se situe à l'avenue de l’Église-Anglaise, à Lausanne dans le canton de Vaud. Les cultes y sont célébrés en anglais.

Historique[modifier | modifier le code]

Prémices[modifier | modifier le code]

Les premiers cultes anglicans sont célébrés à Lausanne dès 1816, brièvement dans une chapelle de la cathédrale et à l'église Saint-Laurent, puis dès 1818 à la chapelle de la Mercerie, que les anglicans partagent alors avec les catholiques et les protestants de langue germanique.

En 1839-1840, l'architecte Henri Fraisse construit, grâce à une importante contribution de l'anglophile William Haldimand le temple de la Croix-d'Ouchy, propriété communale qui sera désormais utilisée conjointement par la communauté protestante francophone et par les anglicans. Ce temple de la Croix-d'Ouchy était alors souvent appelé «Eglise anglicane». Dès 1864, le Comité de l'église anglaise songe à racheter à la Commune ce lieu de culte, notamment pour en augmenter le nombre de places, l'affluence étant considérable.

Église actuelle[modifier | modifier le code]

Finalement, en 1877, un terrain est acquis un peu plus au nord, au «Pré de Grancy», dans un secteur encore peu urbanisé. On entreprend aussitôt les travaux d'après des plans dessinés par l'architecte George Edmund Street, praticien et théoricien majeur du néogothique anglais. Celui-ci prend pour point de départ de ses réflexions un projet qu'il avait imaginé en 1857 déjà en vue d'une chapelle anglicane à construire à Berne pour l'ambassadeur de Grande-Bretagne en Suisse (non réalisé). Pour gagner plus d'espace, il ajoute un bas-côté nord à la nef, un tel élément unilatéral n'étant pas rare dans les églises néogothiques d'Angleterre[1].

Sur place, le chantier est conduit par les architectes lausannois Edouard van Muyden et Maurice Wirz, la construction proprement dite relevant des entrepreneurs Conod & Fontenelle. La première pierre est posée le 19 juin 1877, l'église ouverte le 4 juillet 1878. Elle n'est véritablement consacrée que neuf ans plus tard, le 6 juin 1887, après extinction de la dette de construction[1].

L'église est complétée en 1898 d'un bas-côté sud pour gagner des sièges tandis que, pour loger le chauffage et les orgues, on ajoute un croisillon méridional formant transept, ajouré d'une grande baie. Enfin le mur et la barrière en ferronnerie entourant tout le site sont érigés en 1899[2].

L'intérieur de l'édifice est typiquement anglais, avec sa charpente apparente et la forme de ses piliers, pourvus de socles, chapiteaux et tailloirs cylindriques, fréquents en Grande-Bretagne.

Les remarquables vitraux, pièces commémoratives offertes par des paroissiens en souvenir des membres importants de l'église, ont été réalisés entre 1878 et 1882 pour les grandes verrières est et ouest, puis jusqu'au début du XXe siècle pour les autres baies, le tout par l'entreprise Clayton & Bell, de Londres[2]. La grande verrière du chœur, montrant la Passion et la Crucifixion du Christ, est contrebalancée par celle du mur occidental, illustrant Jésus parmi les Apôtres, ainsi que son Ascension. Ces chefs-d’œuvre ont été restaurés en 1995-1996[3].

Un petit orgue, installé peu après la consécration par le facteur allemand Eberhard Friedrich Walcker, de Ludwigsburg, est remplacé en 1924 par un nouvel instrument de la maison Tschanun de Genève[2].

En 1925 est construite une petite annexe entre le chœur et le croisillon nord du transept pour abriter la bibliothèque anglaise. Celle-ci, précédemment, se trouvait dans une maison voisine, le Cercle anglais (English and American Club) (Av. de l'Eglise-Anglaise 8) élevé vers 1895. Dès 1930, cet édifice appartient à la Société immobilière de la Chapelle adventiste[2].

En 1927, cette église a joué un grand rôle dans l'organisation, à Lausanne, de la première conférence «Foi et Constitution» (Faith and Order) qui a mené à la création du Conseil œcuménique des Églises en 1948.

Restauration de l'église en 1974 par l'architecte Alberto Sartoris[4]. Cet édifice a obtenu la note 2 au recensement architectural et a été classé monument historique en 1986[5] ; il est également classé comme bien culturel d'importance régionale[6].

Liste des chapelains anglicans[2]:

Dates Nom
1816-1817 NN. Thruston
1821 Richard Greaves
1822-1857 Isaac Kendal Cheesbrough (1790-1857)
1857-1867 John Lawson Sisson
1868-1883 Robert Eden
1883-1889 Paul Aemilius Singer
Vacance Nombreux remplaçants
1891-1912 Daniel George Davies (1841-1912)
1913-1914 Edward Sidney Woods
1914-1917 Arthur Evelyn Carey
1918-1920 Hugh H. H. Campbell
1920-1935 Gustavus Adolphus Bieneman[2]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Fonds : Archives privées (1818-1988) [1.05 ml: 9 boîtes]. Cote : P Église anglaise. Archives cantonales vaudoises. (présentation en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Jéquier, «L’Église anglaise de Lausanne», Extrait de la Revue historique vaudoise, 1978, p. 1–57.
  • Anglais à Lausanne au XIXe siècle : exposition organisée à l'occasion du Centenaire de l'Eglise anglaise de Lausanne : Musée historique de l'Ancien-Evêché, Lausanne, 3 juin au 31 août 1978, [S.l.] : [s.n.], [1978], 63 p. : ill.
  • Georg Germann, «George Edmund Street et la Suisse», Revue suisse d'art et d'archéologie 1972/2-3, p. 118–130.
  • André Meyer, «Englische Kirchen in der Schweiz», Revue suisse d'art et d'archéologie 1972/2-3, p. 70–81.
  • Dave Lüthi (dir.), Lausanne. Les lieux du sacré, vol. 3, Berne, Société d’histoire de l’art en Suisse, coll. « Architecture de poche », , 256 p. (ISBN 978-3-03797-277-9), p. 196-197.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Site web de l’Église anglaise de Lausanne

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Georg Germann, «George Edmund Street et la Suisse», Revue suisse d'art et d'archéologie 1972/2-3, pp. 118-130.
  2. a b c d e et f Michel Jéquier, «L’Église anglaise de Lausanne», Extrait de la Revue historique vaudoise, 1978, pp. 1-57.
  3. Vitraux de Christ Church
  4. INSA, Inventaire suisse d'architecture 1850-1920, V, Orell-Füssli 1990, p.329
  5. « Fiche de recensement EGLI-1 », sur recensementarchitectural.vd.ch
  6. « Vaud - Inventaire PBC, Objets B, Etat: 1.1.2015 », sur admin.ch (consulté le 21 février 2015)