Álora (Espagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Álora
Blason de Álora
Héraldique
Drapeau de Álora
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Drapeau de l'Andalousie Andalousie
Province Malaga
Comarque Valle del Guadalhorce
Maire José Sánchez Moreno
Code postal 29500
Démographie
Gentilé Áloreño/a
Population 13 382 hab. ()
Densité 79 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 49′ 42″ nord, 4° 42′ 14″ ouest
Altitude 222 m
Superficie 16 900 ha = 169 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte topographique d'Espagne
City locator 14.svg
Álora
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Voir sur la carte administrative d'Espagne
City locator 14.svg
Álora
Liens
Site web http://www.alora.es

Álora est une commune de la province de Malaga dans la communauté autonome d'Andalousie en Espagne. Elle est située au centre de la province, dans la comarque du Valle del Guadalhorce.

Son territoire communal s'étend sur 169,62 km². Il englobe un territoire dans lequel on trouve de grandes formations du relief de Málaga (petites collines occupées par des céréales, des oliviers et des chênes) et des vergers fruitiers et maraîchers qui couvrent le fond de la vallée.

Sa population atteint 13 336 habitants, d'après les recensements de l'INE de 2021[1].

L'histoire d'Álora remonte à la préhistoire au Hoyo del Conde, situé à un kilomètre de la commune. Son milieu naturel (chasse, eau, protection naturelle) favorisait son développement, jusqu'à ce que les Turdétans de Tartessos et les Phéniciens découvrent le potentiel commercial de la zone. On doit à ces derniers les fondations du château, qui fut ensuite fortifié par les Romains.

Les habitants de Álora sont appelés les "aloreños" ou les "perotes"[2].

Gentilé[modifier | modifier le code]

Il existe de nombreuses versions de l'origine du terme "perote". La plus connu d'entre elles est le nom de Don Pero, le premier échevin de la ville après la Reconquista des Rois Catholiques.

Géographie[modifier | modifier le code]

Álora est située entre trois montagnes de la rive droite du fleuve Guadalhorce, dans la route ferroviaire entre Malaga et Séville (ou Cordoue et Grenade). Les tours de son château, autrefois des tours de guet du transport d'hommes et de marchandises, surplombent la commune.

Au nord de la Cordillera Antequerana (Cordillère d'Antequera) se trouve le site naturel du Chorro, connu pour l'escalade et pour l'une de ses via ferrata, le Caminito Del Rey (nommé ainsi car il fut inauguré par le roi Alphonse XIII).

À l'ouest de son territoire se situe le complexe montagneux de la Serranía de Ronda, offrant une forêt de pins qui s'étend du fleuve Guadalhorce jusqu'à la route qui joint Álora et Carratraca.

À l'est, le paysage est composé de nombreuses petites collines peuplées de céréales, de quelques oliviers et de restes de vieux chênes, à l'image des paysages du couloir naturel qui traverse la province, de Periana à Álora, séparant ainsi les chaînes de montagnes de la Cordillera Antequerana des Montes de Málaga.

On peut aussi appeler Álora le "balcon du Guadalhorce", pour ses magnifiques paysages formés par des vergers fruitiers et maraîchers et d'orangers qui couvrent de vert le fond de la vallée, éclaboussée çà et là de maisons blanches.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le climat favorable, la faune, les terres fertiles ont constitué d'excellentes conditions de vie à l'époque préhistorique. Les premiers habitants furent des chasseurs-cueilleurs utilisant le fleuve Guadalhorce comme moyen d'approvisionnement de matières premières pour fabriquer des outils. Leurs descendants pratiquèrent l'agriculture et l'élevage, utilisèrent des moulins pour moudre du blé de la céramique pour un usage domestique. De grandes découvertes ont révélé le travail du cuivre et du bronze dans la vallée.

Dans différents sites archéologiques de la commune, on trouve des restes préhistoriques d'ustensiles domestiques et de chasse, notamment au Hoyo del Conde ou au Peñon del Negro.

L'histoire d'Álora remonte à la préhistoire au Hoyo del Conde, situé à un kilomètre de la commune. Son milieu naturel (chasse, eau, protection naturelle) favorisait son développement, jusqu'à ce que les Turdétans de Tartessos et les Phéniciens découvrent le potentiel commercial de la zone. Les Phéniciens ont en effet fondé un grand nombre de colonies au large de la mer Méditerranée.

Les colons phéniciens ont fondé des établissements à l'embouchure du fleuve Guadalhorce, avec pour objectif l'exploitation des minerais, et ont ensuite tiré profit des ressources agricoles. Les échanges commerciaux entre les Phéniciens et les populations autochtones de la vallée furent ainsi bonnes, comme le montrent les nombreux bols, casseroles, marmites préhistoriques et verres trouvés dans la vallée. Lors de la chute de la culture phénicienne dans la province de Malaga, les populations locales se répartissent le territoire. les Ibères placent leur cité au Cerro de Las Torres, où ils trouvèrent d'excellentes conditions défensives pour contrôler les voies de pénétration du fleuve Guadalhorce.


Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1991 1996 2001 2002 2004 2005
13 16812 86212 36312 53812 83813 252

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « Málaga: Población por municipios y sexo. (2882) », sur INE (consulté le )
  2. (es) RAE- ASALE et RAE, « perote, perota | Diccionario de la lengua española », sur «Diccionario de la lengua española» - Edición del Tricentenario (consulté le )