Viol en première page

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Viol (homonymie).

Viol en première page (Sbatti il mostro in prima pagina) est un film dramatique italien de Marco Bellocchio sorti en 1972.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans un contexte politique particulièrement explosif, le journal conservateur milanais "Il Giornale" affiche envers et contre tout son soutien à la classe patronale. Se préparant à des élections qui s'annoncent houleuses, la rédaction, menée par le peu scrupuleux Bizanti, met d'ailleurs tout en œuvre pour orienter l'opinion publique, profitant d'une sombre affaire de crime sexuel pour l'émouvoir. Le sinistre fait divers est ainsi monté en épingle et Mario Boni, jeune militant communiste soupçonné du meurtre, est très vite désigné comme coupable en première page afin de mieux discréditer les divers courants gauchistes. Intrigué par de criantes anomalies dans la façon dont est menée l'enquête, le jeune reporter Roveda, d'abord docile, finit par démonter la vaste machination médiatique dans laquelle se sont engagés ses employeurs et découvre le véritable coupable...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Commentaire[modifier | modifier le code]

Sur un ton réaliste proche du documentaire, le film dénonce sans détour tous les rouages d'une classique manipulation médiatique. Ce titre s'inscrit en outre dans un courant politiquement engagé (ouvertement à gauche) de la cinématographie italienne du début des années 1970. Acteur emblématique de cette veine, Gian Maria Volontè incarne un personnage au cynisme tout à fait comparable à celui qu'il joua dans le film oscarisé Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (1970) d'Elio Petri.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Scénariste ayant plusieurs fois fait ses preuves auprès de Sergio Leone, Sergio Donati, auteur de l'histoire originale et d'une première version du scénario, dut renoncer, pour des raisons de santé, à réaliser le projet qui échut donc au cinéaste Marco Bellocchio. À ce jour, aucune autre réalisation n'a depuis été proposée à Donati qui continuera pourtant une prolifique carrière de scénariste.