Virémie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le terme virémie désigne la présence de virus dans le sang, qui peut éventuellement permettre au virus de se disséminer dans d'autres tissus.

Les virus qui échappent aux mécanismes de défense immunitaire locaux sont alors souvent transportés par le sang, et peuvent engendrer par la suite une infection disséminée. Ils peuvent atteindre le sang soit par les capillaires sanguins/lymphatiques (dans les cellules endothéliales desquels ils se multiplient), soit à travers un vecteur (p.ex. moustique).

On parle de virémie active lorsqu'il y a réplication du virus et de virémie passive lorsqu'il passe dans le sang, sans qu'il n'y ait de réplication à son point d'entrée.

Une virémie primaire est le résultat d'une première réplication virale au point d'entrée du virus. La concentration virale pendant une virémie primaire est normalement faible. À partir de là, il peut toutefois se développer de grosses infections disséminées durant lesquelles il y a une libération considérablement plus élevée de virions. L'apparition tardive d'une telle concentration virale est nommée virémie secondaire.

La concentration virale dans le sang est déterminée par le taux de réplication dans les tissus permissifs, la vitesse de libération, ainsi que la rapidité avec laquelle le virus va être éliminé.

Une virémie de longue durée se traduit classiquement dans l'analyse sanguine par une baisse du nombre de neutrophiles et de plaquettes, une augmentation progressive du nombre de lymphocytes et l'apparition de transaminases hépatiques. On peut également observer une éruption cutanée ainsi qu'une hépatomégalie et/ou une splénomégalie.