Église Sainte-Rictrude de Marchiennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Église Sainte-Rictrude de Marchiennes
Image dans Infobox.
L'église Sainte-Rictrude en 2015.
Présentation
Type
Diocèse
Paroisse
Paroisse Sainte-Marie-en-Pévèle (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Style
Architectes
Jacques-François-Joseph Lesaffre (d), Benjamin Joseph DewarlezVoir et modifier les données sur Wikidata
Matériau
Brique et calcaire, soubassement en grèsVoir et modifier les données sur Wikidata
Construction
Restauration
-, et mars - Voir et modifier les données sur Wikidata
Religion
Patrimonialité
Localisation
Adresse
Place du Général-de-GaulleVoir et modifier les données sur Wikidata
Marchiennes, Nord
Flag of France.svg France
Coordonnées

L'église Sainte-Rictrude est une église catholique située à Marchiennes, en France. Elle est consacrée à sainte Rictrude, sainte franque du VIIe siècle qui fonda une abbaye ici.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est située dans le département français du Nord, sur la commune de Marchiennes.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église en août 2009.

Une nouvelle église est débutée à Marchiennes en 1786, après que le cimetière a été transféré en 1785, à la place d'une autre datée du XIVe siècle ou du XVe siècle qui était jugée trop petite par rapport à la population de la ville. De plus, son clocher a été foudroyé en 1742, ce qui l'a fragilisée, et l’évêque d'Arras y interdit la pratique du culte par ordonnance du . Les travaux sont stoppés en 1790 lorsque la tour s'effondre sur la nef[1].

Il faut attendre 1811 pour qu'une nouvelle église soit reconstruite sur les mêmes lieux, ce relèvement ayant sans doute été décidé en 1808[1]. La façade a été dessinée par l'architecte Jacques-François-Joseph Lesaffre : sur un soubassement en grès, la façade est élevée en brique, pierre calcaire blanche d’Hordain et pierre calcaire du Tournaisis[1]. L'église est terminée en 1815, après trente-cinq ans sans lieu de culte[2].

La façade et le clocher sont entièrement restaurés en 1902 et 1903[2],[1]. Lors du conseil municipal du , il est décidé de faire graver sur le fronton la devise « Liberté, Égalité, Fraternité ».

L'église est inscrite aux monuments historiques par arrêté du [3].

Le clocher est restauré en 2001. De mars à , la façade est refaite pour un coût de 181 354 , dont 136 177  pour la réfection des pierres et 45 177  pour la couverture. L'orgue est également remis en état[2].

Le , la moitié nord de la toiture du clocher s'envole sur la place à cause de la tempête Eleanor[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]