Église Notre-Dame-de-l'Heure (Mossoul)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église Notre-Dame-de-l'Heure
L'église dans les années 1980.
L'église dans les années 1980.

Ordre O.P.
Fondation Années 1870
Fermeture Été 2014
Dédicataire Marie (Notre-Dame)
Localisation
Pays Irak
Province Province de Ninive
Ville Mossoul
Coordonnées 36° 20′ 26″ nord, 43° 07′ 38″ est
Géolocalisation sur la carte : [[Modèle:Géolocalisation/Mossoul]]
[[Fichier:Modèle:Géolocalisation/Mossoul|280px|(Voir situation sur carte : [[Modèle:Géolocalisation/Mossoul]])|class=noviewer]]
Église Notre-Dame-de-l'Heure

L'église Notre-Dame-de-l'Heure, également connue sous le nom d'église latine, est une église catholique située au centre de Mossoul, au nord de l'Irak. Construite dans les années 1870 par les pères dominicains, elle est principalement célèbre pour son clocher offert par l'impératrice Eugénie de Montijo. Elle fut abîmée lors de la guerre d'Irak. L'organisation de État islamique occupa le couvent des dominicains qui lui est attentant comme caserne (ce qui le protégea de la destruction).

Historique[modifier | modifier le code]

Une église liée à la France[modifier | modifier le code]

En 1860, après le massacre de Damas, lors duquel 4 000 à 6 000 chrétiens sont assassinés, l'empereur Napoléon III envoie un corps expéditionnaire au Levant pour secourir les chrétiens d'Orient. Une dizaine d'années plus tard, les pères dominicains fondent à Mossoul le couvent Notre-Dame de l'Heure. L'église est édifiée sur les plans de l'architecte français Lucien Douillard entre 1866 et 1873, intégrant au clocher l'horloge offerte par l'impératrice Eugénie. C'est alors le premier clocher installé sur le sol irakien. Dans la cour de l'église est aussi construite une réplique de la grotte de Lourdes avec la statue de Notre-Dame-des-miracles, où viennent prier des paroissiens, mais aussi des musulmans et des Yézidis[1].

Dommages[modifier | modifier le code]

En 2006, l'église est partiellement détruite dans un bombardement pendant la guerre d'Irak puis restaurée. Contrairement à des informations qui ont circulé dans la presse en France[1], l'église et le clocher sont toujours en place mais ils ont subi des dommages durant l'occupation des lieux par l'État islamique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]